Sommet sur l’Iran : Trump n’y participera «probablement pas» et promet un retour des sanctions

Sommet sur l’Iran : Trump n’y participera «probablement pas» et promet un retour des sanctions© JIM WATSON Source: AFP
Le président américain Donald Trump prend la parole lors d'une conférence de presse à Bedminster (New Jersey), le 15 août 2020 (image d'illustration).

Trump a affirmé le 15 août qu'il ne participerait «probablement pas» au sommet international sur le dossier iranien, proposé par son homologue russe Vladimir Poutine, avant de promettre un retour des sanctions envers l'Iran, sous forme de «snapback».

Le président américain Donald Trump a fait savoir, le 15 août, qu'il ne participerait «probablement pas» au sommet international, proposé la veille par le président russe Vladimir Poutine, afin de discuter du dossier iranien sur fond de vives tensions.

«Probablement pas, je pense que nous allons attendre jusqu'à après l'élection», a déclaré le locataire de la Maison Blanche, interrogé sur son éventuelle participation à cette rencontre internationale, dite «5+1», des chefs d'Etats ou de gouvernement des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Russie, France, Etats-Unis, Chine et Royaume-Uni), ainsi que des dirigeants de l'Allemagne et de l'Iran.

Toutefois, au lendemain du rejet par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution américaine, visant à prolonger l'embargo international sur les ventes d'armes à l'Iran, Donald Trump a promis une réponse sous la forme d'un snapback, un mécanisme qui est en quelque sorte un droit de veto à l'envers d'après l'AFP.

«Nous connaissions l'issue du vote, mais nous ferons un "snapback". Vous verrez la semaine prochaine», a-t-il affirmé. Cet embargo était en vigueur depuis 13 ans et arrive à expiration le 18 octobre, selon les termes de la résolution qui avait approuvé l'accord international sur le nucléaire iranien de juillet 2015 – accord dont sont sortis les Etats-Unis en 2018.

L'hypothèse d'un snapback américain suppose, d'après l'AFP, que soit préalablement validé un argument contesté, selon lequel les Etats-Unis sont toujours des «participants» de l'accord sur le nucléaire iranien, et qu'ils peuvent donc forcer un retour des sanctions s'ils constatent des violations des engagements iraniens.

Dans un communiqué cité par CNN, l'ambassadrice américaine à l'ONU, Kelly Knight Craft, a déclaré le 15 août que les Etats-Unis avaient «parfaitement le droit d'initier un "snapback" sur des dispositions des résolutions précédentes du Conseil de sécurité». Et de poursuivre : «Dans les prochains jours, les Etats-Unis respecteront cette promesse de ne rien céder afin de prolonger l'embargo sur les armes.»

Moscou propose un sommet international «dans les plus brefs délais»

Face aux tensions persistantes entre Washington et Téhéran, Vladimir Poutine a proposé, dans un communiqué rendu public le 14 août, d'organiser «dans les plus brefs délais une rencontre en ligne» des chefs d'Etats ou de gouvernement au format «5+1», dans le but de discuter du dossier iranien.

Définir les mesures à prendre pour éviter la confrontation et l'aggravation de la situation au sein du Conseil de sécurité des Nations unies

Dénonçant des «accusations sans fondement contre l'Iran», le président russe a fustigé des «projets de résolution visant à détruire les précédentes décisions unanimes du Conseil de sécurité», rappelant par ailleurs que Moscou demeurait «attaché au Plan d'action global commun relatif au programme nucléaire iranien (JCPoA) [l'accord de Vienne signé en 2015]», qui, selon lui, «a permis d'éliminer la menace d'un conflit armé et a renforcé le régime de non-prolifération nucléaire».

Vladimir Poutine a également fait savoir que ce sommet aurait pour objectif «de définir les mesures à prendre pour éviter la confrontation et l'aggravation de la situation au sein du Conseil de sécurité des Nations unies», où «les discussions [...] sur la question iranienne deviennent de plus en plus tendues».

L'Elysée, citée par Reuters, a fait savoir le 14 août que la France était ouverte à l'initiative proposée par le président russe. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»