Chars dans la capitale, scènes de guérilla : la hausse des carburants enflamme l'Equateur (VIDEOS)

Chars dans la capitale, scènes de guérilla : la hausse des carburants enflamme l'Equateur (VIDEOS)© Carlos Garcia Rawlins Source: Reuters
Affrontement entre manifestants et forces de l'ordre dans la ville de Lasso, en Equateur, le 6 octobre 2019.

Malgré l'état d'urgence décrété par le président Lenin Moreno, la grève des transports, les manifestations et les blocages routiers se poursuivent de part et d'autre de l'Equateur. Des chars ont été déployés dans la capitale.

Les grèves et manifestations se poursuivent dans plusieurs régions de l'Equateur. Depuis l'entrée en vigueur d'une hausse du prix du carburant de plus de 100%, le pays est en proie à un mouvement contestataire d'ampleur inédite.

Dans la foulée de l'instauration de l'état d'urgence, le 4 octobre, par décret du chef de l'Etat Lenin Moreno (social-démocrate), d’impressionnantes scènes de guérilla ont ainsi été filmées puis diffusées sur les réseaux sociaux. De fait, les forces de l'ordre multiplient les interventions dans plusieurs provinces du pays pour tenter de mettre un terme aux blocages de routes et aux manifestations qui se poursuivent depuis plusieurs jours.

Fait notable, des chars ont par exemple été aperçus dans le centre-ville de Quito, capitale du pays.

Plus au nord du pays, la province d'Imbabura a été le théâtre de scènes chaotiques, comme en témoigne une vidéo tournée depuis un drone. «Les forces armées et la police équatoriennes ont transformé la paroisse de La Esperanza en zone de guerre», peut-on lire dans un tweet publié par la Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur, une organisation nationale qui regroupe des communautés et des associations locales de peuples indigènes.

Dans la province d'Azuay (sud du pays), alors que les blocages se poursuivent, un homme est décédé, percuté par un véhicule aux abords d'un barrage routier. Selon des médias locaux cités par l'agence de presse Reuters, il s'agirait d'un manifestant, mais l'information n'a pas été confirmée officiellement.

Des rassemblement ont eu lieu ailleurs à travers le pays.

Revers de la médaille pour Lenin Moreno ?

A l'origine de la colère populaire qui se fait ressentir de part et d'autre du territoire : la hausse spectaculaire du prix du carburant. Celle-ci découle d'un accord signé au mois de mars dernier, entre l'actuel président équatorien et le Fonds monétaire international (FMI).

En échange d'un soutien financier de 4,2 milliards de dollars accordé par l'institution financière, le contrat prévoit, en effet, un programme de réformes économiques échelonné sur trois ans, dont fait partie la récente suppression des subventions des carburants, d'un montant total de 1,3 milliard de dollars.

L'arrivée au pouvoir en mai 2017 de Lenin Moreno a rapidement marqué un tournant politique majeur après le mandat de son prédécesseur Rafael Correa, qui fait aujourd'hui l'objet d'un mandat d'arrêt international, à la demande de l'Equateur par le biais d'Interpol. Entre autres dossiers notoires illustrant cette rupture, la révocation par l'actuel président de l'asile politique accordé par Correa au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Si Lenin Moreno avait, de son côté, justifié une telle décision par la «violation répétée» du lanceur d'alerte australien de ses conditions d'asile, d'aucuns avaient alors rapidement soupçonné un accord passé entre l'actuel chef d'Etat et le FMI.

«[Mettre fin à l'asile d'Assange] fait partie de l'accord conclu avec le gouvernement des Etats-Unis par l'intermédiaire de son organe d'exécution, à savoir le FMI», déclarait ainsi au mois d'avril l'ancien ministre équatorien de la Défense nationale, Ricardo Patino.

Lire aussi : Julian Assange lâché par l'Equateur : violation des conditions de l'asile ou accord avec le FMI ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»