«Toujours plus loin que les autres» ? BHL s'invite dans la cause de l'opposition biélorusse

«Toujours plus loin que les autres» ? BHL s'invite dans la cause de l'opposition biélorusse© LUCAS BARIOULET Source: AFP
Bernard-Henri Lévy à Paris en octobre 2019 (image d'illustration).

Dans la foulée des manifestations de Biélorusses qui contestent le résultat de la présidentielle, le philosophe français s'est affiché au côté de l'opposante politique biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa, donnant le ton d'un reportage à venir.

Habitué à la narration de ses voyages engagés en terres étrangères, Bernard-Henri Lévy a publié le 19 août sur Twitter un cliché dans lequel il apparaît au côté de l'opposante politique biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa qui a obtenu 10,9 % des voix à l'élection présidentielle qui s'est déroulée dans son pays le 9 août, selon les résultats officiels contestés par l'opposition.

Où l’on voit comment la cause des femmes peut ébranler une dictature grotesque et sanguinaire. Reportage et portrait à venir

«Où l’on voit comment la cause des femmes peut ébranler une dictature grotesque et sanguinaire. Reportage et portrait à venir», a commenté le philosophe français sur le réseau social, alors que l'actualité biélorusse est rythmée par une vague d'importantes manifestations depuis l'annonce des résultats du récent scrutin.

Contacté par RT France sur la situation en Biélorussie, le politologue Bruno Drweski, professeur à l'Institut national des langues et des civilisations orientales (Inalco) et spécialiste du monde slave, a estimé qu'il s'agissait là d'«une exagération "béhachélienne"». «Il va toujours plus loin que les autres. Ici, les méthodes musclées de répression en Biélorussie deviennent "une dictature sanguinaire"», déplore-t-il, sans contester les vidéos de «tabassages réels» ou encore le récent décès d'un manifestant, dont les causes n'ont pour l'heure pas été communiquées par les autorités biélorusses. Bruno Drweski pointe également la présence d'une référence féministe dans la publication de Bernard-Henri Lévy : «C'est le poncif sociétal habituel que BHL se délecte ici de faire débarquer à Minsk.»

La publication de Bernard-Henri Lévy sur Twitter rappelle son engagement revendiqué et de longue date en faveur d'un interventionnisme occidental à travers le monde, tant politique que militaire, au nom de la défense des droits de l'Homme et des libertés démocratiques. Aussi, elle fait écho à la récente vague de remontrances adressées par plusieurs chancelleries occidentales à l'encontre de Minsk. «L'Union européenne doit continuer de se mobiliser aux côtés des centaines de milliers de Biélorusses qui manifestent pacifiquement pour le respect de leurs droits, de leur liberté et de leur souveraineté», avait par exemple écrit Emmanuel Macron sur Twitter le 16 août.

Trois jours plus tard, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré, à l'issue d'un sommet extraordinaire de l'UE, que cette dernière ne reconnaissait pas le résultat de l'élection présidentielle biélorusse où le président Alexandre Loukachenko est sorti largement en tête. De plus, le président du Conseil européen Charles Michel a confirmé le 19 août également que Bruxelles allait imposer «bientôt» des sanctions sur un nombre «substantiel» de personnalités, en lien avec la crise politique en Biélorussie. L'UE est «aux côtés» du peuple de Biélorussie, a assuré Charles Michel. 

Loukachenko voit derrière les manifestations des influences étrangères

L'annonce de la réélection d'Alexandre Loukachenko avec quelque 80% des voix a déclenché dès le 9 août des manifestations dans toutes les grandes villes du pays, visant à contester les résultats du scrutin présidentiel biélorusse. Un mouvement de grève a également été déclenché dans le pays.

La police a réagi en procédant à des milliers d'arrestations dans les soirs qui ont suivi le scrutin.

Des personnes libérées ont témoigné à l'AFP de conditions de détention atroces : privation d'eau, de nourriture et de sommeil, passages à tabac ou encore incarcération par dizaines dans des cellules prévues pour quatre ou six personnes. En outre, le 19 août, un troisième décès de manifestant a été rapporté par le site d'information tut.by : selon ses proches cités par ce média, un Biélorusse est décédé à l'hôpital d'une blessure «par balle» reçue lors d'une de ces manifestations réprimées par la police antiémeute. Ce même jour, le ministère de la Santé a confirmé dans un communiqué la mort de Guennadi Choutov, 43 ans, suite à une «forte détérioration» de son état de santé, ne mentionnant pas la cause de ses blessures.

Le président Loukachenko a rapidement dénoncé les manifestations anti-gouvernementales en évoquant, notamment, «des appels pour téléguider» les protestataires depuis l'étranger. A plusieurs reprises, il a suggéré que les manifestants contestant sa réélection étaient manipulés par des forces extérieures.

Outre le mouvement contestataire, d'autres Biélorusses ont pris part à un mouvement de soutien au chef d'Etat. Selon le service de presse présidentiel, 50 000 Biélorusses se sont par exemple regroupés le 16 août sur la place de l'Indépendance à Minsk, pour assister à un discours du dirigeant. «Il y a des manifestations pro-Loukachenko dans tout le pays», explique Bruno Drweski, en référence aux rassemblements plébiscités par l'exécutif desquels il s'est fait écho de sources sur place. «Certains pourront toujours dire que les manifestants sont amenés à se rassembler par la force, leur enthousiasme lui, est bien réel», ajoute-t-il.

Dans un récent article à ce sujet, intitulé et publié le 17 août sur le site Defend Democracy Press, Bruno Drweski a répertorié plusieurs éléments d'information en provenance d'un de ses contacts en Biélorussie. Celui-ci y estime notamment que le contexte actuel de protestation «pousse à la privatisation de la Biélorussie» souhaitée par certains «oligarques russes et occidentaux».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»