La fondation de Navalny aurait demandé à Biden de sanctionner des personnalités proches de Poutine

La fondation de Navalny aurait demandé à Biden de sanctionner des personnalités proches de Poutine© Maxim SHEMETOV Source: AFP
Un écran sur lequel apparaît Alexeï Navalny en vidéoconférence, avec en arrière-plan une illustration représentant le Kremlin de Moscou, le 28 janvier 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La fondation créée par l'opposant russe Alexeï Navalny aurait appelé le président américain à imposer des sanctions à au moins huit personnalités russes de haut niveau qui seraient, selon elle, proches de Vladimir Poutine.

La Fondation anti-corruption (FBK) créée par l'opposant russe incarcéré Alexeï Navalny aurait déclaré, selon CNN, avoir soumis le 29 janvier 2021 au nouveau président américain Joe Biden une liste de 35 personnalités proches de Vladimir Poutine à sanctionner. Parmi ce catalogue se trouverait une liste «prioritaire» de huit personnes, dont le milliardaire Roman Abramovitch.

La lettre envoyée à la Maison Blanche par la FBK indiquerait, selon CNN, que les personnalités figurant sur la liste «aident et encouragent» le président russe à «persécuter» ceux qui «cherchent à exprimer librement leurs opinions et à dénoncer la corruption du système [russe]». Elle précise également que les sanctions existantes ne visent pas «suffisamment de bonnes personnes». Le courrier rappellerait en effet que sept des 35 personnalités citées sur cette «liste noire» figurent déjà dans le répertoire de sanctions américaines.

Dans la liste établie par la FBK figureraient le ministre russe de la Santé Mikhail Murashko, ou encore le milliardaire et propriétaire du club de football anglais de Chelsea, Roman Abramovitch. Ce dernier serait inscrit sur la «liste prioritaire» en tant que prétendu bénéficiaire de la «kleptocratie du Kremlin». Un porte-parole de l'homme d'affaires aurait déclaré à CNN qu'«il n'y a aucune base pour de telles affirmations, qui sont entièrement sans fondement».

Le directeur de la FBK aurait également déclaré le 30 janvier à CNN que la fondation appelait les Etats-Unis à faire pression sur Vladimir Poutine afin qu'il libère Alexeï Navalny, incarcéré pour la violation des conditions d'une peine de prison avec sursis prononcée dans le cadre d'une affaire de détournement de fonds. Un appel qui fait écho à celui de Joe Biden, qui aurait lui aussi, selon la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, demandé au président russe de libérer l'opposant lors d'un appel téléphonique entre les deux chefs d'Etat

Ce dimanche 31 janvier est prévue à Moscou une manifestation des partisans d’Alexeï Navalny, qui demandent également la libération de l’opposant.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix