Manifestations, attaques, le grand retour du cocktail Molotov en France (VIDEOS)

© Stringer Source: Reuters

Depuis plusieurs mois, la France connaît une recrudescence des attaques au cocktail Molotov et autres engins incendiaires artisanaux. Les forces de l'ordre sont régulièrement prises pour cible.

Manifestations contre la Loi travail : le cocktail Molotov s'invite

Les grands rassemblements de protestation contre la loi El-Khomry ont été le théâtre de plusieurs jets de bombes artisanales contre les forces de l'ordre. Une vidéo de l'agence Ruptly datant du 15 septembre montre un cocktail Molotov lancé sur les CRS.

Le 28 avril dernier, A Rennes, des individus n'avaient déjà pas hésité à attaquer la police à l'explosif, dans un contexte de protestations violentes partout en France contre la loi Travail.

En banlieue, les engins explosifs artisanaux refont leur apparition

Plus récemment, une autre attaque avait indigné l'opinion. Le 8 octobre, dans l'Essonne, des individus cagoulés ont brisé les vitres de voitures de police avant d’y jeter des cocktails Molotov et de blesser quatre policiers qui se trouvaient à l’intérieur. L'un d'eux est en dans un état critique.

La Corse, terrain d'affrontements entre la police et les nationalistes qui usent eux aussi de cocktails Molotov

De violents incidents ont éclaté le 15 octobre à Bastia, entre la police et des manifestants nationalistes protestant contre la condamnation de trois de leurs camarades. L'incident s'inscrit dans une lignée d'affrontements entre nationalistes et forces de l'ordre sur l'île de Beauté.

Des vidéos sont apparues sur les réseaux sociaux montrant des manifestants jetant un nombre importante d'engins incendiaires sur les policiers. Un camion de CRS, touché par un cocktail Molotov, a été partiellement brûlé.

Des attaques qui s'inscrivent dans un contexte de hausse des violences anti-policières

Selon une étude rendue publique mardi 11 octobre, les violences envers les policiers sont en hausse. Près de 12 400 policiers avaient ainsi été blessés en 2015, un nombre en légère baisse par rapport à l’année précédente, mais la tendance est déjà en forte augmentation sur les six premiers mois de 2016, a signalé la direction générale de la police nationale (DGPN).

Selon l'étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), en 2015, six policiers sont décédés dans l’exercice de leur fonction. Pour ses décès, la moitié d'entre eux avaient impliqué une arme. En tout, 12 388 policiers ont été blessés, soit une moyenne de 1032 par mois. 

Lire aussi : Les zones de non-droit en France : «Une situation d’échec assez évidente»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales