Le père de Chérif Chekatt va demander le rapatriement du corps de son fils en Algérie

Le père de Chérif Chekatt va demander le rapatriement du corps de son fils en Algérie© CHRISTIAN HARTMANN Source: Reuters
Les enquêteurs sur les lieux de l'attentat de Strasbourg (image d'illustration).

Que faire du corps de l'auteur de l'attaque de Strasbourg ? C'est la question qui se pose à la mairie de Strasbourg alors que le père de Chérif Chekatt va demander à l'Algérie le rapatriement du corps de son fils.

Chérif Chekatt sera-t-il enterré en Algérie, pays dont est originaire sa famille ? L'enterrement de l'auteur de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, abattu le 13 décembre, repose la question de l'inhumation des terroristes d'origines étrangères.

Abdelkrim Chekatt, le père de Chérif, s'est présenté le 19 décembre à la mairie de Strasbourg, annonçant qu'il allait demander le rapatriement du corps de son fils en Algérie. «Il fallait qu'il obtienne des actes de décès. Il nous a indiqué qu'il allait demander au consulat d'Algérie un rapatriement du corps de son fils», a fait savoir la mairie.

Le maire de Strasbourg, Roland Ries, qui s'était dit le 18 décembre «plutôt hostile, sinon réticent» à une inhumation de Chérif Chekatt dans sa ville, a estimé que l'enterrement en Algérie serait «la solution la plus simple».

Chérif Chekatt, né en France, avait la nationalité française et il est d'ailleurs peu probable que l'Algérie accepte d'accueillir la dépouille. Le cas de Mohamed Merah, assassin de sept personnes en 2012 dans le sud-ouest, avait déjà posé un problème similaire. L'Algérie, dont il était également originaire, avait refusé d'accueillir sa dépouille. La mairie de Toulouse avait fini par ensevelir le corps sans sépulture ni nom, dans un cimetière de la banlieue toulousaine, en dehors des horaires d'ouverture.

Pour sa part, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a appelé le 20 décembre la ville de Strasbourg à inhumer Chérif Chekatt «le plus rapidement possible», dans l'anonymat dans le cimetière musulman de Strasbourg. «J'appelle les autorités à respecter la loi du pays, à ne pas faire de cet assassin une victime et qu'on l'enterre le plus rapidement possible pour que l'on ne parle plus de lui», a déclaré à l'AFP Abdallah Zekri, délégué général du CFCM.

La réticence de la mairie de Strasbourg pourrait se heurter au droit. Selon l’article L2223-3 du Code général des collectivités territoriales, il existe quatre cas dans lesquels la sépulture dans le cimetière d’une commune «est due» : lorsque la personne est décédée sur son territoire ; quand elle y est domiciliée ; si la famille dispose déjà d’un caveau ; si le mort est un Français établi hors du pays et inscrit sur la liste électorale. «Si l’un de ces critères est rempli, un maire ne peut s’opposer à l’enterrement», rappelle le ministère de l’Intérieur.

Lire aussi : Un demi-frère de Chérif Chekatt interpellé pour vol à main armée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»