Trump estime Khashoggi probablement mort et promet de «très graves» conséquences à Riyad

Trump estime Khashoggi probablement mort et promet de «très graves» conséquences à Riyad© SAUL LOEB Source: AFP
Pour le président américain Donald Trump, l'affaire Khashoggi ne doit pas remettre en question les accords commerciaux entre Washington et Riyad.

Donald Trump a admis que le journaliste saoudien disparu Jamal Khashoggi était probablement mort, menaçant Riyad de «conséquences très graves». La monarchie saoudienne pourrait faire porter le chapeau à un responsable des services de renseignement.

«Cela me semble bien être le cas. C'est très triste» : le président américain Donald Trump a estimé le 18 octobre qu'il semblait «fort probable» que le journaliste Jamal Khashoggi était mort. Ce dernier est porté disparu depuis le 2 octobre, jour où il avait pénétré dans le consulat saoudien d'Istanbul. Depuis, la presse turque soutient que le journaliste a été assassiné dans le consulat le jour de sa disparition. Le 17 octobre, un nouveau lot d’informations sordides basées sur des enregistrements sonores réalisés sur place ont été publiées, notamment par le site Middle East Eye. Il en ressort que Jamal Khashoggi aurait été découpé vivant par un médecin légiste.

Comme il l'avait fait auparavant, le président américain a assuré que les éventuelles conséquences pour Riyad «[devraient] être très graves». «Je veux dire, c'est quelque chose de vraiment mauvais, mais nous verrons ce qui se passe», a-t-il confié devant des journalistes avant de s'envoler pour le Montana.

Un responsable des services de renseignement accusé par Riyad ?

Dans le même temps, la monarchie saoudienne élabore sa stratégie de défense face à la montée de la pression internationale. Ainsi, elle envisagerait de faire porter le chapeau de l'affaire à un haut responsable des services de renseignement, le général Ahmed Assiri, qui est aussi conseiller du prince héritier Mohammed ben Salmane, d'après le New York Times. Cette piste de l'excès de zèle d'un haut gradé avait déjà été sous-entendue il y a quelques jours par le ministre saoudien de l'Intérieur, qui avait fermement démenti que Riyad ait ordonné l'exécution du journaliste.

Les retombées à court terme de l'affaire promettent malgré tout d'être importantes pour l'Arabie saoudite. Dans la foulée d'un nombre croissant de responsables internationaux, le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé le 18 octobre qu'il annulait sa participation au forum économique saoudien, qui doit se tenir du 23 au 25 octobre 2018 à Riyad. Alors qu'il avait dans un premier temps confirmé sa participation, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a finalement lui aussi déclaré le même jour qu'il ne participerait pas à cette conférence économique, qualifiée de «Davos du désert».

Un boycott qui n'a toutefois pas vocation à remettre profondément en cause les relations qui unissent Riyad à ses alliés occidentaux, notamment les accords commerciaux portant sur les ventes d'armes. «Je pense en fait que nous nous punirions nous-mêmes si nous faisions cela. Il y a d'autres choses qu'on peut faire qui sont très, très puissantes, très fortes», avait lancé le locataire de la Maison-Blanche dès le 14 octobre. «Riyad et l'Arabie saoudite sont des partenaires stratégiques pour la France. [L'affaire] ne remet pas en cause ce partenariat stratégique», a de son côté affirmé le ministre français de l'Economie. Avec 18,5 milliards d'euros de contrats, l'Arabie saoudite est en effet le premier partenaire commercial de Paris dans le Golfe.

«A court terme, l'impact sera fort. Mais dans trois semaines, ce sera à nouveau "business as usual". Entre-temps, on aura sans doute mis l'affaire sur le dos d'exécutants trop zélés», résume un diplomate français proche du dossier dans des propos rapportés par le Figaro.

Lire aussi : «Je n'irai pas à Riyad» : Bruno Le Maire annule sa participation au forum économique saoudien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»