«Notre patience a des limites» : Washington met la pression sur Téhéran concernant le nucléaire

- Avec AFP

«Notre patience a des limites» : Washington met la pression sur Téhéran concernant le nucléaire© CARLOS BARRIA Source: Reuters
Le porte-parole du département d'Etat des Etats-Unis, Ned Price, à l'occasion d'une conférence de presse le 24 février 2021.

Le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price a déclaré que la patience des Etats-Unis avait «des limites» s'agissant de l'offre de dialogue proposée par les Européens entre Washington et Téhéran.

Le 24 février 2021, les Etats-Unis ont signifié leur impatience face à l'absence de réponse de l'Iran sur une possible rencontre directe et informelle (proposée par les Européens) entre les pays signataires de l’accord 2015 afin de lancer le processus de sauvetage de l'accord sur le nucléaire iranien. 

«Notre patience a des limites !», a répondu le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, aux journalistes qui lui demandaient combien de temps l'offre européenne de dialogue resterait sur la table. Le porte-parole a par ailleurs estimé que le retour à «des contraintes vérifiables et permanentes sur le programme nucléaire iranien» était «un défi urgent». De son côté, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a indiqué que les Etats-Unis attendaient «de savoir quelle sera la réponse de l'Iran à l'invitation européenne».

L'administration Biden avait déclaré il y a six jours qu'elle acceptait l’invitation des Européens à une future réunion informelle avec l'Iran et les autres signataires de l'accord de 2015 (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie) censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique. 

Joe Biden promet de revenir dans l'accord «si» l'Iran revient sur ses engagements

En 2018, l’ex-président américain Donald Trump a retiré les Etats-Unis de cet accord international, estimant qu'il était insuffisant. Dans la foulée, il avait rétabli toutes les sanctions américaines qui avaient été levées en échange des restrictions imposées au programme nucléaire iranien. De son côté, Téhéran a commencé à s'affranchir de ses engagements nucléaires pour protester contre les mesures punitives de Washington.

Joe Biden a quant à lui promis de revenir dans l'accord de 2015 «si» l'Iran respectait à nouveau ses engagements. Jusqu'ici  Washington a choisi de ne pas évoquer d'éventuels gestes de bonne volonté préalables à une rencontre avec les autorités iraniennes tout en refusant néanmoins de conditionner le retour dans l'accord de 2015 à la libération de ressortissants américains «injustement détenus» par la République islamique. Plusieurs ténors républicains avaient pourtant appelé Joe Biden à ne pas revenir dans l'accord sans avoir obtenu la libération de ces détenus.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»