«Candy Crush», «valet de l'Elysée», «petit menteur» : clashs à répétitions entre LREM et LFI

«Candy Crush», «valet de l'Elysée», «petit menteur» : clashs à répétitions entre LREM et LFI© Christophe Archambault Source: AFP
François Ruffin lors d'une séance de questions à l’Assemblée nationale le 30 janvier 2018.

En verve le 7 février, François Ruffin, député de La France insoumise, a accusé François de Rugy de vouloir casser l'ambiance à l'Assemblée nationale et le patron de LREM, Christophe Castaner, de jouer à «Candy Crush» dans l'Hémicycle.

Christophe Castaner jouerait à Candy Crush, François de Rugy serait ennuyeux et François Ruffin prendrait l’Assemblée pour un cirque : les punchlines ont fusé le 7 février entre responsables politiques de la majorité présidentielle et de La France insoumise (LFI).

A l'origine de cet échange de bons mots à distance : une provocation du député LFI François Ruffin, qui a fait sortir de ses gonds le président de l'Assemblée nationale (La République en marche, LREM), François de Rugy. Le 30 janvier, l'insoumis, s'exprimant sur les Ehpad, avait intimé à la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn de «sortir» le carnet de chèque... tout en brandissant le sien dans l'hémicycle, faisant fi (une fois encore) du règlement de l'Assemblée. Réaction de François de Rugy, le 4 février sur le plateau de BFMTV : «Là, typiquement, il y a des règles qui s’appliquent. En effet l'Assemblée nationale ce n’est pas un cirque, à l’Assemblée nationale on s’exprime par la parole.»

François Ruffin a répliqué sur l’antenne de France Inter, le 7 février : le député LFI a estimé que «François de Rugy voudrait que cette Assemblée soit aussi triste et ennuyeuse que lui» et l'a traité de «valet de l'Elysée». 

François Ruffin exaspéré par les accros du smartphone à l’Assemblée

Ce n'est pas la seule pique envoyée par François Ruffin ce 7 février. Dans un tweet, il accuse le délégué général de LREM, Christophe Castaner, d’avoir joué à «Candy Crush» [un jeu pour téléphone portable] durant l'un de ses discours à l'Assemblée, sur le burn-out.

L'élu insoumis a également posté sur Twitter, le même jour, une vidéo de l'intervention en question. Sur la séquence, on peut voir des députés installés dans un hémicycle clairsemé, semblant plus s'intéresser à ce qui s'affiche sur leur téléphone portable qu'au discours prononcé à la tribune. «Personne n’écoute les paroles», commente François Ruffin, visiblement outré.

A la fin de cette vidéo, on peut voir François Ruffin interpeller Christophe Castaner, absorbé par le contenu de son smartphone. Alors qu'il disserte sur le burn-out, l’attitude désinvolte du délégué général de LREM fait dire à l'insoumis : «Je considère que la manière dont ce dossier est traité ce matin est une négligence de la part du gouvernement.» 

Les joueurs supposés de Candy Crush se renvoient la balle

Le 7 février toujours, Christophe Castaner a affirmé ne pas avoir joué à Candy Crush et taxé le député LFI de «petit menteur». «Je n'ai aucun jeu sur mon tel», assure-t-il dans un tweet.

Une des camarades Christophe Castaner, la députée LREM Laetitia Avia, vole à son secours. Elle dénonce sur Twitter un autre député de La France insoumise : dans un tweet-photo sur lequel on voit Bastien Lachaud concentré sur son téléphone, elle accuse ce dernier de jouer à Candy Crush... et invite les insoumis à «balayer devant leur porte».

Lire aussi : Absentéisme : 4 320 euros, la sanction que veut imposer Rugy aux députés... multirécidivistes

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter