Emmanuel Macron annonce «la fin de l'opération Barkhane en tant qu'opération extérieure»

Emmanuel Macron annonce «la fin de l'opération Barkhane en tant qu'opération extérieure»© REUTERS/Benoit Tessier
Un soldat français à Gao (Mali) le 1er août 2019, dans le cadre de l'opération Barkhane (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Ce 10 juin, le président de la République a annoncé que l'opération française Barkhane au Sahel devait laisser place à une «alliance internationale associant les Etats de la région», selon des modalités et une chronologie restant à définir.

Le chef d'Etat français a évoqué ce 10 juin l'avenir de Barkhane, l'opération militaire française au Sahel, à l'occasion d'une conférence de presse en amont des sommets du G7 (du 11 au 13 juin) et de l'OTAN (le 14 juin).

«A l'issue de consultations [avec les partenaires de la France] nous amorcerons une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel», a déclaré Emmanuel Macron, annonçant la «fin de l'opération Barkhane en tant qu'opération extérieure» et la mise en œuvre «d'une alliance internationale associant les Etats de la région», selon des modalités restant encore à définir. 

La France souhaite des engagements «clairs» de non-dialogue avec les djihadistes

Cette «transformation» de l'opération Barkhane passera notamment par la fermeture de bases de l'armée française, selon le président de la République. Celui-ci a également souligné que la lutte contre le terrorisme au Sahel se ferait au moyen des «forces spéciales» structurées autour de la force européenne Takuba, avec «une forte composante française – avec encore plusieurs centaines de soldats – et des forces africaines, européennes, internationales».

«Je ne pense pas qu'on puisse se substituer à un peuple souverain pour construire son bien à la place de lui-même», a également annoncé Emmanuel Macron avant de critiquer certains pays africains : «Nous ne pouvons pas sécuriser des zones qui retombent dans l'anomie parce que les Etats décident de ne pas prendre leurs responsabilités, c'est impossible, ou alors c'est un travail sans fin.»

On ne peut pas mener des opérations conjointes avec des pouvoirs qui décident de discuter avec des groupes qui, à côté de cela, tirent sur nos enfants

A propos de la suspension des opérations militaires conjointes entre l'armée française et les forces maliennes décidée le 3 juin dernier, le président de la République a conditionné la reprise de cette coopération militaire à des engagements «clairs» de non-dialogue avec les djihadistes.

«On ne peut pas souffrir l'ambiguïté. On ne peut pas mener des opérations conjointes avec des pouvoirs qui décident de discuter avec des groupes qui, à côté de cela, tirent sur nos enfants», a-t-il dit avec fermeté. «Pas de dialogue et de compromission», a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en déplacement à Abidjan ce 10 juin pour l'inauguration d'une Académie internationale de lutte contre le terrorisme avait déclaré plus tôt dans la journée : «Evidemment la France n'a pas vocation à rester éternellement au Sahel (...). Il est vraisemblable qu'il faille adapter le dispositif Barkhane.»

Un activisme diplomatique français sur le Sahel complété par la visite de Florence Parly, ministre des armées, à son homologue belge pour évoquer, entre autres, cette question. 

Contexte sécuritaire difficile au Sahel

Paris déploie actuellement près de 5 100 soldats au Sahel pour combattre les groupes terroristes présent dans la région. 

L'intervention présidentielle intervient dans un contexte toujours très instable au Sahel alors qu'au Burkina Faso, entre 132 (selon les autorités) et 160 personnes (selon des sources locales) ont été tuées en une nuit dans le village de Solhan.

Un massacre qui s'ajoute à des dizaines d'autres. Comme le rappelle l'AFP, sur les cinq premiers mois de 2021, plus de 1000 civils ont été tués dans cette partie du Sahel, selon l'ONG Acled et 2248 l'avaient été en 2020.

Une instabilité politique s'ajoute à ces problèmes sécuritaires puisque deux des cinq Etats de l'organisation régionale G5 Sahel ont connu des changements à la tête de l'Etat : ainsi au Tchad, avec la mort violente du maréchal Idriss Déby Itno, et au Mali qui a connu en mai son second coup d'Etat en neuf mois.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»