Traité nucléaire FNI : la Russie dénonce les accusations «sans fondement» des Etats-Unis

- Avec AFP

Traité nucléaire FNI  : la Russie dénonce les accusations «sans fondement» des Etats-Unis© Alexey NIKOLSKY / Sputnik
Le président russe Vladimir Poutine
Suivez RT France surTelegram

La joute verbale continue entre les Etats-Unis et la Russie : accusé par Washington de violer le traité sur les Forces nucléaires à portée intermédiaire, Moscou a rejeté ce 5 décembre des affirmations qu'il estime dénuées de preuves.

Vladimir Poutine a dénoncé ce 5 décembre les accusations de Washington, qui affirme que la Russie viole un traité de 1987 sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

Comme d'habitude, aucune évidence de ces violations de notre part n'a été fournie

«D'abord, la partie américaine annonce son intention de se retirer du traité [...] Ensuite, elle commence à chercher des excuses pour le faire», a commenté le président russe Vladimir Poutine, cité par les agences de presse russes. «La justification numéro un est que nous violons quelque chose. En même temps, comme d'habitude, aucune preuve de ces violations de notre part n'a été fournie», a-t-il ajouté.

La réaction du président russe intervient au lendemain des menaces du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, qui a donné 60 jours à la Russie pour se conformer au traité FNI, faute de quoi les Etats-Unis se retireraient de l'accord.

Cette déclaration fait écho à la réaction de la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, qui avait estimé plus tôt que «des accusations sans fondement sont répétées». «Aucune preuve à l'appui des accusations américaines n'a été apportée», avait-elle ajouté. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a quant à lui assuré aux journalistes que «les faits ont été distordus pour camoufler le vrai objectif du retrait américain de ce traité», sans donner plus de précisions.

De son côté, Washington dénonce le déploiement par Moscou du système de missiles 9M729, dont la portée, selon Washington, dépasserait 500 km.

Selon le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, ces missiles peuvent frapper les villes d'Europe en quelques minutes après avoir été tirés de l’intérieur du territoire russe et peuvent porter des charges nucléaires. Le département d'Etat américain a annoncé dans un communiqué publié le 4 décembre avoir fourni «plus qu'assez d'informations pour que la Russie s'implique de façon substantielle sur ce sujet». L'expiration du délai de 60 jours avancé par Mike Pompeo coïncide avec la prochaine réunion des ministres de la Défense de l'OTAN les 14 et 15 février 2019.

Signé il y a plus de 30 ans, le traité FNI a été remis sur le devant de la scène en octobre, quand le président américain Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis allaient «mettre fin à l'accord» et développer à nouveau des armes nucléaires. Coutumier des volte-face, Donald Trump a pourtant affiché le 3 décembre sa volonté de travailler avec la Russie et la Chine, elle aussi dans son collimateur, pour mettre fin à une course aux armements devenue «incontrôlable».

Lire aussi : Pour Moscou, le retrait américain du traité sur les armes nucléaires pourrait mener au «chaos»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix