L'OIAC affirme qu'une substance de type Novitchok a été identifiée dans l'organisme de Navalny

- Avec AFP

L'OIAC affirme qu'une substance de type Novitchok a été identifiée dans l'organisme de Navalny© YouTube - vDud / Handout Source: Reuters
L'opposant russe Alexei Navalny s'exprime lors d'une interview avec le blogueur russe sur YouTube Yury Dud, à Berlin, le 6 octobre 2020.

L'institution onusienne chargée de l'interdiction des armes chimiques, l'OIAC, a annoncé qu'une substance de type Novitchok avait été découverte dans l'organisme de l'opposant russe Alexeï Navalny.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé le 6 octobre qu'une substance de type Novitchok avait été identifiée dans l'organisme de l'opposant russe Alexeï Navalny, pris en charge à Berlin dans un état grave à la suite d'un empoisonnement présumé.

Un sujet de grave préoccupation

L'OIAC, basée à La Haye, a déclaré que les échantillons de sang et d'urine d'Alexeï Navalny contenaient un «inhibiteur de la cholinestérase», similaire à deux substances chimiques de type Novitchok interdites par l'organisation en 2019. Le directeur de l'OIAC, Fernando Arias, a estimé dans un communiqué que ces résultats constituaient «un sujet de grave préoccupation». L'Allemagne avait officiellement demandé «l'assistance technique» de l'OIAC, ce que les Etats parties sont en droit de faire lorsqu'ils pensent qu'il y a eu un incident impliquant des armes chimiques. Fernando Arias a déclaré qu'il était «important maintenant» pour les Etats parties de l'OIAC «de défendre la norme à laquelle ils ont décidé d'adhérer il y a plus de 25 ans», lorsqu'ils ont signé la Convention des Nations unies sur les armes chimiques.

Le 5 octobre, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait pointé du doigt l'incohérence des résultats des analyses menées sur Alexeï Navalny. En effet, alors que les laboratoires militaires allemands ont révélé la présence de substances neurotoxiques dans les analyses faites sur l'opposant russe, ce n'était pas le cas de l'hôpital berlinois de la Charité, rappelait Sergueï Lavrov.

Pour sa part, Alexeï Navalny a assuré aller de mieux en mieux et se donner encore quelques mois avant de rentrer en Russie, dans une interview accordée à un célèbre youtubeur russe diffusée ce 6 octobre. «J'ai les mains qui tremblent, si je prends une bouteille d'eau ça va être rigolo, mais je vais vraiment beaucoup mieux», a-t-il déclaré en débutant l'entretien, le premier accordé par l'homme de 44 ans à un journaliste russe depuis qu'il est sorti de l'hôpital berlinois où il était soigné.

Victime d'un malaise au cours d'un vol en Russie le 20 août, Alexeï Navalny a d'abord été admis dans un établissement sibérien avant d'être transféré en Allemagne. Le Novitchok est un groupe d'agents neurotoxiques particulièrement dangereux déjà utilisé en 2018 pour empoisonner l'ex-espion Sergueï Skripal et sa fille Ioulia à Salisbury, en Angleterre. Le Kremlin avait nié toute responsabilité dans cette affaire, qui avait provoqué une crise diplomatique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»