«Je ne vois pas d'autres explications» : Navalny accuse Poutine d'être derrière son empoisonnement

«Je ne vois pas d'autres explications» : Navalny accuse Poutine d'être derrière son empoisonnement Source: Reuters
Alexeï Navalny lors d'un meeting à Moscou, le 29 septembre 2019

Dans un entretien à un magazine allemand, l'opposant russe, sorti de l'hôpital, a multiplié les accusations contre le Kremlin. De son côté, Moscou a lancé des investigations préliminaires afin de préparer l'ouverture d'une enquête.

«J'affirme que Poutine est derrière ce crime et je ne vois pas d'autres explications de ce qui s'est passé», a déclaré Alexeï Navalny, lors d'un entretien à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, publié ce 1er octobre, au sujet de son empoisonnement présumé.

Tandis que Moscou avait fait savoir que l'opposant était libre, comme n'importe quel citoyen, de rentrer dans son pays après son hospitalisation en Allemagne, Alexeï Navalny a répondu : «Je ne ferai pas le cadeau à Poutine de ne pas rentrer en Russie.» Il a poursuivi : «Ne pas rentrer signifierait que Poutine a atteint son objectif [...] Mon devoir est à présent de rester comme je suis, quelqu'un qui n'a pas peur. Et je n'ai pas peur !»

Moscou attend toujours la coopération de l'Allemagne

Alexeï Navalny a quitté la semaine dernière l'hôpital de la Charité à Berlin, dans lequel il a été soigné après avoir été pris d'un malaise en le 20 août lors d'un vol entre Tomsk (en Sibérie occidentale) et Moscou, attribué par Berlin et plusieurs pays à une tentative d'empoisonnement, donnant lieu à une crise diplomatique avec la Russie.

L'Allemagne affirmait ainsi que des tests réalisés par un laboratoire militaire (et confirmés, selon Berlin, par d'autres laboratoires indépendants) montraient un empoisonnement au Novitchok.

De leur côté, les médecins russes de Moscou et Omsk, qui ont pris en charge Alexeï Navalny, affirment qu'aucune trace d'empoisonnement n'a été découverte sur l'homme politique lors des analyses. Pointées du doigt par l'Allemagne, la France, ou les Etats-Unis, les autorités russes ont souligné avoir effectué une requête officielle de coopération à l'enquête à l'Allemagne, afin notamment d'échanger les éléments au sujet de l'empoisonnement présumé de l'opposant russe. Selon Moscou, la demande est restée lettre morte.

«Dès le début de cette affaire, le ministère russe de l’Intérieur a lancé des investigations préliminaires [à l'ouverture d'une enquête] Je le dis, pour le moment, ce [qui s'est passé] n’est pas clair», avait pour sa part souligné le 1er septembre le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Annonçant sa sortie de l'hôpital, l'établissement médical berlinois où Alexeï Navalny a passé près d'un mois dont plusieurs semaines en soins intensifs avait fait savoir que, selon les médecins, un «rétablissement total» du patient était «possible», tout en précisant que des «conséquences sur le long terme du grave empoisonnement» pourraient toujours se manifester ultérieurement.

Si Alexeï Navalny est régulièrement présenté dans les grands médias occidentaux comme la «bête noire du Kremlin», sa popularité en Russie – où il lui a été interdit de se présenter à la dernière présidentielle – est bien plus relative. Selon un sondage réalisé fin 2019 par l'institut russe indépendant Levada, seulement 2% des citoyens russes ayant participé à l'enquête disaient qu'ils voteraient pour lui si l'élection présidentielle se déroulait la semaine suivante. Ces résultats le situaient loin derrière Vladimir Poutine (38%), mais également derrière d'autres figures de l'opposition russe comme Vladimir Jirinovski (ultra-nationaliste, 4%), ou Pavel Groudinine (Parti communiste, 3%). Alexeï Navalny, dont la candidature à la dernière élection présidentielle avait été rejetée en raison d'une précédente condamnation pour des faits qu'il conteste, a subi plusieurs arrestations, notamment pour participation et organisation de manifestations non-autorisées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»