Le gouvernement égyptien annonce avoir tué 40 «terroristes» après l'attaque contre des touristes

Le gouvernement égyptien annonce avoir tué 40 «terroristes» après l'attaque contre des touristes© AMR ABDALLAH DALSH Source: Reuters
La police anti-émeute sécurise la scène d'explosion d'autobus à Gizeh, en Égypte, le 28 décembre 2018.

Au lendemain de l'attaque qui a fait quatre morts, trois touristes vietnamiens et un guide égyptien, au Caire, le gouvernement égyptien a annoncé la mort de 40 djihadistes présumés dans des raids menés par les forces de sécurité du pays.

Le gouvernement égyptien a annoncé que les forces de sécurité avaient abattu ce 29 décembre 40 djihadistes présumés. Des raids ont été menés au lendemain d'un attentat qui a fait quatre morts à Gizeh, près du Caire.

Dès le petit matin ce 29 décembre, le ministère de l'Intérieur égyptien a annoncé des raids dans la région de Gizeh et dans le Nord-Sinaï (est), où le groupe djihadiste Etat islamique est implanté. «40 terroristes ont été tués», 30 dans la région de Gizeh et 10 dans le Nord-Sinaï, selon le ministère, qui explique que ces personnes «planifiaient une série d'agressions contre les institutions de l'Etat», dont le secteur du tourisme, des lieux de culte chrétiens et les forces de sécurité.

Le ministère n'a pas lié directement ces raids policiers à l'attaque du 28 décembre contre le bus de touristes vietnamiens, qui n'a pas encore été revendiquée, mais une source sécuritaire a précisé qu'ils avaient eu lieu à la suite de l'attentat, relève l'AFP.

Toujours selon l'AFP, les médias égyptiens ont relayé, à la télévision et sur les réseaux sociaux, les photos des djihadistes présumés abattus. Elles montrent des hommes ensanglantés, une arme à la main, le visage flouté, gisant dans des cachettes rudimentaires. Cependant, ces médias, sous contrôle étroit de l'Etat, ont évoqué de manière succincte l'attentat, un sujet sensible en Egypte où le pouvoir se présente comme un allié majeur des puissances occidentales dans la lutte antiterroriste.

Le 28 décembre, trois touristes vietnamiens et leur guide égyptien ont été tués dans l'explosion d'une bombe artisanale au passage de leur bus près du site des pyramides de Gizeh, en périphérie sud-ouest de la capitale égyptienne.

Une enquête a été ouverte sur cette attaque, qui a également blessé 11 touristes et le chauffeur du bus, a annoncé le parquet général.

Les attaques se sont multipliées en Egypte depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013, visant en particulier les forces de sécurité et la minorité chrétienne copte. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a décrété l'état d'urgence après des attaques contre des églises en avril 2017, une mesure sans cesse renouvelée depuis.

L'attentat du 28 décembre est le premier perpétré contre des touristes depuis juillet 2017. 

Lire aussi : Egypte : au moins quatre morts et 10 blessés après une explosion dans un bus touristique au Caire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»