«Virez moi ces fils de p*te» : Trump s'en prend aux sportifs refusant de saluer l'hymne américain

«Virez moi ces fils de p*te» : Trump s'en prend aux sportifs refusant de saluer l'hymne américain© Aaron Bernstein Source: Reuters
Donald Trump lors de son meeting à Huntsville, en Alabama, le 22 septembre 2017

En meeting, Donald Trump a fustigé les joueurs de football afro-américains refusant de se lever pour l'hymne national avant les matches, en signe de protestation. Le président américain a invité ses partisans à quitter le stade, le cas échéant.

«N'aimeriez vous pas qu'un des propriétaires d'une équipe de football renvoie tout simplement un joueur qui ne respecte pas notre drapeau ? Qu'il lui dise "Virez moi ce fils de p*te du terrain. Il est viré !" N'aimeriez vous pas que cela se passe ainsi ?», a lancé Donald Trump le 22 septembre à Huntsville, en Alabama, dans un meeting politique de soutien au Républicain Luther Strange, en lice pour les élections sénatoriales.

Le président américain, dont les propos ont été accueillis aux cris de «USA, USA !», s'exprimait sur le comportement de certains joueurs afro-américains de la ligue nationale de football (NFL) qui, en signe de protestation, restent assis ou posent le genou au sol durant le traditionnel hymne national d'avant-match.

Sous les applaudissements du public, Donald Trump a appelé ses partisans à quitter le stade si cette situation devait se produire : «La meilleure chose que vous pourriez faire, si vous voyez ce genre de comportement de la part d'un joueur est de quitter le stade. Levez vous et partez. Et ils finiront par arrêter. Je vous le garantis [...] C'est un manque de respect total de notre patrimoine et de tout ce que nous défendons.»

Colin Kaepernick : le quarterback contestataire devenu paria de la ligue de football 

Cette tendance à poser le genou au sol, ou à simplement rester assis durant l'hymne national américain, a été lancée en août 2016 par Colin Kaepernick, quarterback de l'équipe des 49ers de San Francisco. Le joueur avait expliqué que ce geste de défi, qui a inspiré d'autres joueurs dans différentes équipes, visait à dénoncer le racisme aux Etats-Unis.  

© Getty Images
Colin Kaepernick (au premier plan), quarterback des 49ers de San-Francisco courbe l'échine pendant l'hymne américain pour dénoncer le racisme aux Etats-Unis

«Je refuse de glorifier le drapeau d'un pays qui opprime les personnes de couleur et les personnes noires [...] Il y a des cadavres dans les rues et des meurtriers qui s’en tirent avec leurs congés payés»», avait-il déclaré aux journalistes après un match, pour expliquer son geste.

Son coéquipier Eric Reid l’avait immédiatement imité la première fois qu’il avait mis le genou à terre. Une partie des joueurs des Cleveland Browns continuent, en guise de solidarité, de boycotter l’hymne des Etats-Unis, joué avant chaque rencontre sportive professionnelle.

Ce geste avait valu à Colin Kaepernick des éloges d'une certaine partie de l'opinion pour son «courage» mais aussi de violentes critiques de la part d'Américains indignés par son comportement qu'ils jugent profondément insultant envers la nation. 

Suite à cette affaire, Colin Kaepernick avait mis fin à son contrat avec les 49ers de San Francisco, se déclarant «libre» en attendant d'être recruté. Mais plus d’un an après les faits, la polémique reste vive et il est toujours marginalisé, tenu à l’écart par la Ligue nationale. A 29 ans, sans équipe, Colin Kaepernick est ainsi devenu le paria du football américain. Visiblement inquiet de la tournure qu'ont pris les choses, le quarterback s’était engagé à se lever de nouveau pour l’hymne pour la saison 2017. Un engagement qui pour l'heure, n'a convaincu aucune équipe. 

Lire aussi : Quand la fédération de tennis américaine diffuse l'hymne nazi lors d'un match avec l'Allemagne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.