Qui intégrera le gouvernement d'Emmanuel Macron ?

Qui intégrera le gouvernement d'Emmanuel Macron ? Source: Reuters
Emmanuel Macron doit composer son gouvernement

Rarement la composition d'un gouvernement n'aura été aussi délicate. Emmanuel Macron doit concilier droite et gauche en maintenant son exigence de renouvellement, et en gardant à l'esprit que les législatives l'attendent au tournant.

Contrairement à Marine Le Pen, qui avait annoncé qu'elle nommerait Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre en cas de victoire et en avait fait un argument de campagne, Emmanuel Macron avait assumé de ne pas vouloir révéler le nom de celui ou celle qu'il affirme avoir choisi(e) pour Matignon. Au lendemain de sa victoire du 7 mai, le président élu commence à se concerter avec son équipe afin de sélectionner l'équipe gouvernementale dont il fera connaître la composition aux Français le 14 mai prochain, lors de la passation de pouvoir à l'Elysée.

Alors que les appels du pied à droite comme à gauche s'ajoutent aux soutiens de la première heure, Emmanuel Macron doit faire face à de nombreuses sollicitations, comme tout président après son élection. Néanmoins, la tâche revêt pour lui une importance cruciale, puisque son gouvernement définira fortement les contours que pourrait prendre son éventuelle majorité parlementaire. Tout en donnant des gages aux Républicains et au Parti socialiste, il voudra sans doute éviter de donner l'impression de recycler des responsables politiques des deux bords, conformément à sa promesse de «renouvellement» de la vie politique. En outre, En Marche! a fait de la promotion de personnalités de la société civile l'un de ses arguments de campagne depuis le début du mouvement en avril 2016 : des postes pourraient donc échoir à des hommes ou des femmes n'ayant jamais exercé de mandats publics.

Un Premier ministre capable de concilier droite et gauche au Parlement

C'est l'un des prérequis indispensable dont devra disposer le futur occupant de Matignon, de l'aveu d'Emmanuel Macron lui-même : le Premier ministre devra avoir été député et connaître les rouages du Parlement. Alors que les élections législatives s'annoncent incertaines pour En Marche!, le chef du gouvernement devra être capable de composer avec des députés venus d'horizons politiques différents. Cela sera d'autant plus vrai dans l'hypothèse où aucune majorité présidentielle nette ne se dégagerait à l'issue du scrutin du mois de juin prochain. 

L'un des noms régulièrement cités dans l'entourage d'Emmanuel Macron est celui d'Edouard Philippe. Ancien militant au Parti socialiste passé à droite, maire du Havre, élu depuis 2010. Il a étudié à Sciences Po ainsi qu'à l'ENA avant de passer au Conseil d'Etat. Relativement méconnu du grand public, il incarnerait néanmoins parfaitement la synthèse que souhaite réaliser Emmanuel Macron entre la droite progressiste et la gauche libérale.

Autre piste possible : le 8 mai, Christophe Castaner, l'un des proches soutiens d'Emmanuel Macron, a assuré que Jean-Yves Le Drian ferait «un très bon Premier ministre français». Au mois d'avril, Emmanuel Macron avait déjà chanté les louanges du président de la région Bretagne qui avait été l'un des premiers ministres de François Hollande à le soutenir. Celui-ci reste pourtant très ancré au Parti socialiste et risquerait de donner l'impression d'un gouvernement de continuité avec ceux du quinquennat Hollande.

L'idée d'une femme Premier ministre avait également été évoquée plus tôt au cours de la campagne. Si elle devait toujours être d'actualité, deux figures féminines se démarqueraient alors dans l'entourage d'Emmanuel Macron. Tout d'abord, celle d'Anne-Marie Idrac, ancienne secrétaire d’Etat sous Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, ex-directrice de la RATP et de la SNCF. Elle n'a cependant été député que cinq ans entre 1997 et 2002. Sylvie Goulard, eurodéputée Modem très proche d'Emmanuel Macron est également pressentie pour le poste, mais ses engagements en faveur d'un fédéralisme européen autant que son profil technocratique peuvent envoyer un signal négatif à une partie des électeurs et des parlementaires. 

S'il venait à Emmanuel Macron l'envie de privilégier une personnalité symbolique à un parlementaire aguerri, les possibilités seraient alors bien plus nombreuses. Dans une telle hypothèse, certaines rumeurs évoquent les noms de Bertrand Delanoë, ancien maire de Paris ou de François Bayrou, poids-lourds de la gauche et du centre ayant apporté leur soutien à Emmanuel Macron dès avant le premier tour. Néanmoins, les deux pourraient rebuter une grande partie de la droite. Au sujet de François Bayrou, un cadre d'En Marche! cité par Le Parisien affirme même : «Il est toujours là… mais pas toujours utile.»

La très délicate composition d'un gouvernement de synthèse

Emmanuel Macron a d'ores et déjà assuré François Bayrou que celui-ci obtiendrait un ministère. Le centriste, qui a déjà été ministre de l'Education nationale lors du premier quinquennat de Jacques Chirac, a néanmoins laissé un très mauvais souvenir aux enseignants. Le futur président a également annoncé que son gouvernement devrait se composer d'une quinzaine de ministres seulement, contre dix-sept actuellement, ce qui réduit le nombre de prétendants qui obtiendront satisfaction – surtout s'il on prend en compte le grand nombre de personnalités de tous horizons qui ont apporté leur soutien à En Marche! en ayant l'espoir d'être récompensées.

