Moscou promet une réponse «totalement asymétrique» au renforcement de troupes américaines en Europe

Source: Reuters

Suite à la décision des Etats-Unis de renforcer leur présence militaire en Europe vers fin 2017, dû à la soi-disant politique «agressive» de la Russie, la réponse de Moscou ne sera pas couteuse, mais très efficace, a promis un haut responsable russe.

«Nous ne sommes pas des observateurs passifs. Nous prenons constamment des mesures militaires que nous jugeons nécessaires pour contrebalancer cette présence renforcée injustifiée», a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’OTAN, Alexandre Grouchko, dans une interview pour la chaîne Rossiya-24 le 30 mars. «Certainement, nous répondrons de manière totalement asymétrique», a-t-il assuré sans entrer dans les détails.

Alexandre Grouchko a souligné que les actions de la Russie correspondraient à sa «compréhension de l’ampleur de la menace militaire». «Elles ne seraient pas extrêmement coûteuses, mais, en même temps, très efficaces», a-t-il précisé.

«A l’heure actuelle, si on observe de façon globale ce que les Etats-Unis et l’ONU font, on voit d’importants changements pour le pire dans le domaine de la sécurité», a jugé le représentant permanent de Moscou.

Le 30 mars, le Pentagone a annoncé le déploiement de véhicules blindés en Europe de l’Est. Ainsi, trois brigades de l’armée américaine seront présentes en permanence dans la région. D’après Philip Breedlove, le général du commandement américain en Europe, ce projet démontre «une approche solide et équilibrée» des Etats-Unis, visant à «rassurer les alliés de l’OTAN et les partenaires face à l’agression de la Russie en Europe de l’Est». L’arrivée de la première brigade blindée est prévue pour février 2017.

Par ailleurs, l’OTAN veut aussi remplacer l’équipement militaire actuel par «le plus moderne que l’armée est en mesure de proposer». Dans le même temps, il y aura des «stocks pré-positionnés» pour les anciens stocks d’armes en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Lire aussi : La Russie craint que L'OTAN envisage de violer le Traité de non-prolifération nucléaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales