«Ma décision est prise» : Marine Le Pen souhaite être la candidate du RN à la présidentielle de 2022

«Ma décision est prise» : Marine Le Pen souhaite être la candidate du RN à la présidentielle de 2022© Jean-Paul Pelissier Source: Reuters
Marine Le Pen le 25 septembre 2019 à Fréjus (image d'illustration).

Lors de ses vœux présentés ce 16 janvier, la présidente du Rassemblement national, Marine le Pen, a confirmé sa volonté de solliciter auprès du Congrès de son parti son investiture pour l'élection présidentielle de 2022.

«Ma décision a été réfléchie, mais elle est prise» : Marine Le Pen a fait savoir ce 16 janvier qu'elle allait solliciter l'investiture du Rassemblement national afin d'être candidate à l'élection présidentielle de 2022.

Lors de ses vœux, l'opposante à Emmanuel Macron a expliqué : «Mon projet est d'aller vers un projet d'unité nationale, autour d'un grand dessein français, d'un grand projet fédérateur qui puisse réunir les Français d'où qu'ils viennent, d'un projet de grande alternance pour remettre le pays sur pied.»

«Je prépare la présidentielle, sans pour autant préjuger d'une décision qui appartient au Congrès [de son parti]», a-t-elle poursuivi, ajoutant : «Emmanuel Macron ayant lui-même lancé la campagne présidentielle, je ne le laisserai pas courir tout seul.»

Un membre de son entourage, cité par BFM TV, estime que le timing de cette annonce est «parfait». Selon lui, celle qui est arrivée au second tour en 2017 «se prépare, puis se présente devant le mouvement avec un projet présidentiel que les militants sont invités à valider et amender avant que la vraie campagne ne démarre». «Cela me semble sain et démocratique», ajoute-t-il.

La patronne du RN est la première dirigeante politique de premier plan à déclarer sa candidature pour 2022. Par ailleurs ce même jour, le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, a appelé les «forces nationales de droite» à s'unir pour les élections municipales de mars.

«Je voudrais lancer un appel le plus solennel possible aux forces nationales, aux forces de droite qui sont souvent éparpillées dans des groupements ou des groupuscules différents, de pratiquer la politique de non agression. On ne doit pas présenter une liste nationale contre une autre liste nationale», a déclaré le vieux lion nationaliste dans la vidéo de son «journal de bord» hebdomadaire.

«Il faut se parler, c'est le moment où jamais. Car ce qui les sépare ce ne sont souvent que des nuances ou des ambitions. Mais cela doit être banni avec une grande fermeté. Il faut absolument faire l'unité des nationaux, l'unité de liste», a encore ajouté Jean-Marie Le Pen.

Un conseil également valable pour la présidentielle ?

Lire aussi : Marine Le Pen veut que les mouvements d'ultragauche soient qualifiés de «terroristes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»