Publication des données personnelles des journalistes en Ukraine : Daesh pourrait saisir l’aubaine

Source: Sputnik

Le site ukrainien Mirotvorets (Pacificateur) a publié le 11 mai les données de plus 4000 journalistes russes et étrangers ayant travaillé dans l'Est de l'Ukraine. Le directeur de l'Association for International Broadcasting Simon Spanswick réagit.

RT : La publication de ces informations a créé une sorte de panique parmi les agences de presse. Quelle est votre réaction ?

Simon Spanswick (S.S.) : La AIB, l’organisation que je dirige et dont RT et d’autres chaînes internationales telles que la BBC et CNN sont membres, est choquée et surprise par cette publication. Ce n’est pas quelque chose que nous sentions venir. L’importance des données qui sont inclues dans cette liste de plus de 4 000 personnes est stupéfiante, pour de mauvaises raisons.

Si l’Etat islamique met la main sur ces informations et s’en sert pour cibler ces journalistes, tout cela peut dégénérer. C’est ce dont on doit se préoccuper avant tout

RT : L’Ukraine a déjà engagé une action pénale cette semaine. Pensez-vous que ceux impliqués dans cette situation et qui sont en Ukraine seront protégés ?

S.S. : Il appartient à l’agence pour laquelle ces journalistes travaillent de prendre des mesures pour assurer leur protection. Je sais que certains de nos membres ont d’ores et déjà pris certaines mesures pour assurer la sécurité de leurs journalistes mais également que ces derniers sont conscients des menaces potentielles. Le problème ne se limite pas à l’Ukraine je pense. D’autres organisations pourraient utiliser ces informations pour cibler des journalistes dans d’autres régions du monde car évidemment les principaux correspondants de RT, de la BBC, de CNN, se rendent dans une zone de conflit puis dans une autre. Je suppose que l’Etat islamique est une menace pour eux désormais. Si l’Etat islamique met la main sur ces informations et s’en sert pour cibler ces journalistes, tout cela peut dégénérer. C’est ce dont on doit se préoccuper avant tout.

RT : Les organisations internationales qui protègent ces journalistes, que peuvent-elles faire pour assurer la sécurité de leurs employés en Ukraine et dans le reste du monde ?

S.S. : Un certain nombre de mesures ont été prises pour vérifier la sécurité des adresses email de ces journalistes, pour éviter que leurs comptes ne soient piratés. Les organisations prennent ça très au sérieux. La protection des adresses email a été le sujet principal de la réunion de cette semaine à AIB. C’est très important car tout est lié sur internet de nos jours et hacker une adresse email n’est pas très difficile. Cela ne requiert pas beaucoup de talent, il y a des tas de gens dans le monde qui le font chaque jour.

Les autorités du pays dans lequel ce site a été créé doivent retirer cette liste et ces données d’internet pour éviter que plus de gens y aient accès

RT : Parlons de cette enquête qui a été lancée. Des actions pénales de ce type prennent beaucoup de temps, des semaines, voire des mois. Etant donné que certains journalistes ont déjà reçu des menaces, pensez-vous que des mesures de prévention doivent être prises afin de protéger l’identité de ces personnes ?

S.S. : Je crois que dans un premier temps, il faut retirer cette liste de la Toile. Les autorités du pays dans lequel ce site a été créé doivent retirer cette liste et ces données d’internet pour éviter que plus de gens y aient accès. Ensuite je pense qu’il faut engager une action pénale et j’espère que les responsables vont paraître en justice. Ils n’auraient pas dû faire ça. Cibler des journalistes qui essayent de rapporter librement et avec impartialité les opinions de toutes les parties engagés dans un conflit, c’est mal, c’est contre la charte des Nations unies.

RT : J’ai le nom de certaines organisations et des journalistes devant les yeux, la longueur de cette liste est stupéfiante. Un député ukrainien qui est également conseiller au ministère de l’Intérieur a encouragé les gens à regarder cette liste. Ne va-t-il pas y avoir un conflit d’intérêt dans cette enquête ? Etes-vous certain que l’enquête va être impartiale et qu’elle va protéger l’identité de ces journalistes ?

S.S. : J’espère que ce sera le cas, je n’en sais pas assez sur le système judiciaire ukrainien pour me prononcer. Je pense que ce député n’aurait jamais dû promouvoir cette liste, ce qu’il a fait est hypocrite et mal. D’après ce que je comprends, des mesures sont en train d’être discutées pour le calmer, dans un premier temps. Il ne devrait pas promouvoir des actes de violences à l’égard de journalistes qui sont là pour rapporter la vérité. 

Lire aussi : Ukraine : des journalistes blessés dans une brutale attaque à l’arme à feu à Odessa (VIDEO)

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales