La France suspend ses opérations militaires conjointes avec l'armée malienne

La France suspend ses opérations militaires conjointes avec l'armée malienne© BENOIT TESSIER Source: Reuters
Un soldat français et un soldat malien le 29 juillet 2019 dans le nord du Mali (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Le ministère français des Armées a fait savoir que Paris suspendait ses opérations militaires conjointes avec les forces maliennes. Cette décision devrait être réévaluée en fonction des réponses maliennes aux conditions françaises.

Le ministère français des Armées – cité par l'AFP – a fait savoir ce 3 juin que la France suspendait ses opérations militaires conjointes avec l'armée malienne.

«Des exigences et des lignes rouges ont été posées» par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'Union africaine pour «clarifier le cadre de la transition politique au Mali», indique le ministère des Armées avant d'ajouter : «Il revient aux autorités maliennes d'y répondre rapidement».

Ces décisions seront réévaluées dans les jours à venir au regard des réponses qui seront fournies par les autorités maliennes.

«Dans l'attente de ces garanties, la France [...] a décidé de suspendre, à titre conservatoire et temporaire, les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes ainsi que les missions nationales de conseil à leur profit», explique le communiqué avant de préciser : «Ces décisions seront réévaluées dans les jours à venir au regard des réponses qui seront fournies par les autorités maliennes.» La France suit ainsi les Etat-Unis qui ont dès la fin mai également suspendu leur assistance aux forces maliennes. 

La force française continuera d'opérer seule 

Cette annonce survient alors que les relations sont tendues entre Paris et Bamako depuis la prise de pouvoir du colonel Goïta – un coup de force militaire qui a notamment poussé la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) à exclure le Mali de ses rangs. Paris, comme l'UE, avait dénoncé le 25 mai un «coup d'Etat inacceptable» après l'arrestation du président Bah N'Daw et du Premier ministre Moctar Ouane. Dans ce contexte, Emmanuel Macron avait déclaré le 30 mai que la France retirerait ses troupes du Mali si celui-ci allait «dans le sens» d'un islamisme radical.

La France, avec environ 5 100 hommes au sein de l'opération Barkhane, soutient le Mali qui fait face depuis 2012 à une poussée djihadiste partie du nord, ayant plongé le pays dans une crise sécuritaire avant de s'étendre au centre du pays. 

La force française continuera d'opérer mais pour l'heure en solo, a précisé le ministère des Armées. En revanche, la force Takuba initiée par la France, composée d'unités de forces spéciales européennes et censée former l'armée malienne, compte parmi les activités suspendues. 

Au Mali, un responsable militaire a confirmé sous le couvert de l'anonymat auprès de l'AFP que la hiérarchie malienne avait été informée par la France du retrait de ses coopérants avec le ministère de la Défense et de la suspension des opérations conjointes.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»