A gauche, c'est indubitablement Manuel Valls qui nourrit le plus d'intentions ministérielles. Ce dernier serait une «grosse prise» au PS pour le nouveau président, qui espérerait ainsi s'attacher le soutien d'une grande partie des «vallsistes» du parti. S'il a déjà annoncé vouloir intégrer la majorité présidentielle au Parlement, ce qu'il pourra même faire sans quitter le PS, Manuel Valls n'en reste pas moins une personnalité qui divise les Français. L'attribution d'un ministère à celui pour qui Emmanuel Macron n'a jamais caché une certaine inimitié pourrait ainsi être un pari risqué.

C'est à droite que l'on se bouscule le plus. Nombreux sont les cadres des Républicains à avoir déjà fait un pas vers Emmanuel Macron à différents stades de la campagne présidentielle. C'est le cas de Christian Estrosi, l'ancien maire de Nice, qui avait reçu le candidat d'En Marche! dans sa ville dès avant le premier tour. Bruno Le Maire, le 7 mai au soir, a également proposé sa candidature pour un ministère en des termes plus qu'explicites. Invité sur le plateau de TF1, l'ancien ministre de François Fillon a estimé qu'il n'y avait pas d'«incompatibilité majeure» entre son projet et celui d'Emmanuel Macron - qu'il avait pourtant accusé de représenter le «vide absolu» lors de la primaire de la droite. Bruno Le Maire avait, lui aussi, souhaité incarner le renouveau au sein de sa famille politique, sans réussir à créer la surprise : une nomination ministérielle constituerait pour lui une chance d'accéder à des responsabilités. 

Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand ou l’ancien ministre de Chirac Jean-Paul Delevoye, en charge des investitures d'En Marche ! pour les prochaines législatives, seraient également des prétendants de choix pour d'éventuels maroquins. S'il est certain qu'Emmanuel Macron nommera plusieurs ministres issus des rangs de la droite par anticipation des législatives, dans le but d'éviter la constitution d'un bloc d'opposition LR trop puissant, l'incertitude demeure quant aux personnes qu'il choisira. 

Les ministres issus de la société civile : l'intenable promesse ?

Comme Nicolas Sarkozy avant lui, Emmanuel Macron a répété à de nombreuses reprises qu'il souhaitait faire entrer plusieurs personnalités de la société civile au gouvernement. «Une part conséquente de mon gouvernement sera issue de la société civile, dans toute sa diversité», avait-il déclaré lors du débat du 3 mai face à Marine Le Pen. Selon un sondage IPSOS publié juste après la victoire d'Emmanuel Macron, 43% des Français souhaiteraient un Premier ministre venu de la société civile - une option largement préférée à celle d'un Premier ministre de droite ou de gauche, dans un contexte de défiance généralisée vis à vis de la classe politique.

Jean-Michel Fauvergue, l'ancien patron du RAID, a rejoint Emmanuel Macron très tôt en campagne. Il a d'ores et déjà été investi pour les législatives dans la huitième circonscription de Seine-et-Marne et serait en bonne position pour obtenir un poste ministériel - en toute vraisemblance le ministère de l'Intérieur. Le mathématicien Cédric Villani, qui compte également parmi les soutiens médiatiques d'Emmanuel Macron, pourrait être nommé à la Recherche. Jean-Marc Borello, président du groupe SOS, actif dans le milieu de l'économie sociale et solidaire, pourrait également obtenir un poste ministériel en rapport avec ses activités et son engagement associatif.

D'autres noms circulent, comme ceux de Patrick Toulmet, président de la Chambre des métiers et de l'artisanat de Seine-Saint-Denis, celui d'Axelle Tessandier, entrepreneur ayant rapidement gravi les échelons du mouvement En Marche!, celui d'Olivier Véran, neurologue au CHU de Grenoble et conseiller d'Emmanuel Macron pour les questions de santé. Ce dernier, s'il n'a jamais adhéré à un parti avant de rejoindre le mouvement d'Emmanuel Macron, a néanmoins déjà travaillé sur des rapports ministériels, notamment pour Marisol Touraine. Mais, il reste réputé proche de la gauche.

C'est précisément là que réside l’ambiguïté de la notion de société civile. S'il est extrêmement difficile de nommer de simples citoyens sans connaissance des rouages de l'administration, il l'est tout autant de trouver des personnalités compétentes au parcours réellement indépendant de tout courant politique – d'autant qu'Emmanuel Macron a prévu de réserver un certain nombre de postes à ces profils. «Ça peut être aussi des maires, des conseillers généraux, des conseillers régionaux», a même concédé Jean-Paul Delevoye sur Europe 1 le 8 mai, à propos de ces candidats. Peut-être est-il ainsi plus probable que le futur président préfère renier partiellement cette promesse plutôt que de compromettre le délicat équilibre qu'il cherche à trouver en composant son gouvernement ?

Lire aussi : Emmanuel Macron «doit rester humble et entendre le message» de ceux qui ont voté contre lui

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales