L'Allemagne ne souhaite pas que Washington déploie de nouveaux missiles sur son territoire

L'Allemagne ne souhaite pas que Washington déploie de nouveaux missiles sur son territoire© Michele Tantussi Source: Reuters
Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas (image d'illustration).

Berlin a répondu à la menace de Washington de se retirer du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire, affirmant ne pas vouloir que l'Europe et l'Allemagne soient impliqués dans le déploiement de nouvelles armes sur leur territoire.

La menace des Etats-Unis de se retirer du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (INF) n'inquiète pas seulement Moscou. L'Allemagne a pris les devants et a d'ores et déjà prévenu Washington qu'elle ne souhaitait pas lui permettre de déployer de nouvelles armes sur son territoire.

«L’Europe ne doit en aucun cas devenir une plate-forme de discussion sur l’accumulation d’armes», a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, dans une interview accordé à l'agence de presse allemande DPA, publiée le 26 décembre. «Le déploiement de nouveaux missiles à moyenne portée en Allemagne susciterait un mécontentement énorme», a-t-il ajouté.

«L'accumulation d'armes nucléaires constituerait une réponse totalement erronée», a poursuivi le ministre, commentant la guerre des mots qui se joue actuellement entre Moscou et Washington. «La politique des années 80 ne va pas aider à répondre aux questions modernes», a-t-il enfin fait valoir.

Ces déclarations interviennent dans un contexte tendu entre Washington et Moscou. En cause : la menace lancée le 20 octobre par le président américain Donald Trump de se retirer du traité INF sur les armes nucléaires de portée intermédiaire. Signé en 1987 par les présidents américain et soviétique de l'époque, Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, ce traité abolit l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5 500 km. Il avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires visant les capitales occidentales.

Washington a réitéré sa menace par la voix de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo le 4 décembre, qui a annoncé que les Etats-Unis cesseraient sous 60 jours de respecter les obligations prévues par le FNI si Moscou ne s'y conformait pas. Washington dénonce le déploiement par Moscou du système de missiles 9M729, dont la portée dépasserait 500 km.

Une accusation rejetée à de nombreuses reprises par Moscou. Le 5 décembre Vladimir Poutine a estimé que les Etats-Unis cherchaient simplement «des prétextes pour se retirer du traité», notant qu'aucune preuve de prétendues violations du traité de la part de la Russie n'avait été fournie.

Lire aussi : Pour Moscou, le retrait américain du traité sur les armes nucléaires pourrait mener au «chaos»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»