Présidentielle 2022 : Dupont-Aignan veut une primaire des «patriotes», d'Asselineau à Le Pen

Présidentielle 2022 : Dupont-Aignan veut une primaire des «patriotes», d'Asselineau à Le Pen Source: AFP
Nicolas Dupont-Aignan lors de la présentation de sa liste aux élections européennes, le 28 mars 2019.

Le leader de DLF plaide pour une primaire incluant de nombreux candidats «patriotes» en 2021 – globalement de droite. Objectif : désigner un candidat unique en vue de la présidentielle. Pour l'heure, seul Florian Philippot y a répondu favorablement.

Deux ans avant le scrutin, Nicolas-Dupont Aignan pense déjà à la présidentielle 2022. Le leader de Debout la France (DLF) a proposé lors d'une conférence de presse l'organisation d'une «grande primaire pour la France» des opposants «républicains et patriotes» à Emmanuel Macron, en 2021.

«C'est aux Français de choisir le meilleur candidat pour gagner face à Emmanuel Macron en 2022, autour d'un programme commun», a-t-il tweeté à l'issue de ses vœux devant la presse, ce 20 décembre.

Concrètement, il s'agirait d'une primaire ouverte à toutes les personnalités souverainistes opposés à la politique du gouvernement – et tout particulièrement celles de droite. Le député de l'Essonne a invité les pro-Frexit Florian Philippot (Les Patriotes) François Asselineau (UPR), les Républicains Julien Aubert (se revendiquant du gaullisme social), Guillaume Larrivé et Bruno Retailleau (plus volontiers libéraux-conservateurs) et des personnalités de la société civile comme les journalistes Eric Zemmour et Natacha Polony ou encore le général Pierre de Villiers, à participer au casting. 

Le RN refuse, Florian Philippot soutient l'initiative

Marine Le Pen – soutenue par Nicolas Dupont-Aignan au deuxième tour de la présidentielle de 2017 – est aussi conviée. Mais le Rassemblement national (RN) n'apprécie pas l'idée. «Dupont-Aignan sort de son chapeau une idée à laquelle il a toujours été opposé. La présidentielle, c'est un homme ou une femme devant le peuple, on n'est pas aux Etats-Unis», a critiqué Philippe Olivier, le conseiller spécial de Marine Le Pen, au Parisien.

Pour l'heure, seul Florian Philippot a donné son accord. «Je soutiens cette initiative intéressante pour permettre un vrai changement face à Macron ! Elle serait l’occasion par ailleurs d’un vrai débat utile entre souverainistes. La France a besoin de rassemblement», a tweeté le fondateur des Patriotes. 

François Asselineau, quant à lui, n'y participera que si l'ensemble des participants s'engagent à sortir la France de l'Union européenne. «Je suis d'accord pour une primaire, mais autour d'un objectif partagé : celui du Frexit», a-t-il réagi dans Le Parisien.

Dupont-Aignan, farouche partisan de «l'union des patriotes»

Longtemps défavorable au principe des primaires – «J'y ai longtemps été opposé», concède-t-il dans Le Parisienl'ex-candidat à la présidentielle a en revanche toujours été favorable à une union des «patriotes», selon ses termes.

En mai 2019, dans un entretien pour RT France, il déclarait : «Non, je ne prône pas clairement l’union des droites. Je prône l’union des patriotes, ce n’est pas la même chose. Il faut déjà rassembler les patriotes de droite mais, aussi, au-delà de la droite, ceux de tout horizon. Je garde toujours la même idée et je demande à tous ceux qui veulent remplacer l’Union européenne par une Europe gaulliste, des nations, libre, et des projets concrets, de nous rejoindre». Avant de résumer sa pensée : «Il faudra bien, un jour, rassembler tous les patriotes».

Deux ans plus tôt, quelques mois après l'élection d'Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan avait préconisé une union des forces «patriotes» sous un programme commun allant de Laurent Wauquiez à Marine Le Pen.

Echecs successifs

Force est de constater que Nicolas Dupont-Aignan peine à parvenir à cette union. En automne 2017, il avait lancé avec d'autres personnalités de droite, comme le président du parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson, l'édile de Béziers Robert Ménard ou encore l'ex-président du Front national de la jeunesse Julien Rochedy, une plateforme politique intitulée «les Amoureux de la France» visant à réunir les sympathisants de toutes les droites.

En mars 2019, lors de la présentation de sa liste aux élections européennes, le divorce semblait déjà consommé puisque Jean-Frédéric Poisson, longtemps annoncé en troisième position, a finalement été évincé.

Plus récemment, Nicolas Dupont-Aignan a subi un nouveau revers lors de la convention de la droite, organisée par les soutiens de Marion Maréchal le 26 septembre 2019, où il n'était pas invité. 

Lire aussi : Partisan de «l'union des droites», le militant LR Erik Tegnér exclu du parti

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»