L'UE sanctionne des responsables supposés de cyberattaques, Moscou y voit une «motivation politique»

L'UE sanctionne des responsables supposés de cyberattaques, Moscou y voit une «motivation politique»© Yves Herman Source: Reuters
Des drapeaux de l'Union européenne au siège de la Commission à Bruxelles (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le Conseil de l'Union européenne a pris des «mesures restrictives» à l'encontre de personnes et entités de Russie, de Chine et de Corée du Nord accusées de cyberattaques. La diplomatie russe y décèle une «motivation politique [...] évidente».

Le Conseil de l'Union européenne (le Conseil des ministres de l'UE) a décidé le 30 juillet «d'imposer des mesures restrictives à l'encontre de six personnes et de trois entités responsables de diverses cyberattaques ou ayant participé à celles-ci». Il s'agit, selon l'institution européenne, «notamment de la tentative de cyberattaque contre l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) et de celles connues sous les noms de "WannaCry", "NotPetya" et "Operation Cloud Hopper".»

«Les sanctions imposées comprennent une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et un gel des avoirs. En outre, il est interdit aux personnes et aux entités de l'UE de mettre des fonds à la disposition des personnes et entités inscrites sur la liste», indique le Conseil sur son site. Il précise également que, si les sanctions font partie des «options disponibles dans la boîte à outils cyberdiplomatique de l'UE» afin d'empêcher, décourager ou contrer «les actes de cybermalveillance», c'est aujourd'hui «la première fois» que l'UE recourt à cette option.

Ces restrictions, précise notamment l'agence Tass, visent des structures et des citoyens de Russie, de Chine et de Corée du Nord pour leurs activités de cyberattaques supposées.

«La motivation politique de cette décision est évidente», selon Moscou

Le département d'information et de presse du ministère russe des Affaires étrangères a qualifié de «déroutante et regrettable» la décision prise par le Conseil de l'Union européenne d'imposer ces «mesures restrictives unilatérales». «Une fois de plus, tout a été fait sans aucune preuve, sous le faux prétexte de leur implication dans certains incidents dans le cyberespace par le passé. La motivation politique de cette décision est évidente», a jugé la diplomatie russe.  

«Nous avons à maintes reprises prévenu l'Union européenne des effets néfastes de la multiplication des restrictions unilatérales. De plus, elles sont absolument illégitimes du point de vue du droit international», a en encore fait savoir le département d'information et de presse du ministère russe. Ce dernier a ajouté «que dans un espace numérique transfrontalier qui se développe de manière dynamique», l'engagement en faveur de solutions multilatérales collectives revêtait une «importance particulière». «Il est aujourd'hui nécessaire de déployer des efforts conjoints pour élaborer des règles, des normes et des principes universels de conduite responsable des États dans l'espace de l'information. La Russie propose depuis longtemps d’adopter cette approche», a encore défendu la diplomatie russe.

Bien entendu, l'acte inamical de l'UE ne restera pas sans réponse

Partant, la Russie demande à l'UE «de renoncer à ses tentatives de pression infructueuses, de revenir à la mise en œuvre des normes fondamentales du droit international et européen, et d’élaborer réellement – en actes et non en paroles – des règles efficaces de prévention des conflits dans le cyberespace». Et Moscou de mettre en garde : «Bien entendu, l'acte inamical de l'UE ne restera pas sans réponse. Comme on le sait, le principe de la réciprocité règne dans la diplomatie.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix