«Il faut s'inquiéter de la nouvelle sortie du Mein Kampf de Hitler en Allemagne»

«Il faut s'inquiéter de la nouvelle sortie du Mein Kampf de Hitler en Allemagne»© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Une copie de Mein Kampf d'Adolf Hitler

La nouvelle rédaction de Mein Kampf rend d'une certaine manière légitime la lecture du livre qui rencontre un succès auprès de ses dizaines de milliers d'acheteurs, estime le professeur de Hebrew University Ofer Ashkenazi.

Une nouvelle rédaction annotée de l’autobiographie d’Adolf Hitler Mein Kampf se vend activement en Allemagne, 85 000 exemplaires ayant déjà été écoulés en 2016.

La rédaction critique de Mein Kampf est apparue dans les librairies allemandes au début du mois de janvier l'année dernière et s'est vendue immédiatement. Le livre contient environ 3 500 notes universitaires et commentaires, analysant les points de vue d'Adolf Hitler et «utilisant des faits contre la propagande, l’idéologie et la haine [de Hitler].»

«Nous avons supposé que le chiffre ne dépasserait pas 4 000 pour la première rédaction. Pourtant, nous avons vendu 85 000 livres», a expliqué Andreas Wirsching, chef de l'Institut de l’histoire contemporaine basé à Munich qui a publié le livre.

RT : Comment, à votre avis, peut-on expliquer cette montée subite en popularité ?

Ofer Ashkenazi (O. A.) : Je pense qu’il est populaire pour plusieurs raisons différentes. Certaines personnes l’achètent, parce que c’est une nouvelle édition avec des annotations. D'autres parce que c'est Mein Kampf et ils s'y intéressent. Il y a, bien sûr, aussi ceux qui l'achètent parce qu'ils croient qu'ils pourront y trouver quelque sagesse.

Les gens qui l'ont déjà lu à l'époque savent qu'il n'est pas vraiment facile à lire ; ce n'est pas vraiment un livre très intéressant

RT : La popularité du livre vous préoccupe-t-elle ?

O. A. : Oui, je crois que nous devrions nous inquiéter. L'une des choses qui caractérise la nouvelle rédaction, c'est qu'elle rend d'une certaine manière légitime la lecture du livre. Les gens qui l'ont déjà lu à l'époque savent qu'il n'est pas vraiment facile à lire ; ce n'est pas vraiment un livre très intéressant. Mais il a toujours été une chose dont les gens - sans compter les milieux néo-nazis - n'étaient pas fiers ou ne voulaient pas partager, mais maintenant cela acquiert un caractère légitime.

RT : Pour un livre de non-fiction, ce n'est pas quand même un grand coup. Il y a deux semaines, un livre intitulé The Hidden Life of Trees dedié aux écosystèmes des forêts a atteint le sommet des charts de la non-fiction allemande avec 500 000 exemplaire vendus - beaucoup plus que Mein Kampf. Il nous faudrait peut-être une meilleure idée des proportions, non ?

O. A. : C’est difficile à dire. Je pense que c'est raisonnable. Les gens l'achètent le livre, parce qu'il avait été interdit avant et ils sont curieux. Certains l'achètent, parce qu'il s'intéressent à une certaine période ; ils ont envie d'en savoir plus. Il est vrai qu'il n'est pas aussi populaire que le nouveau Harry Potter, par exemple, ou d’autres livres.

En revanche, le fait que les gens en achètent des milliers montre qu’il y a un intérêt pour ce livre -j'espère que ce n'est pas pour les messages qu'il contient - pour les idées qu'il représente.

C'est là, le danger dans le nouveau contexte : le climat hostile aux réfugiés et à l'immigration que nous voyons partout dans le monde et également en Allemagne

RT : Cette rédaction se veut critique et scientifique, voulant disséquer et remettre en question un nombre de revendications qui y sont exposées. C'est mieux que s'il était publié par un groupe d’extrême-droite, non ?

O. A. : En fait, ceux qui ont voulu lire le livre avant pouvaient le trouver en ligne ou dans d'autres endroits - ce n'était pas un problème. Ce qu'ils ont fait avec cette édition, ils ont mis tous ces commentaires pour réfuter de nombreux arguments du livre.

Je ne pense pas que les gens qui ont envie de le lire, parce qu'ils font partie de la nouvelle droite en Allemagne, prêtent beaucoup d'attention aux commentaires, ils les perçoivent parfois comme une manière de dire : «Eh bien, vous le savez, les idées qui sont dans le livre ont été assez populaires à l'époque Elles n'étaient pas aussi mauvaises.» C'est là, le danger dans le nouveau contexte : le climat hostile aux réfugiés et à l'immigration que nous voyons partout dans le monde et également en Allemagne. Les gens peuvent le percevoir comme une sorte de prophétie et une manière de légitimer certaines attitudes envers les immigrés et les autres étrangers avec violence et autres.

Il est important de connaître les idées et comprendre d'où elles viennent

Plus nous en parlons, plus cela crée la curiosité et plus cela se vend. Je pense que c'est bien que les gens aient accès à cette rédaction... et lisent les commentaires. J'aimerais qu'il le fassent de façon plus efficace et intelligente, avec moins de commentaires et plus de discussions plus approfondies sur les dangers de ce genre d'idées. Nous avons une édition de Mein Kampf en hébreu que mes élèves lisent pour les cours. Je pense qu’il est important de connaître les idées et comprendre d'où elles viennent. Si nous fermons les yeux, cela ne veut pas dire que ça a disparu.

Lire aussi : Allemagne : les chaussettes d'Hitler vendues aux enchères (PHOTOS)

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales