L'état de santé de Navalny connaît «certaines améliorations», selon l'hôpital allemand qui le soigne

L'état de santé de Navalny connaît «certaines améliorations», selon l'hôpital allemand qui le soigne© Tatyana Makeyeva Source: Reuters
L'opposant russe Alexeï Navalny le 1er juillet 2019 à Moscou. (illustration)

L'hôpital allemand dans lequel est soigné Alexeï Navalny a annoncé que l'état de santé de l'opposant russe s'améliorait mais qu'il restait néanmoins placé sous coma artificiel et assistance respiratoire.

L'état de santé de l'opposant russe Alexeï Navalny connaît «certaines améliorations», a annoncé ce 28 août l'hôpital berlinois où il est soigné depuis qu'il a été transféré en Allemagne.

«Il y a eu certaines améliorations dans les symptômes causés par l'ingestion» d'une substance du groupe des inhibiteurs de la cholinestérase – qui n'a pas été identifiée – a affirmé l’établissement, l'hôpital de la Charité, dans un communiqué, précisant qu'il était toujours plongé dans un coma artificiel et sous assistance respiratoire.

L'état de santé d'Alexeï Navalny est «stable» poursuit l'hôpital. S'il «reste grave», il ne présente néanmoins «pas de menace grave pour sa vie», écrit encore l'établissement, qui ajoute qu'il est pour l'heure «impossible de prévoir l’impact potentiel à long terme» de ce qu'il qualifie d'«empoisonnement grave».

Le 27 août, la police russe a annoncé l'ouverture d'un «examen préliminaire» sur l'hospitalisation de l'opposant. La Direction des transports du ministère russe de l'Intérieur pour le district fédéral de Sibérie a en effet fait savoir que les agents de son Département d'enquête avaient lancé un «examen préliminaire [...] en relation avec l'hospitalisation [de l'opposant russe] Alexeï Navalny le 20 août dans la ville d'Omsk». «Toutes les circonstances de l'incident sont en train d’être établies», a ajouté le service de presse de cette administration locale.

Alexeï Navalny a été admis le 20 août en réanimation dans un hôpital d'Omsk après un malaise dans un avion qui devait le ramener à Moscou depuis Tomsk, en Sibérie. L'opposant russe y est resté deux jours avant d'être évacué vers l'Allemagne, son entourage estimant qu'il avait été empoisonné. La Russie a mis en garde contre les «formulations hâtives» au sujet d'un potentiel empoisonnement du citoyen russe. Le 26 août, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, avait ainsi rappelé que Moscou était opposé à ce que l'on «qualifie d’"empoisonnement" ce qui s’est passé sans que cela soit définitivement confirmé». «Comment peut-on parler d’un empoisonnement s’il n’y a pas d’agent toxique ?», avait-il fait valoir.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»