Jacques Sapir

Jacques Sapir

Jacques Sapir est directeur d’Études à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales, dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS), le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie. Il anime un blog www.russeurope.hypotheses.org

Tous les articles de cet auteur
  • Macron, le «pont aérien» et la tragédie de Saint-Martin

    La déclaration du président Macron à propos de l'action gouvernementale à Saint-Martin est une «énorme bêtise» au regard des évidentes lacunes dans la gestion de la crise. Jacques Sapir s'indigne que les médias la relaient comme «paroles évangile».

  • Les trois fautes d’Emmanuel Macron

    Un président qui «ne connaît pas l'histoire» - l'économiste Jacques Sapir revient sur les raisons majeures de la chute brutale de la popularité du président français.

  • Cedant arma togae et la démission de Pierre de Villiers

    La démission récente du général de Villiers est un symptôme de la crise de confiance, de la crise de légitimité, dont est victime la scène politique française, estime l'économiste Jacques Sapir.

  • Crise politique et crise de nerfs

    L'actuelle crise politique en France, liée à la démission de quatre ministres en 48 heures, pourrait annoncer, dans une destructrice confrontation au réel, le début de l’éclatement de la «bulle» Macron, estime l'économiste Jacques Sapir.

  • Législatives 2017 : une vague en trompe l’œil

    Triste bilan du 1er tour des législatives pour l'économiste Jacques Sapir : record historique de l'abstention, opposition molle des Républicains, réformes européistes déprimant les employés. Avec environ 30% des voix, LREM peut avoir 70% des sièges.

  • Londres de choc

    Le nouvel attentat qui a touché Londres le 3 juin pourrait être un tournant : il faudra passer d’une attitude doloriste à une attitude de combat, et progressivement éradiquer le terrorisme et ses causes, explique l'économiste Jacques Sapir.

  • Macron et Poutine : les enjeux de Versailles

    La visite de Vladimir Poutine constitue pour Emmanuel Macron son véritable baptême du feu en politique internationale, explique l'économiste Jacques Sapir qui se penche sur les aspects clés de cette première rencontre entre les deux hommes.

  • Les débuts de la présidence Macron

    En tant que président, Emmanuel Macron aura à choisir entre les caps pro-européen et pro-français, car à vouloir combiner les deux et ne pas choisir, il se mettra dans la main de Berlin, estime l'économiste Jacques Sapir.

  • La tristesse et la honte

    «Je suis empli d’une honte indicible qu’une logique inspirée du temps de la Guerre Froide sépare les «bons» des «mauvais» morts» - l'économiste français Jacques Sapir analyse la réaction à l'attentat de Saint-Pétersbourg.

  • Macron, le Nord et la tête de nœud

    Les mineurs sont des alcooliques votant le FN, déclare Emmanuel Macron. Un signe non seulement de mépris sidérant, mais aussi de méconnaissance totale de la France. La démonstration par Jacques Sapir.

  • Une primaire et sept candidats

    La primaire du PS n’a plus de sens depuis longtemps, ses candidats étant incapables d’articuler un programme cohérent et différent de la décomposition hollandiste, selon l'économiste Jacques Sapir qui revient sur les candidatures clés.

  • Jacques Sapir : «Manuel Valls est un candidat qui arrive usé à la primaire»

    Une candidature de Manuel Valls peut-elle être couronnée de succès alors qu'il représente le mandat de François Hollande ? L'économiste Jacques Sapir se penche sur les chances du Premier ministre de réussir face à ses rivaux de gauche.

  • La victoire du «non» et la défaite de Renzi

    L'économiste Jacques Sapir décrypte les conséquences du «non» au référendum italien pour le pays et pour l'Union européenne.

  • La marche triomphale de François Fillon ?

    La victoire de Francois Fillon à la primaire de droite est aussi la défaite du néconservatisme atlantiste de Sarkozy à Hollande, estime l'économiste Jacques Sapir.

  • Trump président

    L’élection de Trump c’est, symboliquement, la victoire de la vie réelle sur la vie virtuelle, et elle témoigne du fait que le bilan de Barack Obama n’est pas aussi bon que ce que la presse veut bien nous en dire, selon l'économiste Jacques Sapir.

  • «Le CETA, frère jumeau du TAFTA, a pour but de préparer le terrain pour sa signature»

    Le gouvernement français n'a en vérité jamais renoncé à la signature du TAFTA et l'adoptation de ce traité implique des «choses inacceptables» pour l'Europe, estime l'économiste Jacques Sapir.

  • Les leçons de la réélection de Jeremy Corbyn

    L'économiste Jacques Sapir explique en quoi l'élection de Jeremy Corbyn à la tête du parti travailliste témoigne du processus démocratique à la différence des primaires françaises.

  • Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

    Le récent disours de Nicolas Sarkozy, dans lequel il a mentionné l'origine gauloise des Français a fait le buzz sur internet. Mais les faits soutiennent-ils l'hypothèse du candidat des Républicains ? s'interroge l'économiste Jacques Sapir.

  • Hollande, un prix et l’indignité

    La nouvelle de la désignation par la fondation The appeal of conscience de François Hollande comme «homme d’Etat de l’année» a fait beaucoup de bruit. L'économiste Jacques Sapir explique en quoi cet événement est un honneur plus que douteux.

  • Allemagne : un tournant?

    L'érosion du soutien à Angela Merkel, devenu manifeste après les élections locales, annonce la montée d'une vague populiste et constitue un véritable tournant pour l'Allemagne, estime l'économiste Jacques Sapir.