Un rapport parlementaire adoube la stratégie de l'Elysée au Sahel

Un rapport parlementaire adoube la stratégie de l'Elysée au Sahel© Reuters Staff Source: Reuters
Soldats français au Sahel le 26 mai 2016 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les conclusions d'un rapport de l'Assemblée nationale sur l'opération Barkhane ont été rendues le 14 avril. Loin d'apporter une voix discordante, les députés n'y font que reprendre les grandes lignes de la stratégie promue par l'Elysée.

Difficile de percevoir plus que l'épaisseur d'un cheveu sur le conflit au Sahel entre la position de l'Elysée et celle des députés de la Commission Défense, qui viennent de livrer un rapport sur l'opération Barkhane. C'est en tout cas l'impression laissée par les conclusions de cette analyse parlementaire, livrées le 14 avril au cours d'une séance de présentation au palais Bourbon – dominé par la majorité présidentielle. 

Toutes les grandes lignes de la stratégie décidée par le président de la République depuis le sommet de Pau de janvier 2020 jusqu'à celui du Tchad de mars 2021 sont reprises par les auteurs du rapport. 

La France ne s’enlise pas au Sahel : il n’y a aujourd’hui aucune solution sans Barkhane

Ceux qui chercheraient un regard critique ou du moins alternatif sur la situation militaire française au Sahel devront passer leur chemin. Alors que selon un rapport de l'ONU de décembre 2020, sur les trois derniers mois au Mali, «la situation en matière de sécurité a continué de se détériorer [...] en particulier dans le Centre» et que l’Agence des Nations unies pour les réfugiés fait état de plus de deux millions de déplacés dans la région du Sahel, pour Sereine Mauborgne (LREM) et Nathalie Serre (LR) les co-rapporteurs du rapport, le bilan de l'opération Barkhane est «incontestablement positif». Persuadées de son efficacité sur le terrain, elles affirment ainsi au sein du rapport qu'il n'existe pas d'alternative à l'opération militaire française : «La France ne s’enlise pas au Sahel : il n’y a aujourd’hui aucune solution sans Barkhane».

Takuba, «succès pour la diplomatie française» ?

Les deux parlementaires se félicitent également de la force européenne Takuba, qu'elles considèrent comme un «succès pour la diplomatie française». Une autre députée évoque même à ce propos la «manifestation de la possibilité d'une défense européenne». Un enthousiasme qui peut surprendre quand on sait la difficulté avec laquelle la France peine à rendre opérationnelle cette «task force», qui doit rassembler des forces spéciales européennes et qui n'est pour l'instant composée que de soldats estoniens, tchèques, danois ainsi que suédois et dans laquelle l'absence de grands pays comme l'Allemagne est criante. «L'Europe ne fait pas grand-chose», déclarait même Alain Corvez, conseiller en stratégie internationale, interrogé par RT France au printemps dernier.

En outre, pour les co-rapporteurs, le pan militaire de l'opération doit se doubler «d'un sursaut civil», reprenant ainsi presque mot pour mot la communication de l'exécutif depuis le début d'année, qui met en avant cette stratégie en tant que réponse à l'impasse actuelle. Ainsi, lors d'un débat au Sénat sur l’engagement français, le 9 février dernier, Jean-Yves Le Drian avait estimé que si le sommet de Pau avait voulu mettre en place «un sursaut militaire au Sahel», celui de Tchad serait celui «du sursaut diplomatique, politique ; du sursaut du développement».

Les élues ont toutefois évoqué l'hypothèse de négociations avec les groupes terroristes alors que l'Elysée s'y est jusqu'alors toujours opposé. Nathalie Serre a estimé que ces négociations seraient à terme «inévitables», car elles sont souhaitées par les populations et gouvernements locaux. Une divergence qui n'est peut-être qu'apparente : si Emmanuel Macron avait encore récemment refusé officiellement tout dialogue, déclarant dans le magazine Jeune Afrique qu'«avec les terroristes, on ne discute pas», selon des information du journalLe Monde, Paris envisagerait officieusement des discussions avec les éléments de certains groupes djihadistes implantés localement, mais non avec les directions d'Al-Qaïda et de Daesh.

Ce rapport parlementaire ne devrait donc pas faire dévier l'Elysée de sa stratégie au Sahel. L'exécutif n'y trouvera que l'adoubement de sa stratégie dans cette partie de l'Afrique et aucune vision alternative capable d'enrichir sa réflexion afin de rétablir la paix dans une région en proie à la guerre depuis près de dix ans. 

Benjamin Fayet

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»