La saisie de 10 000 armes illégales en Espagne montre que «l'ensemble de l'Europe est vulnérable»

La saisie de 10 000 armes illégales en Espagne montre que «l'ensemble de l'Europe est vulnérable»
Un arsenal saisi en Espagne lors d'une opération conjointe de la police espagnole et d'Europol

La récente saisie d'un arsenal en Espagne a montré que d'énormes quantités d'armes illégales pouvaient s'accumuler en Europe. Avec des frontières ouvertes, cela peut avoir des conséquences graves, explique Doug Weeks, expert en antiterrorisme.

RT : La police nationale espagnole a dévoilé un arsenal illégal de 10 000 armes saisies en janvier en Espagne dans le cadre de l’opération «Portu». Quels types d’armes peut-on voir dans la vidéo ?

Douglas Weeks (D. W.) : Selon les armes qu’on a pu voir dans une vidéo diffusée après cette prise, on peut supposer qu’il y a beaucoup d’armes de type militaire et d’assaut qui peuvent causer des dommages énormes.        

RT : Europol déclare que les armes saisies présenteraient un risque important si elles tombaient entre les mains de groupes criminels organisés ou de terroristes. Selon vous, à qui ces armes étaient-elles destinées ?

D. W. : Cette histoire vient seulement d’être révélée, mais l’enquête proprement dite a été menée en janvier. Cela laisse penser qu’il y a beaucoup d’autres informations sur cet incident, qui peuvent encore être rendues publiques, et il sera intéressant de les apprendre. J’ai le sentiment qu’il est peu probable que les autorités policières s’engagent dans une telle opération sans prendre ensuite tout le temps nécessaire pour suivre tous les indices découverts lors de la saisie. Et je suppose que cela pourrait être le cas avec certains incidents, comme une arrestation en janvier, depuis laquelle ils essayaient d’apprendre à qui exactement ces armes ont été vendues.

Même si on a l’habitude de penser que des armes de contrebande ne sont pas disponibles en Europe en grande quantité, une saisie comme celle-là suggère le contraire

Compte tenu de cela, et certainement de la catégorie et du type des armes qui ont été trouvées dans cet arsenal, il serait raisonnable de dire qu’il s’agit d’un réseau prolifique de vente d’armes. Il est probable que dans des cas comme ça, la police se préoccupe autant de ceux qui sont capables de payer pour ces armes, que de ceux qui les ont vendues, car ces armes peuvent se retrouver entre les mains de n’importe qui.

RT : Est-il dangereux d’avoir un tel entrepôt au sein de l’Europe dont les frontières sont ouvertes ?

D. W. : Il y a plusieurs points dans cette question. Le premier c’est que, même si on a l’habitude de penser que des armes de contrebande ne sont pas disponibles en Europe en grande quantité, une saisie comme celle-là suggère le contraire. Je crois que le nombre d' armes saisies lors de ce raid est énorme. Et qu’on ait réussi à saisir ça, c’est une très bonne chose pour toute l’Europe, car avec l’accord de Schengen, les frontières sont ouvertes. Et le fait que cet arsenal ait été découvert en Espagne, ne signifie pas que ces armes n’ont pas pu été transportées sans aucun problème dans d’autres pays européens, par tous ceux qui voulaient s’armer pour n’importe quel but, que ce soit pour le crime organisé, ou à des fins terroristes. Cet incident révèle que toutes les armes sont disponibles là, et que l’ensemble de l’Europe est vulnérable.

Compte tenu du problème de la criminalité organisée en Europe et du fait qu’on a vu augmenter au cours des cinq dernières années le nombre des gens qui peuvent avoir de telles armes, une telle saisie est une chose très importante

RT : Si un tel arsenal a été trouvé en Espagne, que pourriez-vous dire de la situation sécuritaire dans toute l’Europe ?

D. W. : En fait, la situation a été largement couverte par les médias au cours de ces dernières années, avec la crise migratoire. Et pourtant, le cas que vous avez mentionné ici, ne signifie pas que la situation est mauvaise – plutôt non. Mais il faut souligner qu’il y a encore du risque. Si vous regardez le réseau criminel qui dispose d'un tel arsenal , je crois que le marché est basé plutôt sur la capacité d’acheter les armes des gens qui les cherchent, mais non pas sur des groupes éventuels qui peuvent les obtenir. Par conséquent, toute personne qui a de l’argent est un acheteur potentiel d'armes au marché noir. Ces armes ne sont pas en vente libre. Oui, ces armes sont disponibles en Europe, mais il ne faut pas s’en soucier trop, car les autorités contrôlent la situation. Bien sûr, compte tenu du problème de la criminalité organisée en Europe et du fait qu’on a vu augmenter au cours des cinq dernières années le nombre des gens qui peuvent avoir de telles armes, une telle saisie est une chose très importante.

Lire aussi : Crise migratoire : Merkel voulait fermer les frontières... mais y a renoncé à la dernière minute

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.