Absence d’acteurs clés, prolifération : la finalité du sommet nucléaire à Washington remise en cause

Barack Obama Source: Reuters
Barack Obama

Alors que le sommet sur la sécurité nucléaire se déroule à Washington, de nombreux pays manquent à l’appel. Kevin Kamps, expert en sûreté nucléaire, estime que cette réunion aura peu d’impact sur l’amélioration de la situation dans ce domaine.

Absence d’acteurs clés

La menace de terreur nucléaire fait partie des sujets les plus importants du sommet. Néanmoins, la question de savoir si une réelle percée peut être atteinte à la réunion étant donné que des joueurs clés du nucléaire, tels que la Russie, l’Iran et la Corée du Nord n’y sont pas présents.

Conviée à la réunion, la Russie a choisi de décliner l’invitation, expliquant que la raison de cette décision était liée à «un important déficit d'interaction lors de l'étude préalable des questions et des sujets abordés pendant le sommet», mettant ainsi en doute son utilité, a indiqué le Kremlin.

Plus tôt, le conseiller adjoint de la Sécurité nationale de la Maison Blanche Ben Rhodes a annoncé que la Russie «s’est isolée des discussions» sur la sécurité nucléaire. Le ministère des Affaires étrangères russe a qualifié cette réaction de «politisée».

«Les propos de cette teneur sont étranges, même du point de vue formel. Le sommet de Washington ne réunit qu'un peu plus de 50 pays. Tous les autres ne sont pas invités, bien que nombre d'entre eux possèdent des sites et du matériel nucléaire… Si la Russie est isolée, c'est avec 150 autres pays du monde. La seule différence est que Moscou a reçu une invitation», a précisé le diplomate russe Mikhaïl Oulianov.

Les promesses de Washington non tenues

Le sommet est un test pour le président Barack Obama et sa stratégie de non-prolifération nucléaire, largement mise à l’épreuve. Quand le président américain a annoncé la création d’une réunion annuelle il y a quelques années, il était convaincu qu’elle porterait ses fruits.

«Je déclare solennellement et avec conviction, l’engagement des Etats-Unis à la recherche de la paix et de la sécurité, pour un monde sans armes nucléaires», avait-t-il annoncé à Prague en 2009, en proposant de relancer les efforts contre la prolifération de l'atome.

L'indignation des grands médias

Malgré ses discours consacrés à la dénucléarisation du monde, Barack Obama n’a pas appliqué ces beaux principes à lui-même. Au contraire, de nombreux missiles nucléaires B61, créés dans les années 1960, ont été déployés sur les bases américaines d’Allemagne, de Belgique, d’Italie, de Turquie et des Pays-Bas, ce qui selon Moscou, pourrait augmenter le risque qu’une arme nucléaire soit un jour utilisé. En outre, en juillet 2015, les Etats-Unis ont testé la bombe nucléaire B61-12, sans ogive, sur le site de Tonopah, dans le Nevada.

Un risque réel

Cependant la sécurité nucléaire est loin d’être assurée, lorsque selon l'agence d'information Reuters, 400 unités de matière nucléaire ont été portées disparues au cours de ces quatre dernières années, dont certaines ont été volées. Les inquiétudes sont alimentées par la volonté de Daesh d’acheter du matériel nucléaire au Pakistan afin de possiblement mener des attaques terroristes.

Tandis qu’en 2014 les djihadistes ont effectivement réussi à se procurer du matériel atomique, provoquant la mise en garde de l’ambassadeur irakien, qui a insisté sur le fait qu’il pourrait être utilisé dans des dispositifs explosifs.

L’OTAN a aussi averti que le risque de terrorisme nucléaire est susceptible d’être amené par des djihadistes de Daesh basés à l’étranger. Concrètement, les enquêteurs estiment aujourd’hui que Daesh avait planifié de cibler une centrale nucléaire près de Bruxelles au lieu des attentats qui ont frappé le métro et l’aéroport dans la capitale belge le 22 mars dernier.

Les médias avertissent du risque posé à la sécurité nucléaire

Pékin prévient Washington

Le chef d’Etat chinois Xi Jinping, est un des principaux représentants des pays nucléaires à s’être déplacé pour assister au sommet. Cependant, lors de la rencontre avec son homologue américain, les discussions n’ont concerné que la question des îles disputées en mer de Chine, sans aborder la sécurité nucléaire.

Xi Jinping l’a prévenu que la Chine comptait protéger sa souveraineté dans les eaux disputées de la mer de Chine. «La Chine va vigoureusement protéger sa souveraineté et ses droits afférents en mer de Chine», a-t-il fait savoir, cité par l’agence d’information Xinhua.

Tout en admettant que Pékin «respecte et préserve la liberté de navigation et de survol à laquelle d’autres pays ont droit en vertu du droit international», le dirigeant chinois a souligné que la Chine «n’accepterait pas la liberté de navigation comme excuse pour saper les intérêts nationaux de la Chine et sa sécurité».

Washington a pris des mesures pour contrer l’influence grandissante de la Chine dans la région et a augmenté la fréquence de ses patrouilles navales en mer de Chine dans le cadre d'exercices de «liberté de navigation» près des archipels disputés. Les autorités américaines ont aussi renforcé leur surveillance aérienne et intensifié leurs exercices, menés conjointement avec les alliés asiatiques des Etats-Unis. En réponse, la Chine a déployé plus tôt cette année des systèmes de missiles sol-air sur l’île de Yongxing, en plus de son aviation militaire.

Des sujets importants, «dont on ne parle pas»

Pour Kevin Kamps, expert en matière de sûreté atomique, le sommet n’apportera pas beaucoup de réponses concernant l’amélioration de la situation dans le domaine, puisque la question des armes nucléaires ne sera pas évoquée lors de cette réunion, ni même le cas des centrales, alors que l’on apprend que Daesh comptait mener une attaque sur une centrale nucléaire en Belgique.

«Malheureusement, l’administration Obama est très à l'aise avec le statu quo, avec l’énergie nucléaire aux Etats-Unis, la sécurité de ces installations, ou plutôt le manque de celle-ci», a-t-il expliqué dans une interview à RT.

L’expert a trouvé incroyable qu’une des plus importantes initiatives liées à ce sommet de sécurité soit le transport de liquides hautement radioactifs du Canada aux Etats-Unis. «C’est une livraison sans précédent de liquides hautement radioactifs, cela représente un très grand risque, mais cela n’aboutit à rien. Ces déchets nucléaires pourraient tout aussi bien rester en sécurité au Canada», a-t-il précisé.

Kevin Kamps a également évoqué le cas du transport en haute mer de plutonium japonais, pouvant être utilisé pour fabriquer des bombes sales, qui est susceptible d’être pris d’assaut. «Cela n’a pas de sens. Il ne s’agit que d’une action de relations publiques, dont ils espèrent pouvoir retirer un certain crédit lors du sommet».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales