Trop complaisant avec l'islamisme ? Le numéro 2 de l'Observatoire de la laïcité vers la sortie...

Trop complaisant avec l'islamisme ? Le numéro 2 de l'Observatoire de la laïcité vers la sortie...© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
La ministre Marlène Schiappa a-t-elle l'Observatoire de la laïcité dans son viseur ? (image d'illustration).

Selon une information du Point, le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, va être démis de ses fonctions pour ses prises de position ambiguës. Certains demandent également le départ de son président Jean-Louis Bianco.

Le rapporteur général du controversé Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être mis à la porte prochainement à croire des informations du Point, publiéesle 20 octobre.

Bien qu'elle se soit affichée publiquement le 12 octobre aux côtés de Nicolas Cadène et du président de l'Observatoire Jean-Louis Bianco, la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa serait en train de manœuvrer pour remplacer le premier. Un des proches de la ministre explique à l'hebdomadaire que Nicolas Cadène semble en effet «plus préoccupé par la lutte contre la stigmatisation des musulmans que par la défense de la laïcité». «Le fait qu'il s'affiche et discute avec le CCIF [Collectif contre l'islamophobie en France] a achevé d'agacer en très haut lieu», ajoute cette source. Or, le CCIF est actuellement dans le collimateur du gouvernement qui réfléchit à sa dissolution après le meurtre barbare de l'enseignant Samuel Paty, soupçonnant le collectif d'une éventuelle implication dans l'attentat. 

On a besoin de gens convaincus, de vrais laïques, pas de gens qui plaident pour une "laïcité d'apaisement" ou qui sont obnubilés par les dérives d'extrême droite

«Dans ce genre de structure, on a besoin de gens convaincus, de vrais laïques, pas de gens qui plaident pour une "laïcité d'apaisement" ou qui sont obnubilés par les dérives d'extrême droite alors que les militants islamistes piétinent tous les jours la République», ajoute l'entourage de Marlène Schiappa auprès du Point.

Nicolas Cadène s'est fait connaître pour des prises de positions régulièrement critiquées par des défenseurs de la laïcité, qui l'ont pourtant épaulé un temps à l'Observatoire, à l'image de Françoise Laborde ou de Gilles Kepel. Parmi deux faits d'armes ayant fait polémique : la signature d'une tribune le 15 novembre 2015 dans Libération, après l'attentat de Nice, aux côtés de membres du CCIF, du controversé Nabil Ennasri ou du rappeur Médine, ou ses remarques contre les positions d'Elisabeth Badinter en janvier 2016 lorsque celle-ci demandait d'«arrêter avec le politiquement correct pour défendre la laïcité» quitte à être accusé d'être «islamophobe».

Toutefois, l'Observatoire, qui «assiste le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France», n'est pas sous la responsabilité de Marlène Schiappa. Il est en effet rattaché au service de Matignon.

L'éviction de Nicolas Cadène n'est-elle que le début d'une purge au sein de l'Observatoire de la laïcité ?

L'initiative visant à écarter Nicolas Cadène a d'ores et déjà été saluée par des militants et organisations de défense de la laïcité opposés à l'Observatoire sur la question.

L'ancienne journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui et l'essayiste Fatiha Boudjahlat dénoncent ainsi régulièrement les comportements de Nicolas Cadène et de Jean-Louis Bianco et dans leurs derniers tweets mentionnent par exemple la préface rédigée par ceux-ci d'un livre sur la laïcité écrit par un avocat proche du CCIF, Asif Arif. Elles rappellent que celui-ci est souvent au centre de polémiques, en semblant valider le port du voile par les fillettes, notamment au cours d'une émission dans laquelle il pose la question de savoir «comment expliquer à sa fille les bienfaits du voile ?». Asif Arif est en outre l'auteur de tweets contestés comme lorsqu'il se moque que la France ait pour problème «les islamistes et le voile» alors que le monde du cinéma se déchire sur l'affaire Polanski (Roman Polanski étant accusé de pédophilie).

Asif Arif a d'ailleurs dénoncé l'action du gouvernement qui a annoncé vouloir la dissolutions d'organisations controversées comme le CCIF ou Baraka City. «Après le CCIF, Baraka City c’est désormais l’Observatoire de la laïcité. C’est inadmissible. C’est le Printemps républicain et Zineb El Rhazoui qui dirigent la France ?», interroge-t-il dans un tweet.

Le président du Printemps républicain Amine El Khatmi note de son côté qu'un tweet de soutien de Jean-Louis Bianco à Nicolas Cadène a été «partagé par Tariq Ramadan». «Il n’est nul besoin de longues phrases lorsqu’une image suffit à résumer la duplicité et le travail de sape entrepris contre la laïcité par ceux qui devaient la défendre et la protéger», écrit Amine El Khatmi.

De nombreux militants républicains et politiques, à l'image de l'ancienne journaliste François Laborde ou de l'activiste féministe Caroline Fourest, demandent de fait à ce que le gouvernement renvoie également Jean-Louis Bianco. Il est accusé d'avoir la même complaisance avec l'islamisme en défendant une laïcité «apaisée» ou «ouverte».

L'Observatoire de la laïcité divise une nouvelle fois les macronistes

Toutefois, Nicolas Cadène a reçu plusieurs soutiens, évidemment de Jean-Louis Bianco mais aussi de la majorité gouvernementale. De quoi diviser une nouvelle fois La République en marche (LREM) sur la question de la laïcité.

Le député de la Vienne Sacha Houlié considère ainsi que Jean-Louis-Bianco et Nicolas Cadène ont fait «un remarquable travail» et sont d'«importants contributeurs du projet de loi pour renforcer la laïcité et lutter contre les séparatismes», des «atouts» que la France «ne saurait se passer».

Parmi les autres soutiens se trouvent aussi les députées macronistes Fiona Lazaar, Amal Amélia Lakrafi ou Cécile Rilhac, la première estimant que décrier l’Observatoire de la laïcite, Jean-Louis-Bianco et Nicolas Cadène «serait renoncer au principe même de laïcité telle que défendue par Aristide Briand : un principe libéral de cohésion nationale».

L'élue municipale de Paris et porte parole du Parti socialiste (PS) Gabrielle Siry-Houari y est également allée de sa contribution jugeant que Nicolas Cadène «déploie des trésors de pédagogie pour expliquer un principe fondamental mais mal connu, celui de laïcité». Nous avons besoin de personnalités comme lui», argumente-t-elle

Il ne reste plus qu'à Jean Castex de trancher sur le départ ou le maintien de Nicolas Cadène. Quoi qu'il en soit, son choix risque de crisper une partie des marcheurs.

Bastien Gouly

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»