Libye : les participants au sommet de Berlin appellent à un «cessez-le-feu permanent»

Libye : les participants au sommet de Berlin appellent à un «cessez-le-feu permanent»© REUTERS/Ismail Zitouny/File Photo
Un char détruit des forces de Khalifa Haftar, au sud de Tripoli, le 27 juin 2019 (image d'illustration).

Dans la foulée d'une initiative diplomatique russo-turque, un sommet était organisé ce 19 janvier à Berlin sur la crise libyenne. Selon le secrétaire général de l'ONU, les puissances étrangères se sont engagées à renoncer à toute «interférence».

Mise à jour automatique
  • Les participants au sommet de Berlin sur la Libye appellent, dans leur communiqué final,  à un «cessez-le-feu permanent».

    «Nous appelons toutes les parties concernées à redoubler d’efforts pour une suspension durable des hostilités, la désescalade et un cessez-le-feu permanent», affirment-ils précisément, dans le texte adopté à l'issue d'une conférence internationale réunie dimanche à Berlin. 

  • Les puissances étrangères se sont engagées à renoncer à une «interférence» dans le conflit libyen, selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

  • Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a tenu une conférence de presse, après la conférence internationale sur la Libye à Berlin. 

    Le ministre a jugé cette conférence utile, et a martelé que c'était désormais aux «Libyens de prendre des décisions» pour l'avenir de leur pays. Néanmoins, il regrette qu'il n'y ait toujours pas de «dialogue sérieux et stable» entre les belligérants en Libye – le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, Fayez al-Sarraj et l'homme fort de l'est libyen, Khalifa Haftar.

  • Les participants au sommet de Berlin sur la Libye se sont accordé sur un communiqué final.

    Nous avons convenu que nous voulons respecter cet embargo sur les armes et que cet embargo sera plus strictement contrôlé qu'auparavant

    Tous souhaitent une solution politique au conflit. Ils demandent également que l'embargo sur les armes de l'ONU soit respecté et mieux contrôlé à l'avenir : «Nous avons convenu que nous voulons respecter cet embargo sur les armes et que cet embargo sera plus strictement contrôlé qu'auparavant», a ainsi déclaré à la presse la chancelière allemande Angela Merkel, citée par les agences de presse AFP et Reuters.

  • «Je dois vous dire la vive inquiétude que m'inspire l'arrivée de combattants syriens et étrangers dans la ville de Tripoli, il faut que cela cesse», a déclaré Emmanuel Macron, selon le texte de son intervention citée par l'AFP, lors du sommet à Berlin. «Ceux qui croient pouvoir en tirer bénéfice ne réalisent pas les risques qu'ils prennent pour eux-mêmes comme pour nous tous», a ajouté le chef d'Etat. 

    Selon l'AFP, le président français fait référence à des combattants pro-turcs soutenant le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU, de Fayez al-Sarraj. Ankara est accusé d'avoir envoyé quelques centaines de combattants syriens sur place. 

  • Vladimir Poutine est arrivé à Berlin pour le sommet. Il a été accueilli par la chancelière allemande.

    Auteur: RT France

  • Le chef de l'Etat turc a appelé l'homme fort de l'est libyen, Khalifa Haftar, à mettre fin à son «attitude hostile» dans le règlement du conflit, lors d'une entrevue à Berlin avec son homologue russe.

    «Pour parvenir à une solution politique et à la mise en œuvre des autres phases de la solution, l'attitude hostile de Haftar doit cesser», a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors de cet entretien avec Vladimir Poutine, cité par l'agence de presse turque Anadolu.

  • Angela Merkel accueille le président français, Emmanuel Macron, à la Chancellerie fédérale à Berlin.

    Auteur: RT France

Découvrir plus

Le sommet de Berlin s'ouvre ce 19 janvier pour tenter de trouver une solution pacifique en Libye, et éviter que la guerre civile ne transforme le conflit en «deuxième Syrie», selon les termes du chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. Sous le patronage de l'ONU, les dirigeants de plusieurs pays se rencontrent pour une discussion qui s'ouvre en début d'après-midi.

L'ONU espère que cette conférence permettra de «consolider le cessez-le-feu» fragile obtenu par Moscou et Ankara et entré en vigueur depuis le 12 janvier. Depuis cette date, la trêve a été plus ou moins respectée entre les forces du maréchal Haftar, homme fort de l'est du pays, et celles du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU, de Fayez al-Sarraj. Les deux principaux protagonistes de la crise en Libye seront présents à Berlin, mais à en juger les tensions qui les opposent, ils ne devraient pas siéger à la même table. 

Rivalités politiques régionales, intérêt pour les réserves pétrolières libyennes : l'enjeu de ce sommet est de faire cesser les interférences étrangères dans ce pays en proie à une situation chaotique, et d'aboutir à un arrêt total et durable des hostilités sur le terrain. Le projet d'accord final, que l'AFP a pu consulter, prévoit notamment un engagement à respecter l'embargo sur les livraisons d'armes, décrété en 2011, mais resté lettre morte. «La conférence peut être un premier pas pour la paix en Libye», a jugé le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, hôte du sommet, cité aujourd'hui par le quotidien Bild.

La Russie et la Turquie, qui jouent aujourd'hui un rôle clé dans ce conflit, seront représentées, ainsi que les Etats-Unis, la Chine, l'Italie, l'Allemagne, l'Egypte, la France et l'Algérie. Ce dernier pays partage près de 1 000 kilomètres de frontière avec la Libye.

Auteur: RT France

Jeux d'influence et enjeux d'envergure : choisir le bon camp

La Turquie, qui a récemment envoyé des troupes en Libye, affiche une position sans ambiguïté en faveur du GNA, basé à Tripoli et dirigé par Fayez al-Sarraj. Dans une tribune parue le 18 janvier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde contre une résurgence du terrorisme islamiste si le GNA, reconnu par l'ONU, venait à être renversé. De plus, la Turquie comme l'Europe redoutent un nouveau flux de migrants en cas d'aggravation de la crise. 

À un niveau plus régional, le conflit libyen accentue les rivalités turco-grecques. Le président turc a renouvelé, ce 19 janvier, ses critiques à l'égard d'Athènes qui avait accueilli le maréchal Khalifa Haftar, trois jours plus tôt. La Grèce «joue un mauvais jeu» par esprit de «revanche», car elle n'a pas été invitée au sommet de Berlin, a jugé le président turc Erdogan. Celui-ci avait envenimé ses relations avec ses voisins helléniques en signant, le 27 novembre, un accord maritime contesté avec Fayez al-Sarraj, donnant à Ankara l’accès à des zones économiques revendiquées par la Grèce et Chypre.

La Russie est, quant à elle, accusée par certaines parties, dont Washington, de soutenir le maréchal Haftar et d'avoir envoyé des «mercenaires» en Libye à cette fin. Une affirmation que le président Vladimir Poutine a lui-même démentie le 11 janvier, déclarant : «S'il y a des citoyens russes là-bas, ils ne représentent pas les intérêts de l'Etat russe et ne reçoivent pas d'argent de l'Etat russe.» La France est, elle aussi, soupçonnée par ses partenaires européens (mais aussi par Fayez al-Sarraj) de soutenir l'homme fort de l'est libyen plutôt que le GNA. «[Il faut] voir les choses telles qu'elles sont, le rapport de force tel qu'il est», fait valoir une source diplomatique française citée par l'AFP, selon laquelle le maréchal Haftar contrôle avec ses alliés «grosso modo 80% du territoire».

Dans une interview à paraître le 20 janvier dans le quotidien allemand Welt, son rival Fayez al-Sarraj a demandé l'envoi en Libye d'une «force militaire internationale» sous l'égide de l'ONU, au cas où le maréchal Haftar reprendrait les combats. Elle aurait pour mission de «protéger la population civile», selon sa formulation. Pour protester contre l'intervention turque dans le pays, les forces pro-Haftar ont bloqué le 18 janvier les principaux terminaux pétroliers de l'est de la Libye, jetant un froid à la veille du sommet de Berlin. 

Lire aussi : L’Afrique du Nord et le Sahel sous la menace directe d’une nouvelle escalade en Libye

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»