Il est frais mon poisson ! Face à la crise, Daesh fait dans la pisciculture et la vente de voitures

Un pêcheur près de Bagdad© Shannon Stapleton Source: Reuters
Un pêcheur près de Bagdad

Chez les terroristes aussi, c’est la crise. Face aux nombreux revers militaires subis, l’organisation djihadiste doit faire preuve d’imagination pour financer les activités de son autoproclamé califat.

Dans un nouveau rapport publié par la justice irakienne, on apprend que l’Etat islamique, jamais à court d'idées, se tourne vers des moyens innovants afin d'être en mesure de payer les salaires de ses combattants après la disparition de nombreuses sources de revenus pétroliers.

Et cette reconversion consiste principalement à tenir... des magasins de voitures et des exploitations de pisciculture, rapporte la cour centrale d’Irak.

Les précurseurs de Daesh avaient déjà utilisé la pisciculture dès 2007 pour financer leurs activités, pratique qui a n'a été découverte qu'en 2016 par les autorités américaines.

Et aujourd’hui, les lacs de pêche du nord de Bagdad sont redevenus une source vitale de revenus pour le groupe terroriste, lui rapportant des millions de dollars chaque mois, alors que de nombreux exploitants abandonnent leur terrain ou acceptent de collaborer avec Daesh par peur de voir le groupe se livrer aux actes barbares dont il est coutumier.

Daesh en pleine déconfiture en Irak

Lors de l’établissement de l’autoproclamé califat islamique en 2014, les experts estimaient à quelque 2,5 milliards d’euros le revenu annuel de l’organisation terroriste.

A son apogée, celle-ci contrôlait près d’un tiers du territoire irakien (y compris la deuxième ville du pays, Mossoul), et de larges pans de la Syrie. La plus grosse part de son revenu était assurée par le contrôle de nombreuses installations pétrolières et gazières.

Mais les frappes aériennes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, ainsi que l’entrée en scène de la Russie ont sérieusement affecté les finances de Daesh, repoussant toujours plus les terroristes et réduisant leur capacité d’extraction, de raffinage et de transport du pétrole.

Lire aussi : L'Etat islamique amputé de 30% de ses revenus

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales