Jacques Sapir est directeur d’Études à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales, dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS), le groupe de recherche IRSES à la FMSH

La «stratégie» de Hollande

© Gonzalo Fuentes Source: Reuters

Analyse de la stratégie de François Hollande pour remporter les prochaines élections présidentielles, mais «en a-t-il simplement une ?», se demande l'économiste Jacques Sapir.

Quelle est donc la stratégie de François Hollande et en a-t-il simplement une ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser au sortir de cette «séquence» politique qui l’a vu au milieu des ruines de la «gauche» et face à une opinion en voie d‘exaspération. Alors que son gouvernement se déchire en plein jour, le comportement d'enfant gâté d'Emmanuel Macron en indisposant beaucoup – dont le Premier ministre – et non sans quelques bonnes raisons, alors que la police et l’armée sont en proie au doute, l’expression d’un dessin clair, susceptible de rassembler les Français serait la moindre des choses que l’on pourrait attendre d’un président de la République. Mais, François Hollande préfère louvoyer, ruser et prendre la tangente. Cela n’implique pas qu’il n’ait pas un «plan», sauf que ce dernier relève plus de la combinazione que du projet stratégique. Son seul souci est, visiblement, de rester au pouvoir. Il convient de comprendre comment il veut y parvenir.

 Il s’agit de faire le vide sur sa gauche pour se présenter comme l’ultime recours

La manœuvre Hollande

Le plan du président relève de la politique politicienne et, en même temps, il est transparent. C’est d‘ailleurs cela son principal défaut. Il s’agit de faire le vide sur sa gauche pour se présenter comme l’ultime recours, ou le moindre mal, tant face à la droite, afin d’être présent au second tour que face au Front national, contre lequel il espère un réflexe de «Front républicain». Mais, ce plan prend l’eau en de multiples endroits. Non que la droite française, celle qu’incarnent Les Républicains (LR) soit inférieure à ses attentes. Dans la liste déprimante des candidats à la primaire des droites, c’est un concours à celui qui dira les platitudes les plus éculées sur l’Europe, à celui qui présentera le programme le plus réactionnaire.

Ces discours tenus par la droite sont en réalité congruents à ceux de la «gauche» de gouvernement

Passons sur le cas de Nicolas Sarkozy, qui vire au cas pathologique et qui n’espère plus qu’en des manœuvres d'appareil pour triompher de ses adversaires. Alain Juppé, dont on a dit qu’il était passé de la rigidité à la momification, processus à peine interrompu par une brève crise de jeunisme, propose un programme largement décalqué de celui de François Fillon et dont l’application accentuerait la récession actuelle dans le pays. Rappelons que les études du FMI sur le «multiplicateur des dépenses publiques»[2] montrent qu’une réduction importante de ces dernières (et Juppé évoque 75 milliards d'euros soit 3,75% du PIB annuel) auraient des conséquences désastreuses sur la croissance et l’économie. François Fillon est, quant à lui, passé du séguinisme au thatchérisme avec trente-cinq ans de retard et Bruno Le Maire, dont les performances à Bruxelles n’avaient pas retenu l’attention, n’a pour atout que sa relative nouveauté qui ne cache que faiblement la nullité de son discours. Ces discours tenus par la droite sont en réalité congruents à ceux de la «gauche» de gouvernement. Ils se plient tous à ce qu’exige l’Union européenne et la logique de l’euro.

Bref, la droite peut se plier à la combinazione de François Hollande en donnant d’elle-même un visage suffisamment repoussant. Mais cela ne suffira pas.

L’obstacle Mélenchon

François Hollande, pour pouvoir se représenter doit faire le vide à gauche. S’il a exécuté le groupe écologique, et rarement aura-t-on vu de victimes d'une exécution plus consentante, il ne pourra se défaire aussi aisément de son seul adversaire à gauche : Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier est en passe de gagner son pari. Il s’est dégagé du piège de la primaire à gauche, et sa candidature n’est plus aujourd’hui contestable. Il est d'ailleurs crédité dans les sondages de scores supérieurs à 10%, se rapprochant de ceux de François Hollande. Dès lors, il est clair qu’il va devenir la cible des attaques des caciques du P «S» et de sa presse aux ordres.

On est en présence de méthodes de gangsters. Elles sont cohérentes avec la dérive clientéliste que le P «S» connaît, que ce soit sur Marseille ou dans le Nord ou même à Paris comme le dénonçait, avec un certain courage, Malek Boutih

La violence de ces attaques peut être déduite par la mésaventure arrivée à la compagne de Fréderic Lordon, débarquée du Nouvel Obs sous le risible prétexte qu’elle aurait écrit des articles anti-démocratiques. Diable, on ne savait pas ce journal si délicat, lui qui pratique la désinformation de manière systématique sur certains sujets. En réalité, on est en présence de méthodes de gangsters. Elles sont cohérentes avec la dérive clientéliste que le P «S» connaît, que ce soit sur Marseille ou dans le Nord ou même à Paris comme le dénonçait, avec un certain courage, Malek Boutih.

Elles visent aujourd’hui Frédéric Lordon en raison de son engagement dans Nuit Debout. Elles viseront demain Jean-Luc Mélenchon qui, du fait de l’enjeu, devient de facto le principal adversaire de François Hollande. On peut déjà discerner l’axe de cette campagne. Publiquement, il va s’agir de retirer sa légitimité à Mélenchon, par des attaques haineuses mais aussi en suscitant dans son propre camp des adversaires. Les tentatives pour promouvoir des candidats alternatifs en font partie. Mais, dans le secret des rencontres et des tractations d'état-major, on va tenter quelque chose de plus radical. Il va s’agir de le priver des 500 parrainages dont il a besoin en faisant pression sur la direction du PCF qui peut être sensible à l’argumentation de circonscriptions électorales.

Si Jean-Luc Mélenchon peut aller jusqu’au premier tour, François Hollande n’aura quant à lui aucune chance de figurer au second

La chance, pour Mélenchon, est d‘une part sa stature politique – qui le met largement au-dessus des adversaires potentiels dans son propre camp – et d'autre part qu’une partie de l’appareil et des militants du PCF, lassée des atermoiements européistes de la clique de Pierre Laurent, se refusera à entrer dans ces manœuvres indignes. On en veut pour preuve l’appel de plusieurs dirigeants du PCF, dont Marie-George Buffet, à soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Or, si Jean-Luc Mélenchon peut aller jusqu’au premier tour, François Hollande n’aura quant à lui aucune chance de figurer au second. Bien sûr, on agitera le spectre de 2002 devant les électeurs de gauche. Mais, la politique du gouvernement les aura durablement dégoutés d’un candidat P «S». Les dégâts provoqués par la loi El-Khomri et les cassures engendrées par le mouvement actuel sont profonds. En fait, c’est le «tournant libéral» de la politique de François Hollande qui est en cause. Or, ce tournant est le produit d’une politique qui sacrifie les travailleurs français aux illusions des européistes de Bruxelles. Et cela les français ne le pardonnent pas, et ne le pardonneront pas en 2017, à François Hollande.

L’effondrement du «hollandisme»

L’effondrement de la manœuvre conçue par François Hollande est donc plus que probable. Mais, il n’est pas dit qu’il profite au candidat du Front de gauche. Assurément, ce dernier est pratiquement sûr de faire un bon score au premier tour de l’élection présidentielle, sans doute autour de 13%, voire plus. Peut-être même pourrait-il faire jeu égal avec Hollande, ce qui serait symboliquement important. Mais après ? Tout cela reste dans le cadre du premier tour, or c’est au second que se décide l’élection. Il manque pour l’instant à sa campagne cette fibre patriotique, cette revendication faite haut et clair de la souveraineté nationale, pour qu’il puisse prétendre incarner la totalité de la gauche historique.

Il est en effet probable que la politique actuelle du gouvernement en poussera une bonne partie vers l’abstention

Cet effondrement ouvrira, selon toutes probabilités, la porte du second tour à un duel entre Marine le Pen et Alain Juppé. Et l’on entend d’ores et déjà se roder le discours sur le «Front Républicain». Si, d‘ores et déjà, on voit des représentants de la «gauche» se préparer à passer avec armes et bagages dans le camp du maire de Bordeaux, il n’en est pas encore de même pour les électeurs. C’est là que se noue la véritable contradiction entre le «plan» de François Hollande et sa politique. Il est en effet probable que la politique actuelle du gouvernement en poussera une bonne partie vers l’abstention. Il suffirait qu’une grande partie de ces derniers s’abstiennent pour que l’effondrement du «hollandisme» soit total.

DU MÊME AUTEUR : Hollande et les décombres

Source : russeurope.hypotheses.org

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales