Trump devrait s'inspirer de la «fermeté» de Macron face au Kremlin, selon des sénateurs démocrates

Trump devrait s'inspirer de la «fermeté» de Macron face au Kremlin, selon des sénateurs démocrates© POOL New Source: Reuters
Les président français et russe, lors du sommet du G20 à Hambourg en juillet 2017.

Dans un rapport publié le 10 janvier, les démocrates de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain accusent Moscou d'ingérence dans les démocraties occidentales. Pour eux, Donald Trump devrait suivre l'exemple de son homologue français.

Le parti démocrate américain ronge son frein. Afin de faire bouger les lignes, estimant que l'administration Trump et les Républicains n'en font pas assez pour contrer la supposée ingérence russe, une demi-douzaine de sénateurs démocrates ont publié ce 10 janvier 2018 un copieux rapport de plus de 200 pages, présenté comme une recension des actes malveillants – supposés – de la Russie de par le monde. Il est à noter d'emblée que la publication du rapport, largement relayée dans les médias américains, s'appuie essentiellement sur les rapports controversés du renseignement américain mais aussi sur des articles passés de cette même presse, quelles que soient ses erreurs passées.

Front anti-russe : Macron érigé en exemple

Les sénateurs démocrates ont intitulé leur rapport : «Les attaques asymétriques de Poutine contre la démocratie en Russie et en Europe : implications pour la sécurité nationale américaine.»

«Jamais jusqu'à présent un président n'a autant ignoré une menace aussi claire», dénoncent les élus. Et, pour mieux démontrer l'impéritie, selon eux, du locataire de la Maison Blanche, les sénateurs citent en exemple... le président de la République française, Emmanuel Macron : «La France et son nouveau président, Emmanuel Macron [...] se sont exprimés fermement contre les ingérences du gouvernement russe et ont joué un rôle de premier plan en Europe pour résister aux interventions du Kremlin.» 

Le chef de l'Etat français avait déclaré en novembre dernier, notamment, que «l'ingérence russe pos[ait] encore un sérieux problème pour les démocraties comme les Etats-Unis ou la France» – quand bien même, comme l'avait rappelé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, il n'existe toujours «pas une seule preuve» concrète de cette ingérence. 

Pour autant, Emmanuel Macron est loin d'être le croisé anti-russe que semblent vouloir dépeindre, avec envie, les sénateurs américains. En effet, le président français a affirmé à plusieurs reprises sa volonté de renforcer la coopération franco-russe, mise à mal sous le précédent quinquennat. Dans son entretien au Point du 31 août dernier, par exemple, le chef d'Etat avait affirmé qu'il essayait de «repérer les désaccords absolus, les points de convergence et les voies» sur lesquelles Paris et Moscou pouvaient trouver «un chemin commun». Il avait néanmoins noté un «différend absolu» avec Vladimir Poutine sur l'Ukraine. De son côté, le Kremlin avait confirmé que la volonté de dialogue était réciproque entre Paris et Moscou.

Des tensions entre Washington et Moscou jamais assez fortes pour les élus démocrates ?

Moscou a également réagi. «Nous ne pouvons qu'exprimer nos regrets concernant cette campagne [contre la Russie], et rappeler une nouvelle fois que jusqu'à présent, toutes ces craintes, toutes ces accusations d'ingérence de notre pays [dans les élections américaines] n'ont aucun fondement», a déclaré le portez-parole du Kremlin lors d'un point presse le 11 janvier. Dénonçant l'«obsession» de la menace russe, il a déploré la dégradation des conditions du dialogue entre Washington et Moscou.

Si l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, fin 2016, laissait présager une amélioration des relations entre Washington et Moscou, au regard de ses déclarations de campagne, elles se sont crispées au cours de l'année suivante. De sorte qu'en août 2017, le Kremlin et la Maison Blanche partageaient l'idée selon laquelle les relations russo-américaines se trouvaient à un niveau historiquement bas, en raison notamment de nouvelles sanctions économiques votées par le Congrès américain contre la Russie.

Depuis l'élection de Donald Trump, en outre, Washington et Moscou  ont haussé le ton à plusieurs reprises l'un envers l'autre, sur les dossiers syrien (les Etats-Unis allant jusqu'à frapper une base militaire syrienne), ukrainien (Washington ayant autorisant la vente d'armes létales à Kiev, ce à quoi s'était toujours refusé Barack Obama), israélieniranien, ou encore vénézuélien... Une discorde entre les deux puissances qui semble toutefois trop modeste encore aux yeux des sénateurs démocrates, qui jugent leur président timoré face à la «menace» russe.

Lire aussi : Vœux du Nouvel An : Vladimir Poutine tend de nouveau la main à Donald Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.