Affaire Khashoggi : Donald Trump menace Riyad d'un «châtiment sévère» si son implication est avérée

Affaire Khashoggi : Donald Trump menace Riyad d'un «châtiment sévère» si son implication est avérée© MOHAMMED AL-SHAIKH Source: AFP
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Le président américain a laissé entendre que l'Arabie saoudite pourrait être responsable de la disparition de Jamal Khashoggi à Istanbul, et promis des mesures punitives si tel était le cas. Riyad dément avoir donné l'ordre de tuer le journaliste.

L'affaire Khashoggi, du nom de ce journaliste critique envers les autorités saoudiennes et porté disparu depuis le 2 octobre, après s'être rendu au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul en Turquie, va-t-elle empoisonner les relations américano-saoudiennes ? Le président américain a en tout état de cause fait monter la pression d'un cran le 13 octobre, promettant un «châtiment sévère» à l'Arabie saoudite s'il s'avérait qu'elle était responsable de la disparation du journaliste.

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision CBS, enregistré le 11 octobre et diffusé le 13, le président américain s'est montré pessimiste sur le sort du journaliste : «En l'état actuel des choses, il semble que peut-être on ne va plus le revoir, et c'est très triste [...] Notre premier espoir était qu'il n'ait pas été tué mais peut-être que les choses ne s'annoncent pas bien.» Et Donald Trump, qui jusqu'à présent avait été très prudent sur cette affaire, reconnaît désormais que l'implication de Riyad n'est pas à exclure. «Pour l'instant, ils démentent [leur implication] et la démentent vigoureusement. Est-ce que ça pourrait être eux ? Oui», a-t-il ainsi déclaré avant de promettre de faire «toute la lumière sur cette affaire» et d'annoncer un éventuel «châtiment sévère».

Mais quoi qu'il advienne, cette affaire ne remettra pas en cause les accords commerciaux historiques entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, portant notamment sur des équipements militaires. «Je pense en fait que nous nous punirions nous-mêmes si nous faisions cela. Il y a d'autres choses qu'on peut faire qui sont très, très puissantes, très fortes», a lancé le locataire de la Maison Blanche, sans toutefois préciser à quoi il faisait allusion. Son secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a par ailleurs confirmé dans la foulée qu'il se rendrait bien à la deuxième édition du sommet «Future Investment Initiative» qui se tiendra à Riyad du 23 au 25 octobre.

Enregistrements de sa montre connectée

Jamal Khashoggi, journaliste critique du prince héritier Mohammed ben Salmane qui collaborait notamment avec le Washington Post, s'était rendu le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul, ayant besoin d'un document nécessaire pour son futur mariage. Selon sa fiancée Hatice Cengiz, il devait fêter ses 60 ans ce 13 octobre au bord du Bosphore. Quatre jours plus tard, des responsables turcs cités par les médias ont affirmé qu'il avait été tué dans ce bâtiment. 

D'après la police turque, un groupe de 15 Saoudiens est arrivé en avion le 2 octobre à Istanbul. Ils seraient ensuite allés tuer le journaliste, à l'aide notamment d'une scie à os, avant de quitter la Turquie, selon plusieurs médias turcs. Les quotidiens turcs Sözcü et Milliyet rapportent en outre que Jamal Khashoggi portait, lorsqu'il est entré au consulat, une «montre intelligente» Apple connectée à un iPhone qu'il avait laissé à sa fiancée. Des enregistrements audio ont ainsi été transmis au téléphone et sont actuellement examinés par la justice turque. Toutefois, deux versions s'opposent : tandis que Milliyet assure que des cris et une querelle ont été enregistrés, Sözcü avance que seules des conversations sont entendues dans l'enregistrement de «quelques minutes».

Riyad dément avoir donner l'ordre de tuer

De son côté, l'Arabie saoudite a fermement démenti avoir ordonné l'exécution du journaliste, se disant attachée au «respect des règles et des conventions internationales». «Ce qui a été rapporté au sujet d'ordres de le tuer est un mensonge et une allégation infondée», a ainsi soutenu le ministre saoudien de l'Intérieur, Abdel Aziz ben Saoud ben Nayef, dans des propos rapportés par l'agence de presse officielle SPA. Il s'agit, selon lui, de «fausses accusations contre l'Arabie saoudite». Le ministre saoudien pour les Affaires du Golfe, Thamer Sabhan, a de son côté dénoncé sur Twitter une «campagne mensongère, traîtresse et sale» contre l'Arabie saoudite, dont l'origine remonte selon lui à «des décennies».

Une délégation saoudienne est arrivée le 12 octobre à Ankara. Elle doit notamment prendre part aux travaux d'un groupe de travail, dont la création a été annoncée par le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan, sur la disparition du journaliste.

Constituée de 11 personnes, cette délégation a inspecté le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, seloon la chaîne de télévision turque NTV. Mais Ankara déplore le manque de coopération des Saoudiens et juge que l'enquête piétine. «Nous n'avons pas encore vu de coopération pour que l'enquête se déroule facilement et que toute la lumière soit faite. C'est ce que nous voulons voir», a confié le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu à l'agence de presse nationale Anadolu, lors d'une visite officielle à Londres. Le ministre a enjoint à l'Arabie saoudite de laisser les «procureurs et experts pénétrer dans le consulat» afin de pouvoir mener à bien leurs investigations.

Lire aussi : «Vous ne resteriez pas au pouvoir deux semaines sans notre soutien» : Trump prévient le roi Salmane

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»