Affaire Skripal : Washington reconduit ses sanctions contre Moscou malgré l'absence de preuves

Affaire Skripal : Washington reconduit ses sanctions contre Moscou malgré l'absence de preuves© Peter Nicholls Source: Reuters
Un policier monte la garde à l'extérieur de la maison de l'ancien officier de renseignement militaire russe Sergueï Skripal, à Salisbury, en Grande-Bretagne, le 8 mars 2018

Le département d'Etat américain a décidé de poursuivre sa politique de sanctions contre la Russie, en reprenant les accusations d'empoisonnement de l'ancien agent double Sergueï Skripal. Pour Moscou, il ne s'agit que d'un prétexte.

Les Etats-Unis enfoncent le clou, et reprennent à leur compte les accusations – qu'aucune preuve n'est à ce jour venue étayer – contre la Russie dans la rocambolesque affaire Skripal. Ce 2 août, sur cette base, le porte-parole du département d'Etat américain Morgan Ortagus a annoncé un nouveau train de sanctions contre Moscou. Plus précisément une reconduction de mesures prises un an plus tôt, en août 2018, alors que les circonstances de l'empoisonnement de l'ancien agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, survenu cinq mois plus tôt, en mars 2018, n'avaient pas été élucidées. Circonstances qui restent, encore à ce jour, entourées de mystère.

Washington ne semble pas vouloir se départir de son rôle de gendarme du monde, notamment, dans ce cas précis, concernant une affaire qui n'implique, stricto sensu, que Londres et Moscou. «Ces mesures prendront effet après une période de notification au Congrès et resteront ensuite en vigueur pour un minimum de 12 mois», a précisé Morgan Ortagus, cité par l'agence Tass. Et d'ajouter qu'il reviendrait à «la branche exécutive» de l'Etat américain de certifier au Congrès si la Russie s'est, oui ou non, conformée à plusieurs conditions stipulées dans une loi américaine datant de 1991, le US Chemical and Biological Weapons Control and Warfare Elimination Act.

«Prétexte» et «mise en scène» selon Moscou

Depuis le début de l'affaire, la Russie dénonce une opération sous faux-drapeau. «Les Etats-Unis continuent de se servir de la mise en scène de l'empoisonnement d'un ancien agent britannique et de sa fille au Royaume-Uni l'an dernier pour aggraver les relations avec la Russie», a déploré dans un communiqué publié le 2 août la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. «Cette provocation flagrante, dont les participants se cachent encore par peur d’être démasqués, sert à nouveau de prétexte pour imposer des sanctions sur la Russie», a-t-elle encore souligné.

Le 4 mars 2018, l'ancien agent double russe et sa fille Ioulia avaient été retrouvés inconscients dans un centre commercial de Salisbury, dans le sud du Royaume-Uni, et hospitalisés dans un état grave. Londres avait accusé Moscou d'être derrière cet empoisonnement au Novitchok, un puissant agent innervant – en règle générale mortel – de conception soviétique, mais dont la formule est connue de plusieurs pays, y voyant des représailles de la Russie pour la collaboration de Skripal avec les services de renseignement britanniques. Un mandat d'arrêt avait été lancé contre deux Russes soupçonnés d'avoir perpétré l'attaque et présentés comme relevant du renseignement militaire russe (GRU).

Lire aussi : Piégé par un canular, le chef de l'OIAC confie que «n'importe quel pays» a pu produire le Novitchok

La Russie a toujours nié être à l'origine de l'empoisonnement de son ancien officier du renseignement. Moscou avait en outre offert, dès le début de la crise diplomatique, son aide dans l'enquête, aide que Londres a refusée. Cette affaire avait toutefois provoqué une crise diplomatique majeure, conduisant à l'expulsion de plus de 300 diplomates russes ou occidentaux. Sergueï Skripal, ancien officier du GRU, avait été condamné en 2006 pour haute trahison en Russie avant de bénéficier d'un échange d'espions organisés entre Moscou, Londres et Washington. Sergueï Skripal et sa fille étaient sortis de l'hôpital dans les mois ayant suivi leur empoisonnement. A ce jour, ils sont toujours gardés au secret par les autorités britanniques et dans l'incapacité de livrer leur version des faits à la presse.

Lire aussi : Skripal : la CIA a-t-elle manipulé Donald Trump pour qu’il expulse des diplomates russes ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»