Au Caire, Poutine estime que la décision de Trump sur Jérusalem peut «provoquer un conflit» (VIDEO)

- Avec AFP

Au Caire, Poutine estime que la décision de Trump sur Jérusalem peut «provoquer un conflit» (VIDEO)© pool new Source: Reuters
Vladimir Poutine et son homologue égyptien au Caire le 11 décembre

Vladimir Poutine est arrivé au Caire le 11 décembre pour rencontrer son homologue égyptien. Les deux dirigeants ont parcouru les divers sujets économiques et diplomatiques qui lient leurs deux pays, notamment le dossier israélien.

Après une visite surprise en Syrie, le président russe Vladimir Poutine est arrivé au Caire ce 11 décembre 2017 pour rencontrer son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Parcourant divers sujets de politique internationale et d'économie, le président russe a notamment évoqué la récente décision de Donald Trump, jugeant que la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d'Israël était «contre-productive» et susceptible de «déstabiliser» la région.

«Nous considérons que toute action qui court-circuiterait le processus de paix entre les Israéliens et les Palestiniens est contre-productive», a fait savoir Vladimir Poutine. Il a ensuite ajouté : «Une telle décision pourrait provoquer un conflit, déstabiliser la situation et non la résoudre.»

Contrat pour la première centrale nucléaire

Lors de cette rencontre, l'Egypte et la Russie ont également signé le contrat final pour la construction de la première centrale nucléaire égyptienne, dans le nord du pays. Le contrat vient entériner l'accord que les deux pays avaient trouvé en novembre 2015 pour bâtir dans la région de Dabaa quatre réacteurs de chacun 1 200 mégawatts.

Un peu plus tôt ce même jour, lors de son étape sur la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie, Vladimir Poutine a réaffirmé, d'après Reuters, l'importance de l'Iran et de la Turquie dans le processus de paix en Syrie, dans le cadre du Congrès du dialogue national syrien. La dernière rencontre entre Vladimir Poutine et Bachar el-Assad remonte au 21 novembre 2017, à Sotchi, en Russie.

Le lendemain 22 novembre 2017, rencontrant les présidents iranien et turc Hassan Rohani et Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine avait donné le coup d'envoi de la phase politique de la résolution du conflit en Syrie. Ce 11 décembre, le président russe a annoncé le retrait des forces russes de Syrie. «[La Russie et la Syrie] ont détruit l'un des plus puissants groupes terroristes internationaux en à peine deux ans», a ainsi déclaré Vladimir Poutine, alors que l'armée russe annonçait une semaine plus tôt que le territoire syrien avait été «totalement libéré» des combattants de l'Etat islamique.

Lire aussi : Egypte : des manifestants brûlent le drapeau israélien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter