Matchs de foot, émeutes et stupéfiants : «95%» des quartiers se confinent bien, selon des policiers

Matchs de foot, émeutes et stupéfiants : «95%» des quartiers se confinent bien, selon des policiers© LUDOVIC MARIN Source: AFP
enquête
Contrôle de police des attestations dérogatoires de sortie relatives aux mesures de confinement à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis, le 2 avril (image d'illustration).

Des policiers d'Ile-de-France interrogés par RT France ont livré leurs observations après un mois de confinement face à l'épidémie de Covid-19. Certains se désolent d'une situation délétère, tandis que d'autres demeurent optimistes. Journal de bord.

Dans une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux dès le 13 avril et dont une copie a été adressée à RT France en pleine allocution télévisée du président Macron, on peut voir de jeunes gens jouer au football sur un stade de rue et on entend la personne qui filme, se trouvant manifestement dans un véhicule, donner le lieu et le moment de la scène : «Voilà, [Seine-]Saint-Denis, Stade Auguste Delaune, tout le monde est confiné : deux matchs de foot, devant tout le monde... Pas un, [mais] deux matchs. Ils n'ont pas pété les plombs ceux-là ? Deux matchs !»

Contacté par RT France, le commissariat le plus proche renvoie vers le service de presse compétent, celui de la préfecture de police de Paris, sans infirmer ou confirmer quelconque plainte ou signalement de la part de riverains.

RT France a donc appelé le service de presse de la préfecture de police de Paris qui n'a pas encore eu le temps de faire suite à notre demande. Nous avions été prévenus par téléphone : «Si vous nous le demandez pour dans deux heures, on ne va même pas regarder la demande.» Rien d'étonnant par temps de pandémie.

Le policier et militant Noam Anouar analyse la recette du «cocktail» des banlieues

Noam Anouar, délégué départemental du syndicat de police VIGI-MI, était pour sa part disponible pour répondre à notre demande. Sur la question de la véracité de la vidéo qui avait été envoyée à RT France, l'ayant lui-même reçue de deux sources différentes le soir de l'allocution présidentielle, le 13 avril, il a estimé qu'elle avait effectivement été tournée récemment, probablement le jour-même : «Ces mecs s'en foutent totalement, pour eux, le confinement ne change strictement rien.»

Policier lui-même originaire de banlieue, notoirement qualifié dans la presse de «flic de gauche», «musulman et républicain», Noam Anouar précise : «Il y a un cocktail d'éléments qui mènent à la situation actuelle. Les habitants de banlieue parisienne respectent évidemment le confinement comme tout le monde, mais il suffit de 5% d'entre eux qui ne respectent pas les consignes et tout le monde peut se retrouver contaminé, surtout dans ce type d'habitat où il y a beaucoup de parties communes où on passe du temps, cages d'escaliers et ascenseurs, par exemple. Et dans chaque immeuble, il y a beaucoup de monde.»

Autre élément du cocktail selon Noam Anouar : «Certains imams». Il a été témoin de la radicalisation dans le milieu islamiste de Seine-Saint-Denis en tant que policier du renseignement entre 2009 et 2015, ainsi qu'il l'a relaté dans son ouvrage paru en novembre 2019 chez Plon, La France doit savoir. Il connaît donc bien le sujet de cette emprise... à laquelle on ne penserait pourtant pas de prime abord dans ce contexte de crise sanitaire. Il explique : «La situation est aussi parasitée par le domaine du religieux. Il y a des mecs, certains imams, qui ont été raconter aux gens qu'il suffisait d'utiliser de l'huile de nigelle pour être immunisé contre la maladie et ils se fondent sur un hadith [parole du prophète Mahomet] pour dire ça [hadith 5 688 : "Il y a dans la graine de nigelle, un remède contre toute maladie, sauf contre la mort"]. Résultat : les épiciers du 9-3 ont été totalement pris d'assaut et il n'y en a plus nulle part... Mais c'est un business ce truc, évidemment.»

Un autre élément à prendre en compte, c'est la rupture de l'approvisionnement de stupéfiants

Implacable, le policier et militant continue de dérouler son cours de mixologie des banlieues : «Un autre élément à prendre en compte, c'est la rupture de l'approvisionnement du trafic de stupéfiants. Le business a ralenti, évidemment. Dans les appartements, l'ambiance est plus tendue forcément, les jeunes sortent... Il y a beaucoup de monde qui profite du marché de stupéfiant dans certaines zones : il faut aussi penser aux guetteurs, aux "nourrices" [jargon policier pour désigner les personnes qui gardent les stocks de stupéfiants dans leur logement]. Toutes ces personnes gagnent aussi de l'argent avec le trafic. Mais là, l’approvisionnement est compliqué et la mobilité des clients aussi parce que les déplacement sont plus visibles. Les contrôles de police sont plus fréquents. Cette semaine, la police a saisi plus de 30 kilogrammes de cannabis dans les Hauts-de-Seine par exemple.»

Défiance de certains jeunes vis-à-vis des autorités ?

Noam Anouar ajoute à ce cocktail de confinement un élément d'attitude : «Il y a une forme de défiance chez ces jeunes qui sont dehors actuellement aussi. Il suffit qu'on leur dise que c'est interdit pour qu'ils fassent le contraire et le sentiment anti-police n'aide pas à l'affaire. Alors quand Laurent Nunez a lâché que ce n'était pas la peine de se concentrer sur les mesures de confinement en banlieue, je crois que ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd dans certains quartiers, évidemment.»

Enfin, le policier, qui a grandi dans le Val d'Oise, analyse : «Il faut se mettre dans leur tête à ces jeunes aussi. Ils sont comme des ultra-libéraux, certains ne vivent que dans le rapport de force et ne voient que leur intérêt : "Qu'est-ce que j'ai à perdre ou à gagner ?" Contrairement à certains élus qui les défendent, eux, ils ne sont pas du tout dans la moraline ! Je suppose qu'ils ont enregistré, aussi, que les sujets jeunes étaient moins exposés et qu'ils passeraient en priorité dans les hôpitaux en cas de maladie...»

Il n'y a pas que le 9-3

Plusieurs autres sources policières dans les Hauts-de-Seine, dans le Val d'Oise ou à Paris ont rapporté à RT France des scènes similaires à celle observée au stade Auguste Delaune. L'un d'eux décrit notamment : «En rentrant du travail, je vois des riverains pratiquer la musculation en plein air en collectif sur les zones sportives dédiées à ça, comme d'habitude, sans aucun souci par rapport au Covid. C'était à Asnières-sur-Seine. Chaque fois que je passe pour rentrer chez moi, je jette un œil et c'est plein.»

Un autre policier nous disait à la fin du mois de mars : «Au cours de nos missions, nous constatons qu'il y a beaucoup d'habitants qui ne respectent pas le confinement dans les cités et dans les zones où il y a de nombreux riverains originaires d'Afrique subsaharienne. Par exemple, dans le quartier Château-Rouge à Paris. Ils ont l'habitude de déambuler sans règles, tout simplement.»

C'est lunaire : à Saint-Denis, on joue au foot, à Grigny, on bombarde les hélicoptères et le président, dans son palais, se fait filmer, tout seul

Un autre fonctionnaire de police-secours, toujours en Ile-de-France se désolait lui aussi le 25 mars : «Nos anciens meurent tout seuls à domicile, à partir d'un certain âge, vu la situation actuelle, on ne les prend plus en charge à l'hôpital, tout simplement. Les pauvres vieux ont payé des impôts toute leur vie et sont laissés pour morts ? Il y a un sentiment de défiance qui va commencer à s'installer, je le crains... Personne ne peut comprendre que des personnes qui ne respectent pas le confinement passent en priorité devant ces gens-là à l'hôpital pour une question d'âge.»

Une situation «lunaire» pour les policiers en colère

Interrogé par RT France, l'ancien commandant de police et porte-parole de l'organisation de policiers en colère UPNI, Jean-Pierre Colombies s'est indigné : «Ces images de matchs de football à Saint-Denis ou de violences contre la police à Grigny [Essonne, les 11 et 12 avril], c'est totalement dingue ! Toute cette situation sanitaire et les mesures y afférant n'ont aucune prise sur cette partie de la population ! On punit toute la société en la confinant et pendant ce temps-là, d'autres jouent au foot et tirent au mortier sur des hélicoptères des forces de l'ordre ? Vous croyez que les grands discours martiaux du président de la République ont un impact sur la vie de ces jeunes qu'ont voit dans les vidéos en question ? Pour moi, Emmanuel Macron ne regarde pas au bon endroit : il disait que nous étions en guerre, mais je n'ai pas l'impression qu'il la mène vraiment... Le roi s'amuse, mais le roi est nu et il est tout seul devant la caméra !»

