Le gouverneur de la Banque du Portugal appelle la BCE à émettre des «coronabonds»

Le gouverneur de la Banque du Portugal appelle la BCE à émettre des «coronabonds» Source: Reuters
«Votre agenda détruit l'Europe» proclame une pancarte montrant la chancelière allemande Angela Merkel et d'autres responsables politiques européens lors d'une manifestation devant la Banque centrale européenne à Francfort, le 8 juin 2013 (illustration).

Les Etats du nord de l’Europe, Allemagne en tête, se sont toujours opposés à l’idée d’obligations émises au nom de la zone euro. Mais le représentant du Portugal au conseil de la BCE estime que le moment est venu de briser ce tabou.

Dans une tribune adressée à Reuters, Carlos Costa, gouverneur de la Banque du Portugal – et à ce titre membre du conseil des gouverneurs de la BCE – estime que les gouvernements de la zone euro doivent envisager l’émission de «coronabonds». Ce seraient des obligations émises au nom de l’ensemble de la zone euro, et non seulement de l’un ou l’autre de ses membres.

«Un échec de la coopération dans cette crise laisserait des cicatrices permanentes sur le projet européen», argumente-t-il, estimant que «des solutions doivent être trouvées afin d’éviter que l’urgence du coronavirus devienne une deuxième crise de la dette souveraine».

Pour lui, la flexibilité accrue de la Commission européenne sur les règles budgétaires et les aides d’Etat, annoncée en fin de semaine dernière est bienvenue mais insuffisante. A ses yeux, certaines des solutions évoquées ces derniers jours, comme le recours à des lignes de crédit du Mécanisme européen de stabilité (MES), ne feraient que gonfler un peu plus les dettes des Etats.

L’exemple de la Grèce, sauvée d’une crise de liquidités au prix d’un véritable chantage économique, et désormais plus endettée (181% du PIB en 2019 contre 179% en 2014) qu’au plus fort de la crise de sa dette, plaide en faveur de l’analyse de Carlos Costa.

Il juge donc que l’émission d’obligations à l’échelle de la zone euro serait «la solution appropriée», même s’il prend acte de l’absence d’un véhicule d’émission approprié et plaide donc pour «des solutions innovantes».

Certes, il existe déjà des euro-obligations, mais ce terme est un homonyme qui désigne des titres de créances émis en euros par des Etats ou entreprises extérieures à la zone euro. Rien à voir avec ce que propose Carlos Costa qui avance : «Une option qui mérite une analyse plus approfondie est la possibilité que le MES [Mécanisme européen de solidarité parfois appelé «FMI Européen»] émette des "coronabonds" et que le produit soit alloué à tous les pays membres qui en ont besoin.»

Des obligations collectives remboursées sur le budget européen 

Ces obligations, remboursables à long terme sur le budget de l’Union européenne, pourraient avoir des maturités (durée de remboursement) très longues, de plusieurs décennies, afin d’étaler autant que possible les contributions annuelles des Etats membres. Elles pourraient financer à la fois les efforts de lutte contre l’épidémie et ceux visant à limiter son impact économique.

Mais elles constitueraient aussi un test de solidarité financière européenne, qui continue de constituer le tabou absolu. Plusieurs pays, tenants de la rigueur budgétaire, et en particulier l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche, s’y sont toujours montrés extrêmement réticents.

Florian Hense, économiste européen à la Berenberg Bank, cité par le réseau télévisé américain CNBC, estime qu'il ne sera pas facile d'obtenir le feu vert pour des «obligations corona», mais que «si [la chancelière allemande [Angela] Merkel plaidait activement en faveur de cela, cela pourrait arriver».

Ce serait un revirement radical de la part de la chancelière qui déclarait en juin 2012, devant des parlementaires allemands et en pleine crise des dettes souveraines des Etats du sud de l’Europe, que tant qu’elle vivrait, il n’y aurait pas de mutualisation de dette au sein de la zone euro.

En 2018, alors que le président français Emmanuel Macron proposait un projet de réforme de la zone euro impliquant des centaines de milliards d’euros d’investissement, 154 économistes allemands signèrent une tribune furibarde dans le quotidien économique allemand de référence, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

Ils y clamaient toute leur défiance contre ce qui était présenté comme une «Union de la dette» et étaient de surcroît opposés à l’utilisation des fonds du MES comme prêteur de dernier recours aux Etats de la zone les plus endettés et aux banques les plus fragilisées.

- 40% pour le DAX, ça change les mentalités

Mais depuis, beaucoup de coronavirus a coulé sous les ponts. Et avant même la pandémie, les banques allemandes figuraient déjà parmi les plus malades du Vieux Contient. Quant au DAX, le CAC 40 allemand, il a plongé de près de 40% entre le 18 février et le 18 mars.

Ainsi, l’Allemagne, jusqu’ici globalement opposée à l’idée d’une solidarité financière européenne pourrait en avoir elle-même besoin. Dans ces conditions, on s’étonnera moins de lire, toujours dans le FAZ, une tribune d’économistes allemands intitulée «L'Europe doit désormais être solidaire financièrement».

Les auteurs appellent à donner une réalité à «la communauté de destins si souvent évoquée». Ils prédisent en outre que «le soutien à la liquidité par le biais de prêts, de garanties et de reports d'impôts ainsi que la réduction des coûts de main-d'œuvre grâce à des avantages à court terme […] ne seront pas suffisants». Une façon discrète de plaider pour ces fameuses euro-obligations qu’ils s’abstiennent toutefois de mentionner expressément.

Reste à convaincre la nouvelle présidente de la Banque centrale qui déclarait le 12 mars lors d’une conférence de presse, que la BCE n’était «pas là pour resserrer le spread» (écart entre les taux des obligations des différents Etats).


Jean-François Guélain


Lire aussi : 
A vingt ans, l’euro a encore peur de devenir une vraie monnaie de réserve face au dollar


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»