Voile islamique au conseil régional : le conseiller RN Julien Odoul fait polémique

Voile islamique au conseil régional : le conseiller RN Julien Odoul fait polémique© Thierry Roge Source: Reuters
Des femmes manifestent contre l'interdiction du port du voile en France, à Bruxelles, en Belgique, le 17 janvier 2004 (image d'illustration).

La demande du conseiller régional RN Julien Odoul de faire sortir une accompagnatrice scolaire voilée lors d'une séance plénière a provoqué un tollé. La présidente de région s'est trouvée bien embarrassée, de nombreuses personnalités ayant réagi.

Il est rare de connaître des séances du conseil régional aussi houleuses. Le 11 octobre, alors que l’instance représentative de Bourgogne Franche-Comté se réunissait en séance plénière, l’élu du Rassemblement national Julien Odoul a fait une sortie remarquée. Observant qu’une femme accompagnant des enfants lors d’une sortie scolaire portait un voile islamique, celui-ci a en effet décidé d’interpeller la présidente de région, Marie-Guite Dufay.

«Madame la présidente, je vais vous demander s’il vous plaît, au nom de nos principes laïcs, de bien vouloir demander à l’accompagnatrice qui vient de rentrer dans cette salle, de bien vouloir retirer son voile islamique [...] Nous sommes dans un bâtiment public, nous sommes dans une enceinte démocratique. Madame a tout le loisir de garder son voile chez elle, dans la rue, mais pas ici, pas aujourd'hui», s'est-il indigné.

Dans la salle, les premières réactions n'ont pas tardé à fuser de la part de ses collègues opposants. «Vous êtes un facho», s'est exclamé l’un d’eux. Et le conseiller régional d’enfoncer le clou, priant la présidente de satisfaire à sa demande au nom de «toutes les femmes qui luttent dans le monde [contre] la dictature islamique». «Ici c’est la République et la laïcité», a-t-il encore fait valoir. Julien Odoul a également, en commentaire de la vidéo de la scène mise en ligne sur son compte Twitter, regretté une «provocation communautariste» après «l’assassinat de nos quatre policiers» lors de l’attaque menée dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris le 3 octobre dernier. «On ne peut pas débuter la session par une minute de silence pour les victimes de la préfecture de police et accepter ça», s'est-il désolé à la tribune.

Le conseiller régional a été soutenu par une large partie de son groupe. «Laïcité ! Laïcité ! Les Lumières, Madame la présidente ! La France des Lumières !», peut-on entendre dans la vidéo. «Je vais juste faire un rappel au règlement : la présidente de région peut interdire l’accès à une personne ou à un groupe de personnes dont le comportement contribue à troubler le déroulement de la séance», a encore poursuivi Julien Odoul, se référant à l’article 6 du règlement de l’assemblée.

Une présidente embarrassée

Vue par plus de 2,5 millions de personnes sur le seul compte Twitter de Julien Odoul, la vidéo a provoqué de nombreuses réactions, à commencer par celle de la présidente de région. Dans un communiqué mis en ligne sur le même réseau social, Marie-Guite Dufay a fustigé le «comportement des élus d’extrême droite» qui, selon elle, a «dépassé toutes les limites». «Le président du groupe RN, Julien Odoul, a donné le ton de ses priorités pour la Région : racisme, discriminations et incitation à la haine [...] Ces comportements sont indignes d’élus de la République. Ils sortent du champ du débat démocratique. Nous les condamnons», a-t-elle ajouté. La présidente de région et les élus de la majorité ont également noté qu’ils se réservaient «la possibilité de signaler ces faits au procureur de la République le droit et de porter plainte».

Dans une autre vidéo mise en ligne par Julien Odoul, pourtant, on entend distinctement le directeur général des services Gilles da Costa dire à voix basse à la présidente : «Oh putain, on a le don de se foutre des problèmes !» «Non mais franchement là ! Franchement là ! On aurait quand même pu regarder !», lui répond-elle, passablement excédée (à partir de 1.20). Un échange qui prouverait, selon Julien Odoul, que Marie-Guite Dufay aurait reconnu «l'erreur d’avoir laissé entrer une accompagnatrice scolaire voilée».

Après vérification du règlement, Marie-Guite Dufay fait finalement savoir que si «la loi interdit les signes de discrimination dans le milieu scolaire», elle ne les interdit pas dans l'espace public. «Notre règlement intérieur dit que nous pouvons interdire l'accès à une personne dont le comportement est susceptible de troubler le déroulement de la séance. Donc il n'y a aucune raison que cette personne sorte», argue-t-elle, provoquant le départ immédiat des conseillers régionaux du RN.

«Vous êtes un salaud»

Si la polémique aurait pu rester cantonnée aux murs du conseil régional, des personnalités se sont emparées du sujet, parfois de manière virulente, à l’instar du journaliste Claude Askolovitch, qui s’est fendu d’un message privé assassin à l’adresse de Julien Odoul. Il a été rendu public sur les réseaux sociaux par l’élu. «Vous êtes un salaud. Ou plus exactement. Peut-être, je n’en sais rien, n’êtes-vous pas un salaud quand vous commencez votre discours contre cette femme portant un foulard qui accompagne son fils et d’autres enfants. Peut-être n’êtes-vous pas un salaud quand vous faites porter à cette femme, devant son fils, le poids du terrorisme et de l’islamisme. Peut-être y croyez-vous. Vous devenez un salaud quand le petit garçon pleure. Et vous serez un salaud jusqu’au jour où vous lui demanderez pardon», lit-on sur la capture d'écran du téléphone de Julien Odoul.

Le journaliste s’est par la suite offusqué que ce message ait été rendu public par le conseiller régional. «Vous êtes non seulement un salaud mais un goujat et un lâche de rendre public un message privé. Je n'avais pas envie de faire du bruit sur un réseau social, les larmes d'un enfant ne sont pas du cirque – le vôtre peut-être, pas le mien», a-t-il déclaré sur Twitter.

Claude Askolovitch a reçu le soutien de l'essayiste Raphaël Enthoven. «"Salaud" n'est pas une insulte mais un constat, Julien Odoul. Quel autre mot pour désigner un élu qui se met hors-la-loi pour humilier une mère devant son fils ?», a-t-il souligné.

Et pour cause, une photographie montrant un enfant dans les bras d'une femme voilée, présentée comme l'accompagnatrice en question, a émergé sur les réseaux sociaux. Un cliché qui a provoqué un tollé sur la toile, et fait sortir plusieurs journalistes de leurs gonds… et de leur réserve. Stéphane Jourdain, rédacteur en chef numérique à France Inter, ancien de l’AFP, par ailleurs professeur de journalisme à Sciences Po, a affirmé avoir un «sentiment de honte absolue, parce que cette scène a été possible», choqué d’avoir vu «un enfant en pleurs dans les bras de sa mère à qui les élus du RN, en dépit de toute règle, ont demandé de retirer son voile ou de partir au nom de la laïcité».

La polémique est également parvenue jusqu'à la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discrimination, Marlène Schiappa, qui a réagi, toujours sur Twitter : «C’est en humiliant les mères publiquement devant leurs enfants qu’on crée du communautarisme. La loi de 1905 ne prévoit pas cela. Le RN n’est pas qualifié pour parler "au nom des femmes qui se battent pour leurs droits partout". Vous n’êtes nos alliés nulle part».

De son côté, Julien Odoul n'a pu compter quasiment que sur des soutiens venus de son parti. Zohra Bitan, chroniqueuse sur RMC, a néanmoins dénoncé «ces gens qui s’élèvent contre le voile, attaqués par ceux qui défendent le droit de porter le voile et qui pour rééquilibrer leur charge contre le voile trouvent dans les positions du RN contre le voile une occasion de se donner bonne conscience», précisant que cela était bénéfique aux «islamistes».

Lire aussi : Laïcité: la polémique fait rage autour d'une affiche électorale de la FCPE montrant une femme voilée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»