Equateur : Quito placée sous couvre-feu et contrôle militaire par le président Lenin Moreno

Equateur : Quito placée sous couvre-feu et contrôle militaire par le président Lenin Moreno© Henry Romero / Reuters
Les forces de l'ordre équatoriennes lors d'une manifestation à Quito contre le président Lenin Moreno, le 12 octobre.

Le président équatorien a ordonné le couvre-feu et l'instauration d'un contrôle militaire sur Quito, au 11e jour d'une mobilisation de la société civile contre la hausse spectaculaire du prix des carburants, conséquence d'un accord avec le FMI.

Confronté à d'importantes manifestations contre sa politique économique, Lenin Moreno a donné l'ordre d'instaurer un couvre-feu à partir de 15h, heure locale [22h à l'heure de Paris], le 12 octobre, pour faciliter selon ses termes «le travail de la force publique face aux intolérables débordements de violence». L'annonce a été faite par le chef d'Etat sur Twitter. Concrètement, l'armée a décrété, selon les informations de la chaîne vénézuélienne TeleSur, une interdiction pour la population de se rendre dans «toute zone sensible et importante» jusqu'à nouvel ordre. Dans le communiqué cité par ce même média, la mesure restrictive s'applique à tout le territoire national et concerne des lieux comme les aéroports et ports, les raffineries ou encore les infrastructures de la police ou de l'armée.

Cette annonce intervient alors que des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ont eu lieu dans le nord de Quito, où un groupe d'activistes encagoulés a mis le feu et saccagé le bureau de l'Inspection générale des finances. Une cible qui ne doit rien au hasard puisque le mouvement de protestation, auquel participent notamment les indigènes, est né du rejet par la population des réformes négociées par Lenin Moreno en échange d'un prêt de 4,2 milliards de dollars du FMI, qui se sont notamment traduites par une spectaculaire hausse du prix des carburants, de 100%. 

Le bâtiment a été attaqué avec des cocktails Molotov et peu après un groupe d'hommes – la plupart avec le visage masqué ou portant des casques – y est entré. Les autorités ont annoncé sur Twitter l'évacuation de la zone pour «que les équipes de secours puissent lutter contre l'incendie et s'occuper du personnel qui se trouve à l'intérieur». 

Les locaux de la chaîne de télévision privée équatorienne Teleamazonas et du journal El Mercurio à Quito ont également été violemment pris pour cible.

11 jours de mobilisation

Le président équatorien a été contraint par la mobilisation de masse, de quitter la capitale avec son gouvernement le 7 octobre. Il a transféré le siège de l'exécutif à Guayaquil, deuxième ville du pays située au sud-ouest de l'Equateur et épargnée par les protestations. C'est depuis cette cité portuaire que Lenin Moreno avait accusé le président vénézuélien Nicolas Maduro et son prédécesseur Rafael Correa d'être derrière les troubles que traversent le pays.

Les manifestations, qui se traduisent également par des blocages de points stratégiques  comme des puits de pétrole, ont régulièrement donné lieu à des affrontements avec les autorités. Selon les chiffres communiqués par le gouvernement équatorien, cinq morts et 2 000 blessés sont à déplorer depuis le début du mouvement de contestation.

L'état d'urgence a été décrété pour 60 jours dans le pays alors que 74 000 militaires et policiers ont été déployés. La principale organisation indigène d'Equateur, une des principales forces dans ce mouvement social, a cependant annoncé le 12 octobre qu'elle acceptait le dialogue avec Lenin Moreno pour discuter du «retrait ou [de] la révision du décret» mis en cause par les manifestants.

Le président équatorien de son côté peut compter sur le soutien de Washington qui, par la voix de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, a salué les «efforts» du gouvernement équatorien «pour institutionnaliser les pratiques démocratiques et appliquer les réformes économiques nécessaires».

Lire aussi : Equateur : Moreno quitte la capitale et accuse Maduro et Correa d'être à l'origine des troubles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»