«République islamique en marche» : la nouvelle Une de Charlie Hebdo affole Twitter

«République islamique en marche» : la nouvelle Une de Charlie Hebdo affole Twitter© Capture d'écran Twitter, @Charlie_Hebdo_
Capture d'écran du tweet du journal satirique Charlie Hebdo présentant sa nouvelle Une.

Charlie Hebdo a une fois encore créé des remous sur Twitter, en diffusant le 29 octobre une Une indiquant : «La République islamique en marche». Un Emmanuel Macron souriant y apparaît devant des femmes voilées, déclarant : «Ce n'est pas mon affaire».

Le journal satirique Charlie Hebdo a de nouveau provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, en publiant le 29 octobre sur Twitter la Une de son nouveau numéro.

On y voit une caricature d’Emmanuel Macron déclarant «ce n’est pas mon affaire» en levant les mains au ciel tandis que, dans son dos, des femmes voilées défilent, le regard baissé et le visage morne. Le titre de la Une : «République islamique en marche», une référence au parti présidentiel, La République en marche (LREM). La phrase que l’hebdomadaire a mis dans la bouche président, renvoie à une de ses déclarations lors de son récent déplacement à La Réunion : «Le port du voile dans l'espace public n'est pas mon affaire. Dans les services publics, à l'école, c'est mon affaire», avait-t-il déclaré.

Le sujet du port du voile par des accompagnatrices scolaires et plus globalement dans l'espace public, a été remis sur le devant de la scène par la polémique soulevée par l'élu régional Rassemblement national (RN) Julien Odoul mi-octobre. A celle-ci est venu se greffer le vote le 29 octobre par le Sénat de la proposition Les Républicains (LR) sur l'interdiction signes religieux ostensibles lors des sorties scolaires (un texte qui avait été déposé en juillet). 

Les tensions autour de ces thématiques ont, enfin, étaient exacerbées dans le débat public par l’attaque menée contre une mosquée à Bayonne, qui a fait deux blessés le 27 octobre.

Des internautes accusent Charlie Hebdo de rejoindre l'extrême droite... 

De nombreux internautes accusent Charlie Hebdo d'attiser la haine à l'encontre avec les musulmans avec une telle couverture, qui suggère que l'exécutif serait complice, par sa cécité, d'un péril islamiste en France.

«Charlie Hebdo n'en finit plus de dériver vers le fascisme», juge par exemple sans ambages un utilisateur de Twitter, tandis qu'un autre accuse le journal satirique de réaliser des «unes dignes de l’extrême droite».

Riss, le dessinateur de la une, est accusé de mobiliser «un imaginaire d'extrême droite».

Le timing de la publication de cette couverture, au lendemain de l'attaque de la mosquée de Bayonne, est également pointé du doigt par des internautes. 

...tandis que d'autres saluent le ton libre du journal

A l'inverse, d'autres internautes saluent le courage de Charlie Hebdo et font valoir les principes de liberté d'expression et de caricature. Invoquant l'attentat djihadiste meurtrier qui avait frappé l'hebdomadaire en 2015, certains jugent important de continuer à soutenir la liberté de ton du journal. Et font renaître, pour cela, le hashtag #JeSuisCharlie.

«Même s'ils m'irritent et me fâchent parfois selon mes opinions, #JeSuisCharlie et je le reste», tweete par exemple un internaute.

Un autre utilisateur de Twitter balaie les accusations de proximité de Charlie Hebdo avec l'extrême droite, déclarant que le journal se prononçait contre toutes les formes de «communautarisme» et n'était en rien raciste.

«Charlie Hebdo combat tout les extrêmes !!», martèle, de même, un internaute.

Un raccourci ?

Enfin, une utilisatrice de Twitter a accusé Charlie Hebdo d'avoir, à travers cette une, sorti les propos d'Emmanuel Macron de son contexte. Si le journal satirique ne cite en une que les mots «ce n’est pas mon affaire», le président de la République avait distingué le port du voile dans l'espace public d'une part («pas [s]on affaire») et dans les services publics et à l'école d'autre part («[s]on affaire»). 

C'est loin d'être la première fois que le média fait polémique avec des unes satiriques sur la religion musulmane ou l'islamisme. Le 23 août 2017 par exemple, Charlie Hebdo avait décidé de se saisir de l'actualité terroriste et de la traiter avec l'humour noir qui le caractérise. La couverture avait provoqué de vives réactions : on y voyait deux victimes gisant dans leur sang tandis qu'une camionnette, s'éloignait vers l'horizon, une  référence aux attentats de Catalogne du 17 août 2017. Le titre indiquait : «Islam, religion de paix... Eternelle». 

Lire aussi : Tariq Ramadan, «6e pilier de l'islam» : la une de Charlie Hebdo fait encore polémique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»