Le Kremlin accuse la CIA de travailler avec Navalny

Le Kremlin accuse la CIA de travailler avec Navalny© REUTERS/Shamil Zhumatov
Alexeï Navalny (image d'illustration).

Dénonçant comme «inacceptables» les accusations de l'opposant russe, qui jugeait Vladimir Poutine responsable de son empoisonnement présumé, le Kremlin accuse des instructeurs du renseignement de pays occidentaux de travailler avec Alexeï Navalny.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a commenté ce 1er octobre les accusations «inacceptables» et «infondées», selon ses termes, d'Alexeï Navalny, accusant le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine d'être «derrière» son empoisonnement présumé. Le représentant du pouvoir russe, cité par plusieurs agences de presse, a par ailleurs accusé des services de renseignement occidentaux, dont la CIA, de travailler avec l'opposant.

«Probablement, ce n'est pas le patient [Navalny] qui travaille pour les services spéciaux occidentaux, mais [...] les services de renseignement occidentaux [qui] travaillent avec lui», a expliqué Dmitri Peskov, poursuivant : «Je peux même être plus précis : ces derniers jours, des spécialistes de la CIA des Etats-Unis d'Amérique travaillent avec lui.»

Plus tôt dans la journée, le journal allemand Der Spiegel avait publié un entretien avec l'opposant russe, dans lequel ce dernier accusait : «J'affirme que Poutine est derrière ce crime et je ne vois pas d'autres explications de ce qui s'est passé.»

Tandis que Moscou avait fait savoir que l'opposant était libre, comme n'importe quel citoyen, de rentrer dans son pays après son hospitalisation en Allemagne, Alexeï Navalny a répondu : «Je ne ferai pas le cadeau à Poutine de ne pas rentrer en Russie.» Il a poursuivi : «Ne pas rentrer signifierait que Poutine a atteint son objectif [...] Mon devoir est à présent de rester comme je suis, quelqu'un qui n'a pas peur. Et je n'ai pas peur !»

Alexeï Navalny a quitté la semaine dernière l'hôpital de la Charité à Berlin, dans lequel il a été soigné après avoir été pris d'un malaise en le 20 août lors d'un vol entre Tomsk (en Sibérie occidentale) et Moscou, attribué par Berlin et plusieurs pays à une tentative d'empoisonnement, donnant lieu à une crise diplomatique avec la Russie, dont certains n'ont pas manqué de s'emparer à des fins géopolitiques. L'opposant russe a même reçu la visite, à l'hôpital de la chancelière allemande Angela Merkel.

L'Allemagne affirmait ainsi que des tests réalisés par un laboratoire militaire (et confirmés, selon Berlin, par d'autres laboratoires indépendants) montraient un empoisonnement au Novitchok.

De leur côté, les médecins russes de Moscou et Omsk, qui ont pris en charge Alexeï Navalny, affirment qu'aucune trace d'empoisonnement n'a été découverte sur l'homme politique lors des analyses. Pointées du doigt par l'Allemagne, la France, ou les Etats-Unis, les autorités russes ont souligné avoir effectué une requête officielle de coopération à l'enquête à l'Allemagne, afin notamment d'échanger les éléments au sujet de l'empoisonnement présumé de l'opposant russe. Selon Moscou, la demande est restée lettre morte.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»