Erdogan estime que la Libye deviendrait un «terrain fertile» du terrorisme sans soutien à al-Sarraj

- Avec AFP

Erdogan estime que la Libye deviendrait un «terrain fertile» du terrorisme sans soutien à al-Sarraj© Murat Cetinmuhurdar / Bureau de presse présidentiel Source: Reuters
Le président turc, Tayyip Erdogan, prend la parole lors d'un symposium à Ankara, en Turquie, le 2 janvier 2020.

Dans une tribune, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a longuement interpellé les pays de l'Union européenne, les mettant en garde contre la résurgence d'organisations terroristes en Libye si le gouvernement d'al-Sarraj n'était pas soutenu.

Dans un article paru le 18 janvier, à la veille d'une conférence internationale à Berlin sur le conflit libyen, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a mis en garde contre une résurgence du terrorisme islamiste si le gouvernement de Tripoli, reconnu par l'ONU, venait à être renversé.

«L'Europe fera face à une nouvelle série de problèmes et de menaces en cas de chute du gouvernement légitime libyen», a prévenu le président turc sur le site internet Politico. «Les organisations terroristes comme l'Etat islamique (EI) et Al-Qaïda, qui ont subi une défaite militaire en Syrie et en Irak, trouveront un terrain fertile pour reprendre pied», a-t-il poursuivi. Le chef de l'Etat turc a ajouté que si l'Union européenne ne parvenait pas à soutenir de manière adéquate le Gouvernement d’union nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, ce serait «une trahison de ses propres valeurs fondamentales, y compris la démocratie et les droits de l'homme». «Laisser la Libye à la merci d'un seigneur de guerre serait une erreur de portée historique», a-t-il ajouté, évoquant le maréchal Khalifa Haftar qui a déclenché en avril 2019 une offensive pour s'emparer de la capitale, Tripoli.

Après des mois de combats, qui ont fait plus de 2 000 morts, un cessez-le-feu orchestré par le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue turc est en vigueur depuis le 12 janvier. Mais celui-ci est fragile et les Européens craignent une internationalisation du conflit, avec notamment l'implication de la Turquie qui a annoncé l'envoi de soldats pour soutenir le GNA. «L'UE doit montrer au monde qu'elle est un acteur pertinent dans l'arène internationale», a encore estimé Recep Tayyip Erdogan dans son article. «La prochaine conférence de paix à Berlin est un pas très significatif vers cet objectif. Les dirigeants européens devraient toutefois un peu moins parler et se concentrer sur la prise de mesures concrètes», a-t-il martelé. 

Plusieurs pays seront représentés le 19 janvier à la conférence organisée dans la capitale allemande sous l'égide des Nations unies, dont la Russie, la Turquie, les Etats-Unis, la Chine, l'Italie et la France.

Lire aussi : Discussions à Moscou sur la Libye : Haftar part sans signer l'accord, malgré un «certain progrès»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»