Algérie : Glucksmann veut que le Parlement de l'UE vote une résolution, forte contestation à Alger

Algérie : Glucksmann veut que le Parlement de l'UE vote une résolution, forte contestation à Alger© Anne-Christine Poujoulat Source: AFP
Raphaël Glucksmann, le 11 avril 2019 à Paris.
Suivez RT France surTelegram

L'eurodéputé socialiste Raphaël Glucksmann a annoncé que le Parlement européen débattra la semaine prochaine de la situation en Algérie, prenant clairement position en faveur du mouvement de protestation. A Alger, on dénonce une ingérence.

Le Parlement européen organisera la semaine prochaine un débat sur l’Algérie qui sera sanctionné par le vote «d’une résolution d’urgence», a annoncé l’eurodéputé français Raphaël Glucksmann le 21 novembre sur son compte Twitter.

«Le Parlement n'a pas eu un mot en session plénière sur un mouvement aussi massif, aussi exemplaire que le Hirak algérien», a écrit l'élu socialiste. «Cette révolution ne brise pas un carreau et pourtant pourrait changer la face du monde méditerranéen (le nôtre, aussi, donc, faut-il le rappeler)», a-t-il poursuivi.

Les cinq candidats à l'élection présidentiel en Algérie ont fermement rejeté cette initiative, rapporte l'agence officielle algérienne APS. Les postulants à la magistrature suprême ont ainsi condamné la démarche du Parlement européen, soulignant que «cet acte constitu[ait] une provocation manifeste à la veille des élections présidentielles». Ils soulignent à cet égard que ce qui se passe en Algérie relève «exclusivement des affaires intérieures». En meeting de campagne, l'un des candidat, Abdelkader Bengrina, de tendance islamiste, aurait ainsi appelé le peuple algérien à «refuser que les affaires internes soient débattues au niveau du Parlement européen avec la complicité de leurs suppôts à l'intérieur», selon l'agence de presse.

Au delà de la tradition algérienne de se positionner systématiquement contre toute ingérence, cette réaction s'explique également par le fait que Raphaël Glucksmann prend clairement position pour le hirak, le mouvement de protestation contre le pouvoir en Algérie, en cours depuis neuf mois. Ce mouvement refuse toute élection organisée par le système en place, et estime que les candidats à la présidentielle du 12 décembre prochain sont liés à l'époque Bouteflika. Une époque que les protestataires considèrent comme caduque et révolue.

S'il a lieu comme l'annonce Raphaël Glucksmann, le débat au Parlement européen risque fort de créer des remous dans les relations bilatérales avec l'Algérie en cette période délicate. En effet, comme le député français le rappelle lui-même, il n'est pas dans les habitudes du Parlement de Strasbourg d'organiser de tels débats aussi près d'une échéance électorale.

Lire aussi : Pour Alger, Mathilde Panot n'a pas été arrêtée mais sa présence revenait à de l'ingérence

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»