Xi Jinping à Wuhan, hôpitaux temporaires fermés : le début de la fin du coronavirus en Chine ?

Xi Jinping à Wuhan, hôpitaux temporaires fermés : le début de la fin du coronavirus en Chine ?© cnsphoto Source: Reuters
Des travailleurs médicaux dans un hôpital de fortune fermé à Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine, le 9 mars 2020 (image d'illustration).

En visite à Wuhan, le président chinois a estimé que l'épidémie de coronavirus était «pratiquement jugulée» à son épicentre, après plusieurs mois de restrictions sans précédent. Le premier pas d'un long retour à la normale pour les habitants ?

Pour la première fois depuis les prémisses, au mois de janvier, d'une crise sanitaire devenue mondiale, le président chinois Xi Jinping était en déplacement ce 9 mars dans la ville de Wuhan, épicentre de l'épidémie de coronavirus (Covid-19). Parallèlement à la visite surprise et officielle de Xi Jinping souhaitant prouver que l'épidémie est désormais sous contrôle, le quotidien chinois The Paper, cité par Reuters, a annoncé sur Twitter la fermeture de la «totalité des hôpitaux temporaires» mis en place dans cette ville, ce 10 mars. Une levée partielle des restrictions de certains déplacement a en outre été annoncée par la province de Hubei (où se trouve Wuhan), laissant espérer un retour progressif, mais sans doute long, à la normale pour plusieurs dizaines de millions de Chinois.

Xi Jinping en visite d'inspection

«Dès sa descente d'avion» d'après la chaîne télévisée chinoise CCTV, Xi Jinping s'est rendu vers l'hôpital de Huoshenshan, qui avait été construit en quelques jours par une armée d'ouvriers au plus fort de l'épidémie. Selon des images diffusées par l'agence de presse Chine nouvelle, le chef d'Etat chinois, masque sur le visage, a dialogué avec des malades et du personnel soignant par écran interposé.

Selon des propos rapportés par Chine nouvelle, il a estimé que l'épidémie de coronavirus était «pratiquement jugulée» à son épicentre.

La visite d'inspection de Xi Jinping ne s'est pas limitée aux seuls hôpitaux de Wuhan. Figuraient également dans son programme des rencontres avec des habitants, des responsables politiques et des fonctionnaires chargés d'appliquer les mesures sanitaires dont les quarantaines.

«La venue de Xi Jinping à Wuhan est organisée pour signifier que l'épidémie est sous contrôle», a expliqué à l'AFP Hua Po, analyste politique indépendant basé à Pékin. Et de continuer : «Sa venue est là pour remobiliser la population, et pour signifier que c'est le moment de reprendre une vie normale et le travail.»

Vers un long retour à la normale ?

Et pour cause, plusieurs signes laissent espérer une possible (mais longue) normalisation de la vie à Wuhan et plus largement dans la province de Hubei.

Conséquence de la diminution importante ces derniers jours du nombre de nouveaux contaminés, plusieurs médias chinois dont The Paper et CCTV ont rapporté que tous les hôpitaux temporaires mis en place à Wuhan devaient fermer ce 10 mars. «L'hôpital du module de Wuchang, installé dans le gymnase de Wuhan Hongshan, tient sa cérémonie de clôture le 10 mars», décrit par exemple The Paper.

«Les deux autres hôpitaux temporaires encore en service devraient fermer mardi», annonce de son côté CCTV.

Autre source d'espoir pour les habitants, la province de Hubei, qui comprend la ville de Wuhan au cœur de l'épidémie, a annoncé ce même 10 mars une levée de certaines mesures. Les restrictions des déplacements des habitants, qui ne pouvaient quitter leur commune, seront ainsi partiellement levées dans certains cas. Selon l'AFP, une application mobile délivrera aux utilisateurs des codes QR symbolisant leur état de santé. L'obtention d'un code «vert» (aucun contact avec des malades confirmés ou suspectés) dans des zones modérément ou faiblement touchées permettra de voyager à l'intérieur de la province, bouclée depuis fin janvier. Cette levée partielle des restrictions ne devrait néanmoins pas pour l'heure s'appliquer à l'épicentre, la ville de Wuhan elle-même.

Les titulaires d'un code «vert» mais originaires de zones «à risque élevé» pourront pour leur part se déplacer, mais sous des conditions plus strictes. Quant aux personnes classées «jaune» (en contact avec un cas suspect), elles ne pourront voyager, de même que celles classées «rouge» (malades suspectés ou confirmés) qui seront elles placées en quarantaine.

Enfin, des employés de l'aéroport de Wuhan ont repris le travail, selon l'AFP.

Des mesures sans précédent, des contaminations en baisse

Dans un premier temps critiquées pour leur manque de réactivité, les autorités chinoises avaient également fait l'objet d'un inhabituel mouvement de colère après la mort (causée par le coronavirus) début février d'un médecin tentant d'alerter la société civile sur la crise en cours, le docteur Li Wenliang.

Livrant quasi-quotidiennement instructions et discours, le président chinois s'est par la suite présenté comme le chef d'orchestre de la lutte contre le coronavirus. 

Pékin a en effet opté pour des mesures de restriction sans précédent afin de limiter l'épidémie.

La quasi-totalité des villes ont été bouclées dans la province de Hubei (plus de 50 millions d'habitants), et des dizaines de millions de personnes ont été placées en quarantaine préventive dans le reste du pays, tandis que des hôpitaux étaient aménagés (ou construits) ça et là pour accueillir les malades.

Tandis que l'épidémie apparue à Wuhan s'est répandue dans le monde (114 151 cas d'infection recensés dans 105 pays et territoires, 4 012 personnes, selon des chiffres officiels ce 10 mars), le ministère de la Santé chinois publie lui désormais des chiffres encourageants.

Pendant que l'Italie, pays européen le plus touché, est frappée de plein fouet par l'épidémie (près de 1 800 cas supplémentaires annoncés ce 10 mars), Pékin a en effet annoncé 19 nouveaux cas de contamination entre le 9 et le 10 mars. 17 nouveaux décès ont en revanche été annoncés sur la même période. Au total, depuis le début de l'épidémie, la Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a dénombré 80 754 cas, dont 3 136 décès et 59 897 personnes aujourd'hui guéries.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»