Au téléphone, l'ancien commandant ne décolère pas : «Nous avons eu droit à une séance d'auto-congratulation, il se félicite de la solidité de notre réseau social mais il n'y est pour rien, au contraire. C'est lunaire cette situation, à Saint-Denis, on joue au foot, à Grigny, on bombarde les hélicoptères et le président, dans son palais, se fait filmer, tout seul. Quel déni total des responsabilités. Où sont les tests ? Les masques ? Pourquoi aller traquer les mauvais confineurs du dimanche dans les petits chemins côtiers avec des grands moyens aériens, des drones, des hélicoptères, pendant qu'on sait très bien que des gamins jouent au football aux portes de la capitale en pleine zone densément peuplée ? Tout le monde veut la paix sociale, évidemment... les élus locaux préfèrent broder sur la stigmatisation, mais la réalité, c'est que si on voulait vraiment faire appliquer la même règle que sur tout le territoire dans ces quartiers, il faudrait sortir l'artillerie lourde.»

«La mesure va porter pour 95% de la population», plaide un gradé

Un gradé de la police qui travaille en Ile-de-France, en proche couronne parisienne, a relativisé la situation auprès de RT France : «On sait très bien qu'il y a des endroits où il est plus difficile de faire appliquer le confinement. Nous recevons d'ailleurs beaucoup de signalements en ce moment, mais ce n'est pas catastrophique. Les problèmes se concentrent surtout sur les secteurs habituels du trafic de stupéfiants. D'ailleurs avec le temps qui passe et le confinement qui s'installe, les habitants, à leur fenêtre, prennent de nouvelles habitudes aussi, alors ils font plus de signalements, avec moins de crainte de représailles, tout le monde se sent un peu fondé à le faire actuellement et c'est dur à gérer pour nous, finalement.»

Le gradé pointe une évidence : «Même si on sait très bien que la détention reste rare pour ça, les dealers de drogue n'ont déjà pas peur de faire de la garde à vue puis éventuellement un an de prison en temps normal... alors les contraventions de confinement, ça ne risque pas de leur faire peur.»

Ce policier a des propos parfois très proches d'autres déjà entendus au téléphone la veille et plus tôt au cours du confinement : «La mesure va porter pour 95% de la population dans nos territoires, mais le pouvoir sait très bien que sur une certaine partie de la population, ça ne prendra pas, ça ne servira à rien.»

Chez nous, les mosquées ont joué le jeu dès le début

Et il ajoute, amène : «Dans certaines zones, même avec toute la bonne foi du monde, certains commerçants comprennent à peine les nouvelles règles de fermeture, dans certains commerces tenus par des ressortissants venus de Chine ou du Pakistan, on ne parle pas vraiment français.»

Sur son secteur, ce gradé de la police nationale assure que «chez nous, les mosquées ont joué le jeu dès le début» et précise même que «dans certains lieux de culte, les fidèles avaient déjà pris les devants sur la question sanitaire avant le confinement».

Enfin, au téléphone, il se réjouit, mais «touche du bois» : «Pour l'instant, nous n'avons pas encore eu de guet-apens sur notre secteur

Quelques minutes après cette conversation avec ce fonctionnaire de police, une nouvelle tombait à l'AFP : «Selon des sources concordantes, un individu, armé d'un "long couteau", a été abattu par la police à La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Il aurait menacé les forces de l'ordre en se jetant sur les fonctionnaires qui ont ouvert le feu à "plusieurs reprises". Le suspect est "a priori né en Afghanistan", d'après le parquet de Bobigny, qui a ouvert une enquête. "Aucune piste n'est écartée", a fait savoir une source policière à l'AFP, précisant qu'"a priori", aucun propos à caractère terroriste n'aurait été tenu.»

Antoine Boitel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»