Mahmoud Ahmadinejad estime que l'accord sur le nucléaire iranien «n'a donné aucun résultat positif»

Mahmoud Ahmadinejad estime que l'accord sur le nucléaire iranien «n'a donné aucun résultat positif»© Asmaa Waguih Source: Reuters
INTERVIEW
L'ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad lors d'une conférence de presse au Caire, en Égypte, le 7 février 2013 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Au micro de RT, l'ancien président iranien s'est montré très critique du pacte signé en 2015 à Vienne – et dénoncé unilatéralement par Donald Trump en 2018 – qui n'est selon lui «pas en mesure de résoudre les différends».

L'ancien président de l'Iran Mahmoud Ahmadinejad s'est exprimé le 21 mars auprès de RT à propos de l'accord sur le nucléaire iranien, qui n'a selon lui «donné aucun résultat positif dans la pratique» et n'est pas «en mesure ou capable de résoudre les différends».

L'accord international sur le nucléaire iranien, conclu en 2015 à Vienne, avait offert une bouffée d’oxygène à Téhéran, à travers un allègement des sanctions internationales isolant la République islamique depuis des années, en échange d'une limitation drastique de ses activités nucléaires et de garanties prouvant que l'Iran ne cherche pas à se doter de la bombe atomique.

Cependant, pour Mahmoud Ahmadinejad, ce pacte «n'a pas été conclu dans le respect des normes internationales». «Les pays qui ne sont pas d'accord avec les activités de l'Iran ont six voix [les cinq disposant de l'arme nucléaire, plus l'Allemagne], alors que l'Iran n'en a qu'une. Cela signifie que le problème ne sera pas résolu. Si l'objectif est de résoudre les problèmes existants, alors lors de l'élaboration des traités, on doit se fonder sur la justice, ainsi que sur le respect des lois internationales», a-t-il développé.

L'accord a été dénoncé unilatéralement en 2018 par l'ancien président américain Donald Trump, qui a multiplié les sanctions ayant précipité l'économie iranienne en récession. Téhéran a alors commencé à s'affranchir de ses engagements nucléaires pour protester contre les mesures punitives de Washington.

L'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche pourrait changer la donne, le nouveau président disant vouloir réintégrer l'accord de Vienne si l'Iran respectait à nouveau ses engagements. Mi-février, l'administration Biden avait déclaré qu'elle acceptait l’invitation des Européens à une future réunion informelle avec l'Iran et les autres signataires – Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie – de l'accord de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»