Emmanuel Macron reçoit le maréchal Haftar et constate l'impasse pour une cessation des hostilités

- Avec AFP

Emmanuel Macron reçoit le maréchal Haftar et constate l'impasse pour une cessation des hostilités© Filippo MONTEFORTE Source: AFP
Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est de la Libye.

Après avoir reçu le maréchal libyen Khalifa Haftar à Paris, l'Elysée s'est montrée pessimiste quant à un cessez-le-feu. La diplomatie française, pour qui la situation est «difficile à décrypter», a promis d'être active dans les semaines à venir.

Alors que les combats ont gagné en intensité aux abords de la capitale libyenne, le président français a reçu le 23 mai l'homme fort de l'est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar. Selon la présidence française, Emmanuel Macron lui a demandé qu'une cessation des hostilités «intervienne le plus tôt possible».

Mais le palais présidentiel a reconnu que la défiance entre les acteurs libyens était «plus forte que jamais», notant «l'impasse entre le souhait de la communauté internationale pour une cessation des hostilités et la manière de voir du maréchal Haftar». Ce dernier ne s'est pas exprimé à l'issue de la réunion, qui a duré un peu plus d'une heure.

Durant les échanges, en présence du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le maréchal a «longuement expliqué et justifié», selon l'Elysée, l'offensive militaire qu'il a lancée début avril sur Tripoli pour, a-t-il dit, lutter contre «les milices privées et les groupes radicaux» dont l'influence grandit dans la capitale.

Son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) fait cependant face à la résistance des forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et basé dans la capitale. Les combats ont fait depuis le 4 avril plus de 510 morts et 2 467 blessés, selon l'Organisation mondiale de la Santé.

Situation «délicate et difficile à décrypter» selon la diplomatie française

Le maréchal Haftar a présenté à chef d'Etat français la situation sur le terrain comme étant «en progrès et en dynamique», en affirmant qu'il consolidait «progressivement ses positions». A la fin de la réunion, il a semblé «convaincu qu'une reprise du processus politique était indispensable» mais «il n'a pas indiqué s'il allait faire une ouverture» en ce sens prochainement, selon la présidence.

De son côté, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a estimé le 23 mai à Tunis que le cessez-le-feu en Libye ne pouvait se faire sans le retrait des «agresseurs», c'est-à-dire des forces du maréchal Khalifa Haftar. «L'appel à cessez-le-feu ne peut se faire qu'avec le retrait des forces de l'agresseur», a insisté Fayez al-Sarraj, dans un communiqué.

L'Elysée a annoncé que la diplomatie française serait «très active dans les prochaines semaines» pour essayer de favoriser une solution, sans être «naïve» face à «une situation délicate et difficile à décrypter». Elle maintiendra pour cela «un dialogue constant» avec l'ONU, l'Italie, ancienne puissance coloniale, les autres capitales européennes, Washington et les acteurs régionaux, comme l'Égypte. 

Depuis l'offensive menée sur Tripoli par le maréchal Haftar, la France peine à faire connaître sa position. Emmanuel Macron a reçu en mai le chef du gouvernement d’union nationale, rappelant le soutien indéfectible de Paris à celui-ci malgré le flou. Emmanuel Macron avait reçu le 8 mai le chef du GNA Fayez al-Sarraj, qui avait accusé la France de soutenir le maréchal Haftar, des critiques jugées «inacceptables et infondées» par Paris.

Lire aussi : Libye : derrière la guerre fratricide entre Haftar et Sarraj, l’ombre de Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»