Emmanuel Macron n'exclut pas le «démantèlement» des géants du numérique si «nécessaire»

Emmanuel Macron n'exclut pas le «démantèlement» des géants du numérique si «nécessaire»© Christophe Petit Tesson/AP
Emmanuel Macron et le PDG de Meta Mark Zuckerberg en mai 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président sortant a invoqué les dérives des comportements sur les réseaux sociaux, ainsi que la situation de monopole des GAFAM pour proposer la création d'un nouvel «ordre public» numérique, nettement plus régulé et encadré.

Emmanuel Macron a-t-il changé ? C'est la question que s'est posée Le Point après un long entretien avec le président sortant publié le 12 avril, durant lequel il est revenu sur la domination de quelques grandes entreprises (Google, Meta, Amazon, Microsoft, Apple) sur le monde du numérique. 

Emmanuel Macron a estimé sur ce point qu'il allait falloir «réguler davantage». «Les sociétés démocratiques ne peuvent accepter que des plateformes soient en situation de monopole», a développé le président-candidat, ajoutant qu'«il ne faudra pas exclure un démantèlement si cela se révélait nécessaire», sur le modèle de l'action qu'avait menée le président américain Theodore Roosevelt contre les trusts au début du XXe siècle.

Ces gens-là, qui ont été des innovateurs, deviennent des tueurs d'innovation

Le chef de l'Etat a plaidé en faveur de «la création d'un ordre public, comme dans la rue», n'hésitant pas à attaquer les patrons des firmes concernées, dont certains poursuivent «des fins assez politiques» à côté du profit engendré par leurs activités.

«Quand on lit ce que pense Mark Zuckerberg par exemple, ou même Elon Musk, qui est devenu actionnaire de Twitter et qui est libertarien, on se rend compte qu'ils ont aussi une vision du monde», a diagnostiqué le président sortant. Plus largement, il a estimé que «ces gens-là, qui ont été des innovateurs, deviennent des tueurs d'innovation, car ils sont si riches qu'ils rachètent tous les challengers qui pourraient menacer leur modèle» : une allusion claire aux rachats systématiques opérés par les GAFAM, comme par exemple celui de Whatsapp par Facebook en 2014.

Inquiet de l'emprise de ces grandes entreprises sur l'information, Emmanuel Macron s'est aussi alarmé de la violence des comportements sur les réseaux sociaux, favorisée selon lui par l'anonymat. «Sur Internet, les gens s'autorisent, car ils sont encagoulés derrière un pseudo, à dire les pires abjections», a dénoncé le candidat, déplorant aussi le «recroquevillement sur des cercles de followers» qu'encourageraient les réseaux sociaux.  «Sur les réseaux sociaux, on peut tuer des réputations, propager des fausses nouvelles, pousser des gens au suicide», a complété le président de la République.

L'effort de régulation entrepris à l'échelle européenne avec les récentes directives DMA (Digital markets act) sur la régulation des plateformes, et DSA (Digital services Act), sur la régulation des contenus, représentent «un début de réponse» à l'emprise des plateformes américaines, a défendu Emmanuel Macron. Il a cependant concédé que le chemin pour reconquérir la souveraineté en matière de numérique serait long : «Assurer notre souveraineté dans les domaines des plateformes, des applications mobiles, des métavers, du cloud, de la cybersécurité nous prendra dix ans», a-t-il estimé.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix