Un camp de la mission de l'ONU au Mali frappé par deux explosions

- Avec AFP

Un camp de la mission de l'ONU au Mali frappé par deux explosions© Thomas COEX Source: AFP
Les militaires abrités à la suite des explosions ayant frappé le camp de l'ONU, à Gao, dans le nord du Mali, le 5 décembre 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Deux explosions ont visé un camp de la mission de l'ONU à Gao, au Mali, le 5 décembre. Leur origine n'a cependant pas été établie par l'armée française. Gao fait partie des zones où les effectifs militaires doivent se recentrer dans le pays.

Deux explosions ont ciblé le 5 décembre un camp de la mission de l'ONU au Mali (Minusma) à Gao, dans le nord du pays, occasionnant des dégâts matériels, ont constaté des journalistes de l'AFP présents sur place.

Il y a eu quatre impacts sur le camp et des dégâts matériels uniquement, selon l'armée française, qui n'a pas précisé l’origine des explosions. Celles-ci, à 5h45 GMT, ont fait vibrer les baraquements et ont poussé les militaires à se réfugier dans des abris pendant deux heures. Ces incidents surviennent alors que la réorganisation de la présence militaire française au Mali est en cours avec la fin programmée de l'opération Barkhane.

Le plan français prévoit une évacuation de Kidal, Tessalit et Tombouctou pour recentrer les effectifs autour de Gao et Ménaka, plus près de la «zone des trois frontières», aux confins du Niger et du Burkina Faso.

Depuis 2012, le Mali est le théâtre d'opérations de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à Daesh, et de violences de toutes sortes perpétrées par des milices autoproclamées d'autodéfense et des bandits. Les forces régulières sont elles-mêmes accusées d'exactions.

Les violences parties du nord en 2012 se sont propagées au centre, puis au Burkina Faso et au Niger voisins. Elles ont fait des milliers de morts civils et militaires, et des centaines de milliers de déplacés, malgré le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaines. La prise du pouvoir à Bamako par des militaires à la faveur d'un putsch en 2020 n'a pas enrayé la spirale de violences.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix